RÉVOLUTION FRANÇAISE GUERRES DE LA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À la fin de 1791, la France marche à la guerre, chaque parti croyant y trouver son intérêt. La Cour espère que la guerre ruinera la Révolution et rétablira le pouvoir monarchique : la guerre est le seul moyen de provoquer l'intervention des princes étrangers, et la France en pleine convulsion ne paraît pas capable de soutenir « une demi-campagne ».

1700 à 1800. L'âge des Lumières

Vidéo : 1700 à 1800. L'âge des Lumières

Traite des Noirs. Philosophie des Lumières. Révolution scientifique et politique. Indépendance des États-UnisLe XVIIIe siècle est fatal aux États les plus archaïques. La Dzoungarie, dernier empire nomade, est broyée entre l'expansion chinoise Qing et l'Empire russe. Ce dernier, modernisé... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Le ministère « brissotin » veut, par la guerre, obliger les contre-révolutionnaires à se démasquer et contraindre le roi à prendre position. Mais déjà perce aussi le sentiment national, et l'identification de la liberté et de la patrie. Les brissotins se dressent contre l'Autriche, symbole de l'Ancien Régime ; on parle d'une « guerre des peuples contre les rois », d'une « croisade de liberté universelle » qui permettra de libérer les peuples asservis, mais ce qui domine encore, c'est le désir de consommer la Révolution.

Pendant trois mois, Robespierre s'efforce de lutter, presque seul, contre ce courant belliqueux : il s'agit bien, selon lui, de consommer la révolution, mais il faut remettre de l'ordre à l'intérieur avant de songer à porter la révolution et la liberté à l'extérieur. Il signale tous les risques que l'on courrait à entreprendre une guerre sans l'avoir préparée, sans être en état de la mener et conclut, avec une prescience assez étonnante, qu'en cas de victoire, la liberté peut encore sombrer sous les coups d'un général audacieux...

Mais le courant girondin est le plus fort, et le 20 avril 1792, sur proposition de Louis XVI, l'Assemblée déclare la guerre au roi de Hongrie et de Bohême.

C'est après le manifeste de Brunswick que liberté, république et patrie parurent indissolublement liées : cette déclaration menaçante, où l'on promettait la peine de mort à tout garde national et à tout habitant qui se défendrait contre l'envahisseur, où l'on prédisait à Paris « une exécution militaire et une subversion totale » au cas où il serait fait le moindre mal à la famille royale, eut l'effet inverse de celui qu'on escomptait. Au lieu d'effrayer la population parisienne, il la surexcite ; connu à Paris le 1er août 1792, il ne précède que de quelques jours la chute de la monarchie, le 10 août.

La nature de la guerre est complètement transformée : il ne s'agit plus d'une guerre de prince à prince, pour la conquête de quelque province. C'est bien une guerre politique, dont le caractère paraîtra encore plus évident avec la formation de la première coalition. Il s'agit de la guerre annoncée par les Girondins, la guerre des rois et des princes contre la liberté.

C'est dans cette perspective que la bataille de Valmy (20 sept. 1792) prend toute sa signification. L'armée des sans-culottes avait tenu bon et arrêté les forces de l'invasion. Cette victoire eut un retentissement immense, sans commune mesure avec son importance stratégique. L'exécution du roi le 21 janvier 1793 accentue encore le caractère nouveau de la lutte entre la France et l'Europe. La Convention a coupé les ponts derrière elle, la seule alternative qui reste est la liberté ou la mort.

Dans le début de l'année 1793, la situation se dégrade très rapidement ; partout vaincues, les armées révolutionnaires reculent. Le sursaut national qui se produit alors pour la défense de la liberté et de la patrie aboutit, le 23 août 1793, à la « levée en masse » de tous les hommes en état de marcher et de porter les armes. Si la levée en masse ne fut jamais réalisée, telle que l'auraient voulu les journalistes extrémistes, qui l'interprétaient au sens propre, le terme correspond bien à l'effort qui fut demandé à l'ensemble de la nation : la défense nationale devait tout primer jusqu'à la paix. C'est par la défense nationale qu'on entend justifier toutes les mesures les plus extrêmes, les réquisitions, la faim, la terreur.

Le gouvernement révolutionnaire consacre toute son énergie à l'armée : « La révolution est la guerre de la liberté contre ses ennemis » (Robespierre). Ce qui est le plus remarquable, c'est le progrès de l'« esprit républicain » chez les soldats de l'an II. Il s'agit bien d'une armée révolutionnaire, combattant pour la fin des privilèges, l'abolition de la féodalité, la disparition du despotisme. Identifiant République, Nation et Liberté, les armées de la République tirent [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : archiviste-paléographe, bibliothécaire à la bibliothèque historique de la Ville de Paris

Classification

Autres références

«  RÉVOLUTION FRANÇAISE GUERRES DE LA  » est également traité dans :

BRISSOT DE WARVILLE JACQUES PIERRE BRISSOT dit (1754-1793)

  • Écrit par 
  • Roger DUFRAISSE
  •  • 628 mots

Sous la Législative, « brissoter » voulait dire « intriguer », voire « voler ». Cela situe assez bien le personnage de Brissot. Pour Jaurès, il fut le « médiocre Méphistophélès de la Gironde », « un esprit remuant et brouillon, plein d'une haute idée de lui-même ». Mme Roland avait été plus indulgente : « Gai, naïf, ingénu, il est fait pour vivre avec des sages et pour être la dupe des méchants. » […] Lire la suite

