ARMÉE BLANCHE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Kornilov

Kornilov
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Les alliés des Russes blancs

Les alliés des Russes blancs
Crédits : Hulton Getty

photographie

Nikolaï Youdenitch

Nikolaï Youdenitch
Crédits : Hulton Getty

photographie

Parade de l'Armée rouge

Parade de l'Armée rouge
Crédits : Tow/ Slava Katamidze Collection/ Getty Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Cette expression désigne ordinairement les diverses formations militaires qui ont combattu le pouvoir bolchevique en Russie de 1918 à 1922. Si leur but premier était le renversement du nouveau régime, certains de leurs chefs continuaient à se référer au pouvoir issu de la révolution de Février, tandis que la majorité d'entre eux aspiraient au retour à l'autocratie.

photographie : Kornilov

Kornilov

Le général russe Lavr Gueorguievitch Kornilov (1870-1918) prend la tête de l'Armée blanche, en 1917. 

Afficher

Dès août 1917, un premier regroupement dans le midi de la Russie s'était formé autour des généraux Kornilov et Alexeïev. Avec l'aide des Alliés, des armées blanches se créent en 1918 dans les régions périphériques de l'ancien Empire russe. Placées un moment sous le commandement suprême de l'amiral Koltchak, elles convergent vers Moscou. Pendant la première moitié de l'année 1919, elles progressèrent rapidement et, durant l'été, le pouvoir des soviets ne n'exerça plus que sur une portion de territoire correspondant à l'ancienne Moscovie.

Dans le Sud, outre l'armée des volontaires commandée par Denikine, il y avait celle des Cosaques dirigée par les atamans Kaledine et Bogaïevski. Le Nord était tenu par l'armée du général Mille, dont la base d'opérations était à Arkhangelsk. À l'est, toute la Sibérie et la région de l'Oural étaient sous le contrôle des armées de l'amiral Koltchak. Enfin, dans le Nord-Ouest, l'armée de Youdenitch avançait vers Petrograd.

Mais, dès la fin de 1919, la situation militaire était modifiée au profit de l'Armée rouge et les fronts tenus par les armées blanches étaient pratiquement disloqués. Malgré le retour offensif de Wrangel en Crimée en 1920 et la persistance d'un mouvement armé dans la région de Vladivostok jusqu'en 1922, les troupes blanches durent abandonner le combat et furent dispersées. Les survivants s'embarquèrent sur les navires alliés ou se réfugièrent dans les pays limitrophes de l'U.R.S.S.

photographie : Parade de l'Armée rouge

Parade de l'Armée rouge

L'Armée rouge défile à Kharkov, en 1920. 

Afficher

Les raisons de leur échec sont d'ordre politique et militaire. La supériorité numérique de l'Armée rouge était encore renforcée par l'unité et la qualité de son commandement ; face à elle, les armées blanches souffrirent des défaillances du commandement et des dissensions. Mais ce qui fut sans doute déterminant, c'est l'absence de tout programme politique et social qui aurait pu rallier les populations autour de la contre-révolution. Au contraire, les mesures impopulaires telles que la mobilisation dans les régions occupées et la restitution des grands domaines à leurs propriétaires éloignèrent des blancs la masse des paysans qui espéraient accéder enfin à la propriété du sol.

—  Pierre KOVALEWSKY

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, chargé de conférences à l'université de Paris-III, doyen de l'Institut Saint-Denis, Paris

Classification

Autres références

«  ARMÉE BLANCHE  » est également traité dans :

ALEXEÏEV MIKHAÏL VASSILIEVITCH (1857-1918)

  • Écrit par 
  • Pierre KOVALEWSKY
  •  • 286 mots

Malgré son origine modeste, Mikhaïl Alexeïev réussit, grâce à un travail acharné, à accéder au sommet de la hiérarchie militaire russe. Professeur à l'École supérieure de guerre, il est le maître de plusieurs promotions de futurs chefs militaires. À l'ouverture des hostilités, il est chef d'état-major du front de l'Ouest, puis devient commandant en chef du front du Nord-Ouest, avant d'être appelé […] Lire la suite

