RÉVOLUTION FRANÇAISE(repères chronologiques)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

  • 17 juin 1789 Les États généraux, ouverts depuis le 5 mai, se constituent en Assemblée nationale.

  • 14 juillet 1789 Prise de la Bastille.

  • 4 août 1789 Abolition des privilèges.

  • 26 août 1789 Déclaration des droits de l'homme et du citoyen.

  • Juillet 1790 Vote de la Constitution civile du clergé (le 12) ; fête de la Fédération (le 14).

  • 20-21 juin 1791 Fuite du roi et arrestation à Varennes.

  • 3 septembre 1791 Vote de la Première Constitution française.

  • 10 août 1792 Prise des Tuileries : chute de la royauté.

  • Septembre 1792 Bataille de Valmy (le 20) ; proclamation de la République (le 22).

  • 21 janvier 1793 Exécution de Louis XVI.

  • 5 septembre 1793 Instauration de la Terreur.

  • 5 avril 1794 Exécution de Danton.

  • 27 juillet 1794 Chute de Robespierre (9 thermidor an II).

  • 31 octobre 1795 Mise en place d'un Directoire.

  • 9-10 novembre 1799 Coup d'État du 18-Brumaire an VIII ; Bonaparte est nommé consul provisoire.

—  Sylvain VENAYRE

Écrit par :

  • : professeur d'histoire contemporaine à l'université de Grenoble-II

Classification


Autres références

«  RÉVOLUTION FRANÇAISE  » est également traité dans :

RÉVOLUTION FRANÇAISE, en bref

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 221 mots
  •  • 1 média

La décision des États généraux, convoqués par Louis XVI pour résoudre la crise financière du royaume, de se constituer en Assemblée nationale est une révolution politique. Désormais, la souveraineté n'appartient plus au roi mais au peuple, qui devient le fondement du pouvoir politique, alors même que l'individu, en faveur de qui est promulguée la Décl […] Lire la suite

RÉVOLUTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN, 
  • Marc THIVOLET
  •  • 29 477 mots
  •  • 3 médias

La période appelée Révolution française, qui se situe entre 1789 et 1799, constitue une rupture considérable, abolissant la monarchie, inventant de nouveaux rapports sociaux et créant une langue politique inédite. Ce bouleversement ne représente pas seulement la pointe des mouvements révolutionnaires qui se produi […] Lire la suite

RÉVOLUTION FRANÇAISE GUERRES DE LA

  • Écrit par 
  • Jean DÉRENS
  •  • 1 446 mots
  •  • 1 média

À la fin de 1791, la France marche à la guerre, chaque parti croyant y trouver son intérêt. La Cour espère que la guerre ruinera la Révolution et rétablira le pouvoir monarchique : la guerre est le seul moyen de provoquer l'intervention des princes étrangers, et la France en pleine convulsion ne paraît pas capable de soutenir « une demi-campagne ».Le ministèr […] Lire la suite

ABENSOUR MIGUEL (1939-2017)

  • Écrit par 
  • Anne KUPIEC
  •  • 907 mots
  •  • 1 média

Utopie, émancipation, critique, politique – tels sont les termes qui peuvent qualifier le travail conduit par Miguel Abensour, professeur de philosophie politique, éditeur et penseur . Miguel Abensour est né à Paris le 13 février 1939. Agrégé de sciences politiques, auteur d’une thèse d’État ( Les Formes de l'utopie socialiste-communiste : essai sur le communisme critique et l ' utopie), il ensei […] Lire la suite

ACCAPAREURS

  • Écrit par 
  • Jean DÉRENS
  •  • 627 mots

La question des subsistances a joué un rôle essentiel dans la mobilisation des masses populaires qui, par l'insurrection, ont donné à la Révolution un nouvel élan à chaque fois qu'elle semblait dans l'impasse, le 14 juillet et le 5 octobre 1789, le 20 juin et le 10 août 1792. À chaque fois, le peuple des faubourgs s'est soulevé pour briser les tentatives des contre-révolutionnaires « qui voulaient […] Lire la suite

