RÉVOLUTION RUSSE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le premier gouvernement provisoire (mars-avril 1917)

Formé le 2 mars, le premier gouvernement provisoire est présidé par le prince Georges Lvov, entouré d'une majorité de représentants éminents du parti constitutionnel-démocrate (Pavel Milioukov aux Affaires étrangères ; Nikolaï Nekrassov aux Transports ; AndreïChingarev à l'Agriculture). À la gauche de l'échiquier politique gouvernemental, Alexandre Kerenski, ministre de la Justice, est censé « faire le pont » entre le gouvernement et le soviet. En quelques semaines, ce gouvernement prend un train de mesures spectaculaires : libertés fondamentales, suffrage universel, amnistie générale, abolition de la peine de mort, suppression de toutes les discriminations de caste, de race ou de religion, reconnaissance du droit de la Finlande et de la Pologne à l'autodétermination. Malgré ces mesures réellement révolutionnaires, qui marquent une rupture radicale avec la culture politique de l'autocratie tsariste, le gouvernement doit faire face à une vague de revendications et d'actions difficilement contrôlables émanant des couches les plus diverses d'une société en révolution.

Milioukov

Photographie : Milioukov

Photographie

Pavel Nikolaïevitch Milioukov (1859-1943), historien russe et ministre des Affaires étrangères du gouvernement provisoire russe au début de 1917. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Kerenski

Photographie : Kerenski

Photographie

Alexandre Fedorovitch Kerenski (1881-1970), chef du gouvernement provisoire russe au début de 1917, salue les troupes. Il sera renversé par les bolcheviks. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Prisonniers finlandais

Photographie : Prisonniers finlandais

Photographie

Finlandais arrêtés par les gardes rouges soviétiques, vers 1918. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Les ouvriers demandent – et obtiennent, le plus souvent – la journée de huit heures, ainsi que des augmentations de salaire, vite absorbées néanmoins par une inflation galopante. Ils mettent sur pied des comités d'usine et des unités de « gardes rouges ». Les comités d'usine ont pour objectif de contrôler l'embauche et les licenciements, d'empêcher les patrons de procéder à des lock-out, sous prétexte de rupture d'approvisionnement, mais aussi de maintenir une certaine discipline du travail, de lutter contre l'absentéisme. Ces mesures constituent l'ébauche d'un contrôle ouvrier sur la marche des entreprises. Quant aux unités de gardes rouges, ce sont des milices ouvrières armées prêtes à défendre l'usine en tant qu'outil de travail des prolétaires, mais aussi à « défendre la révolution » contre ses « ennemis ».

Le gouvern [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Médias de l’article

Révolution russe, 1917

Révolution russe, 1917
Crédits : National Archives

vidéo

Révolutionnaires russes, 1917

Révolutionnaires russes, 1917
Crédits : Hulton Getty

photographie

Affiche soviétique, 1970

Affiche soviétique, 1970
Crédits : Michael Nicholson/ Corbis/ Getty Images

photographie

Combats en octobre 1917

Combats en octobre 1917
Crédits : Hulton Getty

photographie

Afficher les 25 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  RÉVOLUTION RUSSE  » est également traité dans :

RÉVOLUTION RUSSE, en bref

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 221 mots
  •  • 1 média

Huit mois après la révolution de février qui a renversé le régime tsariste et porté au pouvoir un gouvernement provisoire, Lénine, tout juste rentré d'exil et soucieux d'exploiter le mécontentement populaire face à la guerre, convainc le Parti bolchevik de lancer une nouvelle insurrection. Au terme de rares combats, le g […] Lire la suite

LÉNINE (1870-1924)

  • Écrit par 
  • Nicolas WERTH
  •  • 6 879 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  Le stratège de la prise du pouvoir »  : […] Après la victoire de la révolution de février 1917 et le renversement du tsarisme, auxquels aucun dirigeant bolchevique d'envergure n'a pris part, tous étant soit en exil, soit à l'étranger, Lénine, contre l'avis de l'immense majorité des dirigeants bolcheviques, prend d'emblée des positions extrêmes. Il prédit la faillite rapide de la politique de conciliation avec le gouvernement provisoire « b […] Lire la suite