DENIKINE ANTON IVANOVITCH (1872-1947)

  • Écrit par 
  • Alexandre BENNIGSEN
  •  • 441 mots
  •  • 1 média

Fils d'un officier de carrière né dans le servage, Denikine suit l'école normale de Lovitch, puis l'école militaire des cadets de Kiev ; il est officier d'artillerie, breveté d'état-major en 1899, puis commandant de la région militaire de Varsovie. Il participe à la guerre russo-japonaise. Entre 1914 et 1916, il est commandant de la 4 e division d'infanterie, dite « de fer », et, en 1916, du VIII […] Lire la suite

KOLTCHAK ALEXANDRE VASSILIEVITCH (1873-1920)

  • Écrit par 
  • Alexandre BENNIGSEN
  •  • 608 mots
  •  • 2 médias

Fils d'un ingénieur militaire de la marine, issu d'une petite noblesse d'Ukraine d'origine turque, où l'on est officier de marine de père en fils, Alexandre Vassilievitch Koltchak entre à quinze ans à l'Académie navale. C'est un savant océanographe spécialiste de l'Arctique et brillant officier de marine ; il prend part à l'expédition dans l'archipel de la Nouvelle-Sibérie (1900-1903). En 1904, il […] Lire la suite

KORNILOV LAVR GUEORGUIEVITCH (1870-1918)

  • Écrit par 
  • Alexandre BENNIGSEN
  •  • 335 mots
  •  • 1 média

Fils d'un paysan pauvre du Semieretchie en Sibérie méridionale, Kornilov est officier de carrière dans l'armée tsariste, breveté d'état-major, puis prend part à la guerre de 1904-1905 contre le Japon et commande ensuite les forces armées du Turkestan. En 1914, il commence la Première Guerre mondiale comme général de division, puis commande le XXV e  corps d'armée. En 1915, il est fait prisonnier d […] Lire la suite

LÉNINE (1870-1924)

  • Écrit par 
  • Nicolas WERTH
  •  • 6 882 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'inspirateur du « communisme de guerre » »  : […] Le gouvernement constitué le 25 octobre 1917 par Lénine ne comporte que des bolcheviks. Il gouverne au nom de la « dictature du prolétariat », que Lénine définit sans ambages comme « un pouvoir conquis par la violence que le prolétariat exerce, par l'intermédiaire du parti, sur la bourgeoisie et qui n'est lié par aucune loi ». Très rapidement, les bolcheviks mettent en place une culture politique […] Lire la suite

MILLER EVGUENI (1867-1937)

  • Écrit par 
  • Pierre KOVALEWSKY
  •  • 321 mots
  •  • 1 média

Descendant d'une famille de militaires, Evgueni Miller fait ses études à l'école de cavalerie Nicolas et à l'Académie d'état-major. Chargé de mission en Allemagne, il occupe par la suite le poste d'attaché militaire à Bruxelles, à La Haye et à Rome. Nommé à la tête de l'école de cavalerie Nicolas en 1909 et promu général, il reste commandant de cette célèbre école jusqu'en 1914. Chef d'état-major […] Lire la suite

UKRAINE

  • Écrit par 
  • Annie DAUBENTON, 
  • Iryna DMYTRYCHYN, 
  • Lubomyr A. HAJDA, 
  • Georges LUCIANI, 
  • Yann RICHARD
  •  • 37 641 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « La Première Guerre mondiale et la lutte pour l'indépendance »  : […] Dès le déclenchement des hostilités entre la Russie et l'Autriche-Hongrie, le 1 er  août 1914, les publications et organisations culturelles ukrainiennes furent interdites dans l'Empire russe, et les personnalités en vue, arrêtées ou exilées. Quand les troupes russes entrèrent en Galicie en septembre, les Autrichiens exécutèrent au cours de leur retraite des milliers de personnes suspectées de sym […] Lire la suite

