Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

THOM RENÉ (1923-2002)

Mathématicien français, lauréat de la médaille Fields en 1958, René Thom laisse une empreinte profonde sur sa discipline. Père de la « théorie des catastrophes », il a été l'un des premiers mathématiciens à avoir tiré les conséquences philosophiques de la topologie moderne. Si son esprit provocateur a suscité la controverse, il a défriché de nouvelles voies pour la modélisation mathématique et a eu l'audace de soulever les questions épistémologiques qu'il fallait.

Né le 2 septembre 1923 à Montbéliard (Doubs), René Thom entre à l'École normale supérieure en octobre 1943. Il y suit les cours d'Henri Cartan, l'un des membres fondateurs du groupe Bourbaki. Attiré par la philosophie des mathématiques, Thom se laisse emporter par le maelström bourbakiste et le développement vigoureux de la topologie algébrique. Entré au C.N.R.S. en 1946, il suit Cartan à Strasbourg où il participe au séminaire de topologie de Charles Ehresmann. En 1951, il soutient une thèse de doctorat consacrée aux Espaces fibrés en sphère et carrés de Steenrod. Après un court séjour à Princeton, Thom s'installe à Grenoble (1953), puis retourne à Strasbourg où il est nommé professeur (1954-1963).

Pendant son second séjour strasbourgeois, il met au point la théorie du « cobordisme », travail de topologie différentielle qui sera couronné en 1958. Il montre comment construire l'algèbre graduée des classes d'équivalence des variétés différentiables de dimension n pouvant servir de bord à une même variété de dimension n + 1. En 1956, il propose une classification topologique des singularités des applications réelles, qui contient le germe de la célèbre liste des sept catastrophes élémentaires : le pli, la fronce, la queue d'aronde, le papillon et les trois ombilics (hyperbolique, elliptique et parabolique).

Dans un système soumis à des paramètres de contrôle, dira Thom, les valeurs « catastrophiques » des paramètres sont celles qui font passer brutalement le système d'un état stable à un autre. Les catastrophes élémentaires sont associées aux cas les plus simples : des systèmes dans l'espace à quatre dimensions décrits par un potentiel et n'impliquant pas plus de deux paramètres. C'est à partir de 1963, lorsqu'il s'établit à l'Institut des hautes études scientifiques (I.H.E.S.) de Bures-sur-Yvette, que Thom se lance dans l'étude de la stabilité structurelle, propriété qu'ont certains objets mathématiques de ne pas changer fondamentalement de caractère sous l'effet d'une petite perturbation. L'œuvre de l'embryologiste Conrad Hal Waddington l'aide à concevoir une « théorie dynamique de la morphogenèse » très générale. Il élabore une vision radicale de la modélisation mathématique dans les sciences. Indépendamment du substrat physicochimique, son approche cherche, sur la base de la topologie moderne, à expliquer qualitativement les phénomènes en termes d'émergence de formes stables.

En 1972, les principes de la théorie des catastrophes sont énoncés dans son manifeste scientifique intitulé Stabilité structurelle et morphogenèse. Les théorèmes qu'il y annonce, en partie prouvés par Bernard Malgrange et John Mather, sont profonds, mais c'est l'utilisation qu'il en fait qui surprend. Le topologue Christopher Zeeman popularise alors l'idée que cette théorie permet de modéliser les situations où des changements progressifs dans les valeurs de paramètres produisent des effets brusques. Développée par Stephen Smale, mathématicien proche de Thom, puis par David Ruelle, physicien à l'I.H.E.S., l'idée que l'approche topologique modifie profondément la manière dont on doit concevoir la modélisation mathématique s'incarnera dans la théorie des systèmes dynamiques et le chaos déterministe.[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ŒUVRES COMPLÈTES (R. Thom)

    • Écrit par David AUBIN
    • 808 mots

    Le mathématicien et philosophe René Thom est mort en octobre 2002. Jusqu'à présent, il était ardu d'avoir une vision d'ensemble de son œuvre, complexe et controversée, qui touche à divers domaines du savoir. D'autant que cet auteur prolixe paraissait se désintéresser de ses textes une fois qu'il les...

  • STABILITÉ STRUCTURELLE ET MORPHOGENÈSE (R. Thom)

    • Écrit par Bernard PIRE
    • 364 mots
    • 1 média

    En 1972, le mathématicien René Thom (1923-2002, médaille Fields 1958) publie Stabilité structurelle et morphogénèse, sous-titré « Essai d'une théorie générale des modèles ». Cet ouvrage s'adresse « aux spécialistes de disciplines jusqu'à présent rebelles à toute mathématisation, comme la biologie...

  • ACOUSMATIQUE MUSIQUE

    • Écrit par François BAYLE
    • 7 820 mots
    • 4 médias
    Après Peirce, notre inspiration ira puiser chez René Thom, qui d'ailleurs a cité volontiers ce sémiologue du xixe siècle, précurseur d'une conception qualitative du monde : «  Les phénomènes qui sont l'objet d'une discipline [...] apparaissent comme des accidents de formes...
  • CATASTROPHES THÉORIE DES

    • Écrit par Jean PETITOT
    • 5 100 mots
    • 10 médias

    La théorie des catastrophes est apparue sur la scène scientifique et philosophique mondiale en 1972, lors de la publication retentissante du livre de René Thom : Stabilité structurelle et morphogenèse. Cet événement a suscité un ample débat théorique et l'on peut d'ores et déjà le considérer comme...

  • CONTINU & DISCRET

    • Écrit par Jean-Michel SALANSKIS
    • 7 672 mots
    ...l'opposition du continu et du discret. L'un des plus impressionnants sur le plan conceptuel est celui de la théorie des catastrophes, à partir des travaux de R. Thom. Sans entrer dans le moindre détail, disons que les concepts de la topologie différentielle (branche de l'analyse réelle) sont utilisés pour présenter...
  • DESCRIPTION ET EXPLICATION

    • Écrit par Jean LARGEAULT
    • 9 388 mots
    • 1 média

    Certaines disciplines sont descriptives : astronomie, anatomie, zoologie. Une description peut être plus qu'une simple collection non ordonnée de faits ou de données, l'exemple des taxinomies le montre. La géographie comporte une partie descriptive ; les cartes sont de pures descriptions....

  • Afficher les 12 références

Voir aussi