ADOPTION

  • Écrit par 
  • Pierre MURAT
  •  • 8 874 mots

Dans le chapitre « Historique »  : […] L'institution est connue et pratiquée depuis la plus haute antiquité : les droits mésopotamien, égyptien, hébraïque ou grec la connaissent. Surtout elle a été très pratiquée par les romains, selon des formes et pour des raisons qui ont varié selon les époques. Mais à Rome, la notion de famille ne repose pas sur l'engendrement et l'affection, mais sur la soumission à la puissance d'un chef de fa […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

  • Écrit par 
  • Michel EUDE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 26 839 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « L'Allemagne et la Révolution française »  : […] Les événements qui bouleversent la France à partir de 1789 rencontrent cependant en Allemagne un accueil très divers. À la sympathie initiale qu'ils suscitent dans les milieux éclairés, succède bientôt une inquiétude qui se change, après 1792, en réserve ou en hostilité déclarée. Comme en Angleterre, les esprits les plus hardis ne s'avancent pas, sauf de très rares exceptions, au-delà de ce que re […] Lire la suite

ALSACE

  • Écrit par 
  • Françoise LÉVY-COBLENTZ, 
  • Raymond WOESSNER
  • , Universalis
  •  • 6 606 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La Révolution et ses répercussions en Alsace »  : […] Le 21 juillet 1789, à la nouvelle de la prise de la Bastille, le peuple strasbourgeois se précipite à l'hôtel de ville qu'il saccage entièrement. Châteaux et abbayes sont pris d'assaut par les paysans, notamment dans le Sundgau. La première grande manifestation populaire se déroule à l'occasion de la fête de la Fédération du Rhin qui rassemble à Strasbourg, le 13 juin 1790, cinquante mille citoye […] Lire la suite

ALSACE PRINCES POSSESSIONNÉS D'

  • Écrit par 
  • Ghislain de DIESBACH
  •  • 659 mots

Lors de la réunion de l'Alsace à la France, sous Louis XIV, il avait été précisé que les fiefs appartenant à des souverains étrangers ne relèveraient pas du droit français, notamment en matière d'impôts et de douanes. En voulant appliquer les décrets du 4 août 1789 sur l'abolition des droits féodaux, puis celui du 2 novembre de la même année sur la sécularisation des biens du clergé, l'Assemblée c […] Lire la suite

AMI DU PEUPLE L'

  • Écrit par 
  • Pierre ALBERT
  •  • 381 mots

Marat fonde, le 12 septembre 1789, Le Publiciste parisien qui prend très vite le titre plus significatif de L'Ami du peuple et la devise Vitam impendere vero (« Consacrer sa vie à la vérité »). C'est une publication de huit à seize pages de petit format, rédigée tout entière par le seul Marat, et qui a plus la forme d'un pamphlet périodique que d'un quotidien d'information. Aussi bien, du fait […] Lire la suite

ANARCHISME

  • Écrit par 
  • Henri ARVON, 
  • Jean MAITRON, 
  • Robert PARIS
  • , Universalis
  •  • 13 333 mots
  •  • 7 médias

L'anarchisme est un mouvement d'idées et d'action qui, en rejetant toute contrainte extérieure à l'homme, se propose de reconstruire la vie en commun sur la base de la volonté individuelle autonome . Bien que l'anarchisme militant ne se manifeste que vers la fin du xix e  siècle avec Kropotkine , Élisée Reclus et Malatesta, les lignes essentielles de la doctrine anarchiste se précisent dès la pre […] Lire la suite

ANCIEN RÉGIME

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 19 083 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'Ancien Régime et la Révolution »  : […] Au total, dans ce que l'on appelle l'« Ancien Régime », un type de société et une forme très évolutive de gouvernement reposent sur une même et fondamentale contradiction. D'une part, au cours de sa croissance normale, l'État moderne, avec sa structure administrative de plus en plus complexe, doit longtemps, et nécessairement, tenter un compromis toujours provisoire avec les vieilles formes, féoda […] Lire la suite

ANTRAIGUES EMMANUEL DE LAUNAY comte d' (1754-1812)