FINLANDE

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Maurice CARREZ, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Yvette VEYRET-MEKDJIAN
  •  • 22 473 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « La tentative manquée de russification »  : […] L'assassinat d'Alexandre II eut des répercussions assez négatives sur la Finlande. Désormais, l'appareil tsariste, méfiant à l'égard de toute innovation politique et désireux de resserrer l'unité de l'Empire, se mit à regarder avec une suspicion croissante toute velléité d'améliorer le statut d'autonomie. Alexandre III (1881-1894) subit la pression des milieux russes les plus chauvins. Un certain […] Lire la suite

COMMUNISME - Mouvement communiste et question nationale

  • Écrit par 
  • Roland LOMME
  •  • 21 016 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Centralisme démocratique et hégémonie de la nation dominante »  : […] Hostile à l'autonomie des organisations nationales du mouvement révolutionnaire dès avant la révolution d'Octobre, la direction du Parti bolchevik ne l'est pas moins après s'être emparée du pouvoir et ne tolère pas l'autonomie que revendiquent les communistes ukrainiens, musulmans et caucasiens. Le VIII e congrès du P.C.R. qui se tient en 1919 proclame qu'il « ne doit exister qu'un seul parti co […] Lire la suite

UKRAINE

  • Écrit par 
  • Annie DAUBENTON, 
  • Iryna DMYTRYCHYN, 
  • Lubomyr A. HAJDA, 
  • Georges LUCIANI, 
  • Yann RICHARD
  •  • 37 635 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « La Première Guerre mondiale et la lutte pour l'indépendance »  : […] Dès le déclenchement des hostilités entre la Russie et l'Autriche-Hongrie, le 1 er  août 1914, les publications et organisations culturelles ukrainiennes furent interdites dans l'Empire russe, et les personnalités en vue, arrêtées ou exilées. Quand les troupes russes entrèrent en Galicie en septembre, les Autrichiens exécutèrent au cours de leur retraite des milliers de personnes suspectées de sym […] Lire la suite

ESTONIE

  • Écrit par 
  • Céline BAYOU, 
  • Suzanne CHAMPONNOIS, 
  • Jean-Luc MOREAU
  •  • 9 142 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le premier conflit mondial 1914 - 1918-1920 »  : […] Pendant les deux premières années de cette guerre, le pays estonien servit de base arrière aux opérations militaires et la présence de troupes russes nombreuses y entretint un climat d'agitation, qui s'aggrava après février 1917. Dès les premiers mois de la révolution éclata un conflit entre les révolutionnaires russes et les nouvelles autorités estoniennes qui essayaient, autour du Maapäev (cons […] Lire la suite

GÉORGIE

  • Écrit par 
  • Christophe CHICLET, 
  • Régis GAYRAUD, 
  • David Marshall LANG, 
  • Kalistrat SALIA
  • , Universalis
  •  • 15 746 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'annexion par la Russie et la renaissance nationale »  : […] À la suite de raids de montagnards lesghiens qui venaient du Daghestan, Irakli se vit contraint de prendre une attitude prorusse, surtout pour des raisons d'ordre économique. Le 24 juillet 1783, il conclut avec Catherine II la Grande le traité de Georgievsk, par lequel la Russie garantissait l'indépendance et l'intégrité territoriale de la Géorgie, Irakli reconnaissant la suzeraineté de la Russie. […] Lire la suite

TITO JOSIP BROZ dit (1892-1980)

