Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

RÉFLEXES

L'équipement réflexe

On se bornera à examiner l'organisation des réflexes dans la vie de relation, les réflexes végétatifs ayant été traités dans l'article système neurovégétatif.

Les réflexes médullaires

Les réflexes médullaires sont facilement mis en évidence sur l'animal intact, mais ils sont plus nets et plus amples chez l'animal décérébré ou spinalisé. Certains de ces réflexes dits réflexes courts sont limités à un segment médullaire, d'autres dits réflexes longs s'organisent au sein de plusieurs segments.

Exemples de réflexes courts

Le réflexe d'étirement
Réflexe myotatique - crédits : Encyclopædia Universalis France

Réflexe myotatique

L'étirement brusque d'un muscle par percussion ou traction du tendon provoque une contraction réflexe de ce même muscle. C'est le très important réflexe d'étirement ou réflexe myotatique. Si l'étirement est bref, la réponse musculaire est elle-même de courte durée (réponse phasique) ; si l'étirement se prolonge, la contraction se maintient pendant toute la durée de celui-ci (réponse tonique). Les réflexes ostéo-tendineux bien connus des neurologues : réflexes rotulien, achilléen, entre autres, sont des réflexes d'étirement phasiques. Les terminaisons sensibles à l'origine de ce réflexe se trouvent au sein du muscle lui-même, ce sont les fuseaux neuromusculaires. Les influx qui en proviennent gagnent la moelle par la racine rachidienne correspondante et pénètrent alors dans la substance grise où ils viennent exciter monosynaptiquement les motoneurones du muscle contenant le fuseau neuromusculaire stimulé. Le réflexe d'étirement présente une importance fondamentale dans l'entretien et la régulation du tonus musculaire.

Le réflexe myotatique inverse, ou réflexe d'allongement

Si l'on étire un muscle de plus en plus fortement, la contraction due à la mise en jeu du réflexe d'étirement s'accroît tout d'abord, puis, à partir d'une certaine intensité seuil, cesse brutalement. Ce phénomène, le réflexe myotatique inverse, décrit par Sherrington sous le nom de réflexe d'allongement, trouve son origine dans la stimulation de terminaisons sensibles dites organes tendineux de Golgi, qui, comme leur nom l'indique, siègent dans les tendons et sont stimulées par les tractions s'exerçant sur ceux-ci. Les fibres sensitives qui partent de ces terminaisons gagnent la moelle et s'articulent au sein des cornes ventrales sur des interneurones qui exercent une action inhibitrice puissante sur les motoneurones du muscle étiré.

Cet exemple d'un réflexe d' inhibition apporte un enseignement d'une grande portée pour la compréhension de l'organisation générale de la motricité.

Exemples de réflexes plurisegmentaires

En ce qui concerne le réflexe de flexion, on notera seulement que son organisation et les caractères de sa réponse montrent clairement qu'il s'agit d'un réflexe polysynaptique. Il est déclenché préférentiellement par des stimulations douloureuses (réflexes nociceptifs ou de défense).

Réflexe contralatéral d'extension

Chez le Mammifère quadrupède spinalisé, la stimulation suffisamment forte du tégument d'un membre provoque naturellement la flexion de celui-ci, mais aussi une contraction des muscles extenseurs du membre opposé.

Réflexe de grattage

La stimulation de la peau du flanc d'un chien ou d'un chat suscite un mouvement de grattage de la patte postérieure ipsilatérale, mouvement en principe dirigé vers la région cutanée stimulée. Ce réflexe, qui a pour principal caractère sa remarquable rythmicité, car les mouvements de flexion se font à une fréquence qui ne dépend pas de l'intensité de stimulation, est très polysynaptique et met en jeu un grand nombre de segments médullaires.

Bien d'autres réflexes polysynaptiques et plurisegmentaires peuvent être constatés. C'est ainsi que, chez[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur de psychophysiologie à l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

Classification

Pour citer cet article

Paul LAGET. RÉFLEXES [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Média

Réflexe myotatique - crédits : Encyclopædia Universalis France

Réflexe myotatique

Autres références

  • BEHAVIORISME

    • Écrit par Jean-François LE NY
    • 4 682 mots
    • 2 médias
    ...suscite » (en anglo-américain evokes) la réponse. Cette façon de conceptualiser le comportement, qui est étroitement apparentée à l'idée de «  réflexe », bien que ce terme ne soit pas employé de façon extensive par les behavioristes, conduit à ce que l'on désigne souvent par l'expression de «...
  • CERVELET

    • Écrit par Jean MASSION
    • 7 767 mots
    • 13 médias
    ...cervelet est son intervention dans les processus d'adaptation et d'apprentissage moteur. L'adaptation caractérise le changement progressif d'un réflexe ou d'une performance motrice lorsque les conditions dans lesquelles s'exécute l'acte moteur sont modifiées. Le changement une fois achevé est stable...
  • DÉGLUTITION

    • Écrit par Didier LAVERGNE
    • 177 mots

    Réflexe permettant au contenu buccal de passer dans l'œsophage. Les fibres afférentes proviennent des rameaux sensitifs du nerf pneumogastrique et du nerf trijumeau ; elles excitent des centres nerveux bulbaires. Ceux-ci commandent la musculature pharyngée par l'intermédiaire du nerf glossopharyngien...

  • ENFANCE (Les connaissances) - Développement psychomoteur

    • Écrit par Didier-Jacques DUCHÉ
    • 6 703 mots
    • 1 média
    ...nourrisson devient symétrique, et la prédominance de la flexion s'atténue en même temps que diminue l'hypertonie. À cet âge, on met en évidence divers automatismes moteurs groupés sous le nom de réflexes archaïques, qui vont en s'effaçant au fur et à mesure que l'enfant grandit et que ses activités motrices...
  • Afficher les 27 références

Voir aussi