U.R.S.S. - Histoire

  • Écrit par 
  • Nicolas WERTH
  •  • 22 689 mots
  •  • 55 médias

Dans le chapitre « De la guerre impérialiste à la guerre civile »  : […] La conclusion de la paix est une priorité pour les bolcheviks. Sans paix, c'est l'avenir même de la révolution russe et de la révolution mondiale qui est menacé . Un armistice est conclu le 15 décembre 1917 avec les Puissances centrales, mais le traité de Brest-Litovsk n'est signé que le 3 mars 1918, à la suite de tractations dramatiques pour des dirigeants bolcheviques profondément divisés sur l […] Lire la suite

WRANGEL PIOTR NIKOLAÏEVITCH baron (1878-1928)

  • Écrit par 
  • Alexandre BENNIGSEN
  •  • 383 mots
  •  • 1 média

Balte d'origine suédoise, Wrangel est le seul vrai monarchiste avec l'amiral Koltchak parmi les généraux blancs. Sa famille, originaire de l'actuelle Basse-Saxe, a donné à la Suède, à l'Allemagne et à la Russie un grand nombre d'officiers qui se sont illustrés sur les champs de bataille européens. Diplomé de l'École des mines et de l'Académie d'état-major, il devient en 1904 officier de la garde i […] Lire la suite

YOUDENITCH NIKOLAÏ NIKOLAÏEVITCH (1862-1933)

  • Écrit par 
  • Alexandre BENNIGSEN
  •  • 379 mots
  •  • 1 média

Issu d'une famille de petite noblesse, Youdenitch est, en 1887, officier breveté d'état-major. En 1904-1905, il prend part à la guerre russo-japonaise. En 1914, il est nommé chef d'état-major de la région militaire du Caucase. En 1915, il commande l'armée du Caucase engagée contre les Turcs. Excellent stratège, Youdenitch réussit à avancer jusqu'au-delà d'Erzeroum. En mars 1917, il est nommé comma […] Lire la suite

Les derniers événements

6-31 août 2021 Afghanistan – États-Unis. Prise du pouvoir par les talibans.

l’armée américaine. Le 28, les États-Unis mènent une frappe de drone contre des membres de l’EI-K spécialisés dans les engins explosifs, dans la province de Nangarhar, dans l’est du pays. Ils annoncent la mort de deux djihadistes. Les 28 et 29, des manifestants réclament la réouverture des banques. Celles-ci exigent préalablement le déblocage des  […] Lire la suite

1er-16 juin 2020 États-Unis. Développement du mouvement de contestation du racisme et des violences policières.

l’armée » contre les manifestants. Certains gouverneurs prendront leur distance avec l’approche exclusivement sécuritaire de la crise par le président. De leur côté, des centaines de policiers et de soldats de la garde nationale expriment leur solidarité avec les manifestants en mettant un genou à terre ou en ralliant les marches de protestation. Le […] Lire la suite

4-29 avril 2019 Libye. Offensive sur Tripoli des troupes du maréchal Khalifa Haftar.

l’Armée nationale libyenne (ANL) autoproclamée, lance un appel à marcher sur Tripoli, que contrôle le gouvernement d’« union nationale » (GAN) de Fayez al-Sarraj reconnu par la communauté internationale. En février, l’ANL a conquis des positions dans le Fezzan, dans le sud du pays. Le 5, les ministres des Affaires étrangères du G7 réunis en France  […] Lire la suite

4-28 février 2019 Venezuela. Blocage aux frontières de l'aide humanitaire.

Maison-Blanche, déclare qu’il étudie « toutes les options » concernant le Venezuela. Le 22, deux manifestations se déroulent de part et d’autre de la frontière, l’une animée par l’armée, côté vénézuélien, l’autre par les partisans de Juan Guaidó, côté colombien. Le président autoproclamé est rejoint à Cúcuta par les présidents colombien Iván Duque, […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre KOVALEWSKY, « ARMÉE BLANCHE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/armee-blanche/