SPITZ RENÉ ARPAD (1887-1974)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

René Spitz est un psychiatre autrichien né à Vienne le 29 janvier 1887 et mort à Denver (États-Unis) le 11 septembre 1974. Après des études de médecine à Budapest, à Lausanne et à Berlin, il se tourne vers la psychanalyse et entreprend des recherches dans le service de psychologie expérimentale infantile de Charlotte Bühler à Vienne. Établi aux États-Unis, il devient professeur de psychologie psychanalytique à la Graduate Faculty du College of the City of New York (1956), puis professeur de psychiatrie à l'université du Colorado (1967).

Ses travaux s'inscrivent dans un mouvement qui, datant de la Seconde Guerre mondiale, s'intéresse, notamment avec Melanie Klein et Anna Freud, aux premières années de la vie à partir de l'analyse d'enfants ayant atteint le niveau verbal. Observant directement le nourrisson dans son milieu naturel, Spitz s'efforce de préciser le rapport entre la personnalité de la mère et le développement de l'enfant. Il a publié sur ce sujet de nombreux ouvrages, dont certains sont traduits en français, notamment Le Non et le Oui. La genèse de la communication humaine (1962) et De la naissance à la parole. La première année de la vie de l'enfant (1968).

Pour Spitz, la relation réciproque entre la mère et l'enfant (qu'il étudie par l'observation directe, à l'aide de films projetés au ralenti, au moyen de baby tests, et en associant la méthode longitudinale à la méthode transversale) est la matrice du développement des relations sociales. La formation de la relation d'objet se constitue dans la première année et passe par plusieurs stades : le stade préobjectal, le stade de l'objet précurseur et, enfin, le stade de l'objet proprement dit. Le premier correspond à peu près au stade narcissique primaire ; c'est un état de non-différenciation par rapport à l'entourage. Le stade de l'objet précurseur survient environ au troisième mois, avec l'installation de ce que Spitz appelle le « premier organisateur » : l'enfant sourit au visage humain vu de face et en mouvement ; il se tourne alors vers une perception extérieure, mais il ne s'agit là que d'un objet « précurseur », parce que le bébé ne reconnaît pas les qualités essentielles mais seulement des attributs superficiels de l'objet, qui n'est alors qu'un signal lié aux situations de nourriture ou de sécurité. Le stade de l'objet apparaît vers sept ou huit mois : l'enfant a peur de l'étranger si la mère est absente ; il perçoit le visage de celui-ci en le confrontant aux traces mnémoniques du visage de la mère ; c'est dire qu'il a alors formé une relation objectale véritable, que Spitz appelle le « second organisateur ». Tandis que, dans les stades précédents, les deux grandes pulsions agressive et libidinale sont séparées, ainsi que le bon et le mauvais objet, le nourrisson, au sixième mois environ grâce à des expériences répétées et à une plus grande fonction intégrative du moi, arrive à fondre les deux objets (bon et mauvais) sur la personne, donnée perceptivement comme unique, de la mère : c'est à ce moment-là que se forme l'objet libidinal.

Les conséquences de l'établissement de ce second organisateur sont très nombreuses : l'enfant comprend le geste social comme moyen de communication ; il se défend en s'identifiant à ce geste ; ses attitudes affectives se nuancent ; il reconnaît l'utilisation de l'outil ; il devient actif et vit chaque refus de la mère comme une frustration à ses pulsions, qui s'accompagne de poussées agressives de la part du ça et d'un mécanisme de défense, l'identification à l'agresseur.

L'établissement d'une relation objectale normale dépend avant tout pour Spitz du comportement de la mère dans sa relation avec l'enfant. Celle-ci doit procurer autant de plaisir à la mère qu'au nourrisson, les satisfactions de ce dernier étant d'abord physiologiques, puis d'ordre libidinal. Spitz a précisément étudié les relations maternelles qui causent des troubles psychotoxiques chez le nourrisson : attitude de rejet, sollicitude anxieuse, oscillation entre la gâterie et l'hostilité. Mais les troubles les plus graves apparaissent lorsque la relation entre la mère et l'enfant devient brutalement insuffisante, à la suite, par exemple, d'un placement en institution, situation que Spitz appelle l' [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  SPITZ RENÉ ARPAD (1887-1974)  » est également traité dans :

ENFANCE (Les connaissances) - La petite enfance

  • Écrit par 
  • Hélène STORK
  •  • 8 692 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le psychisme postnatal »  : […] Schématiquement, les deux années qui suivent la naissance sont marquées, la première, par le processus de personnalisation, la suivante, par l'émergence de la communication verbale. Le psychisme, durant cette période, se développe à un rythme très rapide, de même que l'organisme. Le poids du cerveau du bébé passe d'environ 340 grammes à la naissance à 1 150 grammes à l'âge de deux ans (pour attei […] Lire la suite

ENFANCE (Les connaissances) - Développement psychomoteur

  • Écrit par 
  • Didier-Jacques DUCHÉ
  •  • 6 675 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le nourrisson (jusqu'à douze ou quinze mois) »  : […] Tous les auteurs sont d'accord pour faire de cette période un ensemble évolutif et fonctionnel. Globaux, massifs et inadaptés au point de départ, les mouvements du nouveau-né deviennent à la fin de cette période des gestes coordonnés et capables de s'adapter au but. Cette évolution se fait, suivant une direction céphalo-caudale – de haut en bas – et proximo-distale, c'est-à-dire de la racine à l […] Lire la suite

HOSPITALISME

  • Écrit par 
  • Bénédicte DURAND-LASSERVE
  •  • 429 mots

R. Spitz a créé le terme d'hospitalisme pour décrire l'altération du corps liée à un long séjour dans un hôpital ou aux effets nocifs du placement en institution durant le premier âge. Cette dernière situation se caractérise par une interruption de la relation déjà instaurée entre la mère et l'enfant, par une insuffisance dans les échanges affectifs nouveaux et les stimulations (substitut maternel […] Lire la suite

PSYCHANALYSE & CONCEPT D'OPPOSITION

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 14 034 mots

Dans le chapitre « De la psychanalyse du jeune enfant à Lacan »  : […] La notion de couple de termes a été largement utilisée par les représentants de la psychanalyse du très jeune enfant – tout d'abord pour décrire la relation duelle d'un type particulier entre l'enfant et le partenaire nourricier. Elle concerne aussi le mécanisme spécifique du clivage, dans ses diverses variétés selon les auteurs. Par ailleurs, ceux-ci font un usage diversifié, selon leurs perspect […] Lire la suite

Pour citer l’article

Anne-Marie LERICHE, « SPITZ RENÉ ARPAD - (1887-1974) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/rene-arpad-spitz/