  • Écrit par 
  • Marie-Paule CANAPA
  •  • 2 926 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La jeunesse et l'expérience de la révolution bolchevique »  : […] Très mouvementée, la vie de Tito comprend plusieurs périodes et comporte encore des points obscurs, sa biographie officielle n'en a précisés certains que récemment. Josip Broz est né le 7 mai 1892 d'un père croate et d'une mère slovène à Kumrovec, village situé au nord-ouest de Zagreb, dans la partie hongroise de l'Empire austro-hongrois ; son anniversaire officiel dans la Yougoslavie socialiste s […] Lire la suite

GUERRE MONDIALE (PREMIÈRE)

  • Écrit par 
  • Marc FERRO
  •  • 12 422 mots
  •  • 50 médias

Dans le chapitre « Le pacifisme »  : […] Au début des hostilités, l'élan patriotique avait emporté les pacifistes et, avec eux, l'Internationale : les militants révolutionnaires avaient couru à l'ennemi, comme tout le monde. Peu d'entre eux eurent conscience qu'ils étaient parjures à leurs serments ; quelques émigrés russes, par exemple, qui avaient rompu tous les liens avec la société. Encore certains d'entre eux, tel Plekhanov, jugeaie […] Lire la suite

TROTSKI LÉON (1879-1940) ET TROTSKISME

  • Écrit par 
  • Michel LEQUENNE
  •  • 6 959 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La direction de la révolution d'Octobre »  : […] Au long des dix années, presque toutes de réaction politique, qui précèdent la révolution d'Octobre, les tendances russes apparaissent aux puissants partis sociaux-démocrates d'Occident comme autant de groupuscules, et leurs débats théoriques comme autant de querelles byzantines. La violence inconsidérée de ces polémiques – qui nourrira si tragiquement la période de réaction stalinienne – est la s […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

Biélorussie. Arrestation d’opposants. 1er-19 juin 2020

– allusion à la révolution de 2014 en Ukraine. Le 18, le Comité pour le contrôle de l’État annonce l’arrestation, aux motifs de blanchiment et d’évasion fiscale, de l’homme d’affaires Viktor Babaryko, ancien dirigeant de la banque russe Belgazprombank, qui s’est porté candidat à l’élection […] Lire la suite

Ukraine. Nomination de Mikhaïl Saakachvili comme gouverneur d’Odessa. 30 mai 2015

Le président Petro Porochenko nomme l’ancien président géorgien Mikhaïl Saakachvili – naturalisé la veille – gouverneur de la région d’Odessa. Riveraine de la mer Noire, celle-ci est limitrophe de la « République moldave du Dniestr » – non reconnue internationalement, mais soutenue par Moscou et proche de la Crimée. Artisan de la Révolution des roses de 2003 dans son pays, Mikhaïl Saakachvili est un adversaire du pouvoir russe. […] Lire la suite

Ukraine. Durcissement de l'opposition au président Viktor Ianoukovitch. 1er-25 décembre 2013

Le 1er, sur la place Maïdan, la place de l'Indépendance à Kiev, plus de cent mille personnes prônant la « révolution » bravent l'interdiction de se rassembler pour protester contre les violences policières de la veille. La mairie de la ville est occupée. Les manifestants […] Lire la suite

Ukraine. Condamnation de Ioulia Timochenko. 11 octobre 2011

Le 11, un tribunal de Kiev condamne l'ex-Première ministre Ioulia Timochenko, l'égérie de la « révolution orange » de 2004, à sept ans de prison, trois ans d'inéligibilité et 140 millions d'euros d'amende. Celle-ci est reconnue coupable d'abus de pouvoir pour avoir signé avec son homologue russe […] Lire la suite

Kirghizstan. Renversement du président Kourmanbek Bakiev. 6-19 avril 2010

Le 6, les forces de l'ordre répriment violemment une manifestation d'opposants antigouvernementaux à Talas, dans le nord-ouest du pays. La tension monte depuis le mois de mars, où la commémoration de la « révolution des tulipes » de 2005, qui avait conduit au renversement du président Askar Akiev […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nicolas WERTH, « RÉVOLUTION RUSSE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-russe/