  • Écrit par 
  • Ghislain de DIESBACH
  •  • 529 mots

Revenu de bien des choses, de l'Orient où il s'est aventuré, des voyages en montgolfières et surtout des idées républicaines qu'il avait naguère adoptées, le comte d'Antraigues, dès 1789, abandonne les principes qu'il a exposés l'année précédente dans son Mémoire sur les états généraux , grâce auquel il est devenu célèbre en quelques semaines. Cet ennemi de la Cour se transforme en champion d'une […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE MÉDIÉVALE

  • Écrit par 
  • Luc BOURGEOIS
  •  • 4 879 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Accepter le Moyen Âge »  : […] Forgée par les humanistes italiens des xv e et xvi e  siècles, l’expression « Moyen Âge » constitua dès son origine une notion essentiellement négative et désignant une époque de décadence des arts et des lettres entre deux sommets de la culture classique, l’Antiquité et la Renaissance. Cette période d’un millénaire, par ailleurs dépourvue de cohérence interne, apparaissait donc dès l’abord comm […] Lire la suite

ARCHIVES

  • Écrit par 
  • Françoise HILDESHEIMER
  •  • 6 702 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La centralisation française  »  : […] Alors que la France d'Ancien Régime avait jusque-là ignoré la centralisation des archives d'État, la Révolution française crée une administration spécifique pour répondre à des besoins nouveaux : conservation des archives de l'Assemblée nationale, regroupement des fonds des administrations de l'Ancien Régime et des ventes des biens nationaux. Le décret du 7 septembre 1790 institue les Archives na […] Lire la suite

ARISTOCRATES, Révolution française

  • Écrit par 
  • Ghislain de DIESBACH
  •  • 393 mots

Employé déjà de manière péjorative par certains nobles libéraux pour désigner ceux qui ne partagent pas leurs vues ou les accusent de démagogie, le terme d'aristocrate devient, dès 1789, une injure appliquée indistinctement à toute personne, si plébéienne soit-elle, qui reste attachée par goût, par métier ou par habitude à l'Ancien Régime. Véritable arrêt de proscription, il légitime toutes les ex […] Lire la suite

ASSIGNATS

  • Écrit par 
  • Michel EUDE
  •  • 490 mots
  •  • 1 média

Le 2 novembre 1789, l'Assemblée constituante décide que les biens du clergé seront « mis à la disposition de la nation » pour rembourser la dette de l'État. Mais il est nécessaire de mobiliser ce capital évalué à quelque trois milliards de livres. Le 19 décembre, l'Assemblée crée une Caisse de l'extraordinaire chargée d'aliéner les biens du clergé. En attendant la vente, la Caisse émettra des assi […] Lire la suite

AULARD ALPHONSE (1849-1928)

  • Écrit par 
  • Guillaume MAZEAU
  •  • 1 318 mots

Dans le chapitre « Un maître au service de la République »  : […] François-Victor-Alphonse Aulard naît le 19 juillet 1849 à Montbron (Charente) et mourra le 23 octobre 1928 à Paris. Il suit sa scolarité au collège Sainte-Barbe puis au lycée Louis-le-Grand, avant d’intégrer l’École normale supérieure. En 1870, il s’enrôle dans la guerre contre la Prusse puis, l’année suivante, obtient l’agrégation d’histoire. Après avoir enseigné à Nice et à Nîmes, il soutient en […] Lire la suite

BABOUVISME

  • Écrit par 
  • Albert SOBOUL
  •  • 4 032 mots

Gracchus Babeuf (1760-1797), le premier dans la Révolution française, surmonta la contradiction, à laquelle s'étaient heurtés tous les politiques dévoués à la cause populaire, entre l'affirmation du droit à l'existence et le maintien de la propriété privée et de la liberté économique. Par la pensée et par l'action, il dépassa son temps, il s'affirma l'initiateur d'une société nouvelle. Comme les s […] Lire la suite

Pour citer l’article

Sylvain VENAYRE, « RÉVOLUTION FRANÇAISE - (repères chronologiques) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-francaise-reperes-chronologiques/