HOSPITALISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

R. Spitz a créé le terme d'hospitalisme pour décrire l'altération du corps liée à un long séjour dans un hôpital ou aux effets nocifs du placement en institution durant le premier âge. Cette dernière situation se caractérise par une interruption de la relation déjà instaurée entre la mère et l'enfant, par une insuffisance dans les échanges affectifs nouveaux et les stimulations (substitut maternel peu satisfaisant ou substituts multiples) et par une difficulté pour le sujet à s'identifier à une image stable. Elle entraîne, selon Spitz, des troubles carentiels (quelle que soit la qualité des soins physiques, physiologiques ou médicaux) qui comportent deux degrés. La privation partielle d'affects, quand elle survient après six mois de bonnes relations avec la mère, conduit à un tableau clinique de « dépression anaclitique », allant de réactions d'angoisse à un arrêt du développement, puis à un état de léthargie après le troisième mois de séparation. J. Bowlby rapproche ce tableau des syndromes dépressifs (avec inhibition, inertie, solitude, manque d'intérêt pour le monde extérieur). Ces troubles disparaissent rapidement si l'enfant retrouve sa mère entre le troisième et le cinquième mois de la séparation. Dans le cas d'une carence totale en affects, si la séparation a été plus précoce et si la restitution à la mère n'intervient pas, les stades du syndrome partiel évoluent en un retard moteur grave, en un état de « marasme » qui évoque le tableau clinique de l'encéphalopathie ou de l'arriération, état qui peut être irréversible et même conduire à la mort.

Le terme d'hospitalisme a été repris et élargi (à la suite de critiques faites à Spitz) par nombre d'auteurs (notamment J. Aubry), de manière à désigner les conséquences néfastes, d'ordre physiologique aussi bien que psychologique, des carences partielles ou totales en affects liées à une hospitalisation ou à un placement.

L'hospitalisme, ou « syndrome de Spitz », conduit à repenser l'hospitalisation et le placement dans la perspective de la plus grande participation possible de la mère (à domicile ou en institution). Son traitement, dans le cas d'une frustration précoce, consiste à rétablir l'enfant dans une relation stable avec un substitut maternel, sinon avec la mère elle-même, et à recourir à des soins qui tiennent soit des maternages soit de la psychothérapie. (J. Aubry).

—  Bénédicte DURAND-LASSERVE

Écrit par :

Classification


Autres références

«  HOSPITALISME  » est également traité dans :

SPITZ RENÉ ARPAD (1887-1974)

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LERICHE
  •  • 908 mots

René Spitz est un psychiatre autrichien né à Vienne le 29 janvier 1887 et mort à Denver (États-Unis) le 11 septembre 1974. Après des études de médecine à Budapest, à Lausanne et à Berlin, il se tourne vers la psychanalyse et entreprend des recherches dans le service de psychologie expérimentale infantile de Charlotte Bühler à Vienne. Établi aux États-Unis, il devient professeur de psychologie psy […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rene-arpad-spitz/#i_47321

Pour citer l’article

Bénédicte DURAND-LASSERVE, « HOSPITALISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hospitalisme/