CHARLES D'ORLÉANS (1394-1465)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le rapport entre la vie et les poèmes de Charles, duc d'Orléans (fils de Louis d'Orléans, qui fut tué par Jean sans Peur en 1407, et père de Louis XII), est plus compliqué que ne le ferait croire, par exemple, un rapprochement entre les ballades où il nous parle de son exil et l'histoire qui nous apprend ses vingt-cinq ans de captivité en Angleterre, après Azincourt (1415). L'espace, de mer et de temps, qui le sépare de tout ce qu'il aime constitue le lieu où s'élabore le théâtre allégorique de sa pensée : là se joue le drame intérieur d'une conscience cherchant à faire régner la sagesse de la raison sur un cœur tenté par la passion ou envahi par la mélancolie. Rentré en France en 1440, et réunissant autour de lui quelques amis qui partagent ses goûts et cultivent ses manies, le poète évoque, sans doute, en rondeaux vifs et animés, les plaisirs du monde quotidien, mais c'est pour creuser encore l'écart entre les yeux qui se divertissent du spectacle et la pensée qui réfléchit. Le calendrier poétique ramène les petits événements des jours qui passent au rythme essentiel de la vie. Le manuscrit personnel du prince, où sont conservés ses poèmes, parfois autographes, avec les répliques que lui donnent ses amis, s'organise d'abord selon un plan esthétique distinguant nettement les ballades amoureuses, encadrées par les deux fictions de la Retenue et de la Départie d'amour, les ballades diverses, les chansons, les caroles et les complaintes. La plupart de ces poèmes, transcrits avec soin, ont été composés en Angleterre. Ils ont pour thème directeur le service d'une dame dont l'identité intrigue les biographes, et qui n'est pas nécessairement l'une de ses deux premières épouses, Isabelle de France ou Bonne d'Armagnac. Plus significatif est le dédoublement qui se manifeste déjà entre le moi amoureux et la pensée qui le surveille. Par la suite, la composition du recueil se brouille : des poèmes sont rajoutés au fur et à mesure de leur création, avec moins de soin dans la présentation. Les rondeaux ne prétendent plus être chantés, le [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-Sorbonne

Classification


Autres références

«  CHARLES D'ORLÉANS (1394-1465)  » est également traité dans :

POÉSIES, Charles d'Orléans - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER
  •  • 815 mots

L'assassinat de son père, Louis de France, duc d'Orléans, en 1407, le désastre d'Azincourt en 1415, et vingt-cinq ans de captivité en Angleterre : autant de malheurs qui, écartant Charles d'Orléans (1394-1465) des affaires du royaume, ont orienté vers la création […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poesies-charles-d-orleans/#i_6599

ALLÉGORIE

  • Écrit par 
  • Frédéric ELSIG, 
  • Jean-François GROULIER, 
  • Jacqueline LICHTENSTEIN, 
  • Daniel POIRION, 
  • Daniel RUSSO, 
  • Gilles SAURON
  •  • 11 638 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Vers le réalisme »  : […] L'allégorie du xiii e  siècle est un compromis fragile. La représentation de la réalité, de plus en plus précise et pittoresque, tend à recouvrir l'analogie de détails superflus. La correspondance entre l'image et l'idée risque de ne plus être exactement suivie, sinon au prix d'une ingéniosité plus soucieuse de jeu que de vérité. Le goût pour les d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allegorie/#i_6599

BESTIAIRES

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD, 
  • Daniel POIRION
  •  • 10 708 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Les principaux symbolismes »  : […] Le lion a trois « natures » : il efface sa trace avec sa queue ; quand il dort son œil veille ; il ranime le lionceau mort-né. La panthère a une haleine séduisante, sauf pour le dragon qui en est asphyxié. L'unicorne ne se laisse prendre que par une pucelle. L'hydre pénètre dans la gueule du crocodile et le fait mourir. La sirène endort ceux qui l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bestiaires/#i_6599

MOYEN ÂGE - La poésie lyrique

  • Écrit par 
  • Daniel POIRION
  •  • 5 698 mots

Dans le chapitre « Chroniques, satires et ballades »  : […] Encore musical chez Machaut, le lyrisme devient romanesque avec Froissart, le chroniqueur, qui rima des dits et de courts poèmes pour les cours d'Angleterre et du nord de la France. Le plus souvent, la convention courtoise l'amène à présenter l'amour de très jeunes gens, qu'il fait s'exprimer avec une grâce un peu mignarde. Cependant, il demande a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-poesie-lyrique/#i_6599

Pour citer l’article

Daniel POIRION, « CHARLES D'ORLÉANS (1394-1465) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-d-orleans/