BRUNE GUILLAUME MARIE ANNE (1763-1815) maréchal d'Empire (1804)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 472 mots

Né à Brive-la-Gaillarde, clerc de procureur, puis imprimeur à Paris, Brune offre un exemple typique d'homme que rien ne semblait appeler à la carrière ni à la gloire des armes et dont la Révolution seule fit un soldat. (Parmi les autres maréchaux d'Empire, on pourrait citer encore le cas de Gouvion-Saint-Cyr, artiste peintre jusqu'en 1792.) Au début de la Révolution, Brune se lance dans le journal […] Lire la suite

BRUNSWICK CHARLES GUILLAUME FERDINAND duc de (1735-1806)

  • Écrit par 
  • Ghislain de DIESBACH
  •  • 416 mots

Prince libéral et cultivé, le duc de Brunswick, qui s'est déjà distingué pendant la guerre de Sept Ans, passe depuis la mort de son oncle, Frédéric II, pour le plus illustre guerrier de son temps. Plus calculateur qu'audacieux, il est, malgré sa vaillance personnelle, de ceux « qui manquent la victoire pour s'être trop préoccupés d'assurer la retraite ». Moins soldat que diplomate, ce prince philo […] Lire la suite

CARNOT LAZARE NICOLAS MARGUERITE (1753-1823)

  • Écrit par 
  • Jan SEBESTIK
  •  • 1 449 mots
  •  • 1 média

Dans les manuels d'histoire, la grande figure de l'« Organisateur de la victoire » plane, seule respectable, bien au-dessus des figures sanguinaires de la Révolution. Fils d'un avocat et notaire bourguignon, Lazare Carnot fait de bonnes études secondaires à Autun, entre à dix-huit ans à l'École du génie de Mézières, arrive en garnison en 1783 comme capitaine à Arras, y fréquente Robespierre. Chaud […] Lire la suite

CHAMPIONNET JEAN ÉTIENNE VACHIER dit (1762-1800)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 242 mots

Enfant naturel, né à Valence, Championnet sert à vingt ans dans l'armée espagnole et combat pendant le siège de Gibraltar. Patriote convaincu, il forme et instruit un bataillon de volontaires à Valence en 1792. De 1794 à 1797, il est, avec Kléber et Marceau, un des meilleurs lieutenants de Jourdan à l'armée de Sambre-et-Meuse. À la fin de 1798, il commande en chef en Italie, chasse les Bourbons de […] Lire la suite

CLAUSEWITZ KARL VON (1780-1831)

  • Écrit par 
  • André GLUCKSMAN
  •  • 4 624 mots

Dans le chapitre « Trois expériences »  : […] La première expérience est celle du bouleversement radical qu'introduit dans l'art de la guerre une révolution politique et sociale : « Une force dont personne n'avait eu l'idée fit son apparition en 1793. La guerre était soudain devenue l'affaire du peuple et d'un peuple de 30 millions d'habitants qui se considéraient tous comme citoyens de l'État [...] La participation du peuple à la guerre, à l […] Lire la suite

COALITION GUERRES DE (1792-1815)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 1 058 mots
  •  • 1 média

Pendant dix années consécutives, de 1792 à 1802, puis pendant douze autres années consécutives, de 1803 à 1815, la France s'est trouvée en guerre avec les principales puissances de l'Europe. La guerre déclarée par Louis XVI et l'Assemblée législative au « roi de Hongrie et de Bohême » trouve son origine dans les rassemblements d'émigrés en territoire allemand et les réclamations des princes posses […] Lire la suite

DAVOUT LOUIS NICOLAS D'AVOUST ou (1770-1823) maréchal d'Empire (1804) duc d'Auerstaedt (1806) prince d'Eckmühl (1809)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 690 mots
  •  • 1 média

Issu d'une famille noble de Bourgogne, sous-lieutenant de cavalerie en 1788, Davout montre bien par son exemple qu'il ne faut pas confondre les nobles en tant que classe sociale et les aristocrates en tant que parti politique opposé aux patriotes. Ardent patriote justement, le jeune Davout est mis aux arrêts à la suite d'un toast révolutionnaire, puis emprisonné en raison d'une mutinerie de son ré […] Lire la suite

DUMOURIEZ CHARLES FRANÇOIS DU PÉRIER dit (1739-1823)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 431 mots
  •  • 1 média

Né à Cambrai, fils d'un commissaire des guerres, Dumouriez fait ses premières armes dans la guerre de Sept Ans ; plus doué pour l'intrigue que pour l'héroïsme, il est vite chargé de diverses missions plus diplomatiques que militaires en Espagne, en Corse, en Pologne et en Suède (1763-1773) ; il connaît plus d'une aventure mal élucidée et fait une fois six mois de Bastille. Maréchal de camp (génér […] Lire la suite

DUPORT ADRIEN (1759-1798)

  • Écrit par 
  • Roger DUFRAISSE
  •  • 444 mots

Issu de la petite noblesse, Adrien Duport devient conseiller à la Chambre des enquêtes, entre dans la franc-maçonnerie, et joue un très grand rôle dans les milieux libéraux à la veille de la Révolution de 1789. Député de la noblesse de Paris aux États-généraux, il est l'un de ceux qui contribuent à populariser le mot « républicain ». Dès juin 1789, il écrit « qu'il préfère la république à la monar […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean DÉRENS, « RÉVOLUTION FRANÇAISE GUERRES DE LA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/guerres-de-la-revolution-francaise/