RÉFÉRENDUM

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une utilisation délicate

En plusieurs circonstances, en effet, le référendum a permis de résoudre des problèmes particulièrement épineux, par exemple celui de la question royale belge, en 1950. La Suède l'a utilisé à diverses reprises : en matière de circulation routière en 1954 et de pensions de vieillesse en 1957. La Suisse fait un large usage du référendum : sur le plan fédéral, une proposition constitutionnelle sur initiative populaire, relative à l'« emprise étrangère » (dite initiative Scharzenbach), a été rejetée le 7 juin 1970 ; en revanche, un référendum constitutionnel sur initiative gouvernementale, relatif au vote des femmes, a abouti à un succès le 7 février 1971. Sur le plan cantonal, ce procédé est d'un emploi très courant ; obligatoire en matière constitutionnelle, il l'est aussi, dans de nombreux cantons, dans le domaine législatif ; par ce biais, les électeurs du canton de Zurich ont accordé le droit de vote et d'éligibilité aux femmes, le 15 novembre 1970.

Des consultations de ce type permettent au peuple en corps de se prononcer sur un texte. Mais des déformations existent. Ainsi, sous les septennats du général de Gaulle, le référendum avait essentiellement pour objet d'aider le chef de l'État à surmonter des crises. Ses effets étaient surtout d'ordre thérapeutique, quant à une situation jugée par lui malsaine.

Qualités thérapeutiques

Un référendum, celui du 28 septembre 1958, est à l'origine de la Ve République. Son contenu est variable puisque trois significations sont attachées à ce vote : les électeurs métropolitains se prononcent sur un projet d'organisation des pouvoirs publics ; le « oui » ou le « non » des territoires d'outre-mer vaut acceptation ou refus d'entrer dans la Communauté ; le « oui » de l'Algérie signifie que l'évolution nécessaire de ce pays « doit s'accomplir dans le cadre français ». Le projet de constitution est adopté à une écrasante majorité.

Charles de Gaulle à Abidjan, 1958

Photographie : Charles de Gaulle à Abidjan, 1958

Arrivée du général de Gaulle à Abidjan en août 1958. Le chef de l'État a entrepris un voyage en Afrique noire française pour préparer le référendum du 28 septembre au cours duquel les peuples d'outre-mer auront le choix entre l'adhésion à la Communauté ou la sécession. 

Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

La Constitution du 4 octobre 1958 décide, en son article 3, que la « souveraineté nationale appartient au peuple qui l'exerce par ses représentants et par la voie du référendum ». En matière constitutionnelle, cet article est de droit, à moins que le président de la République décide de soumettre le projet de révision aux deux chambres réunies en congrès (article 89). En matière législative, seuls certains projets de loi pourront en faire l'objet (article 11).

Depuis 1945, le référendum est « intimement lié à la notion de crise : il est le tremplin utilisé pour franchir les obstacles difficiles » (G. Bortoli) ; il constitue une « thérapeutique » (J.-M. Garrigou-Lagrange). En 1961 et 1962, le chef de l'État recourt au référendum pour régler le conflit algérien ; celui du 8 janvier 1961 aboutit à l'approbation de la politique d'autodétermination, celui du 8 avril 1962 à l'adoption des accords d'Évian.

L'autodétermination en Algérie

Photographie : L'autodétermination en Algérie

Un Algérien distribue des tracts sur le marché de Tizi Ouzou, en Kabylie (Algérie). Ces tracts appellent à voter oui au référendum du général de Gaulle, président de la République française, sur l'autodétermination en Algérie, de janvier 1961. 

Crédits : Keystone/ Getty Images

Afficher

Le référendum du 28 octobre 1962 intervient dans un climat dramatisé par le chef de l'État : il fait de l'élection du président de la République au suffrage universel l'enjeu de son conflit avec les partis politiques ; après la victoire, cette réforme deviendra une pierre angulaire du nouveau régime. Le référendum du 27 avril 1969 aura surtout pour objet de consolider un pouvoir ébranlé par les « événements » de mai 1968.

Charles de Gaulle, 1969

Photographie : Charles de Gaulle, 1969

Charles de Gaulle dépose son bulletin dans l'urne à Colombey-les-Deux-Églises, lors du référendum du 27 avril 1969 sur la réforme de la régionalisation et du Sénat. Il démissionne le lendemain, après la victoire du non. 

Crédits : Keystone-France/ Gamma-Keystone/ Getty Images

Afficher

Le général de Gaulle provoquait les tempêtes ; par tempérament, Georges Pompidou préférait la mer étale. En 1972, la consultation relative à l'adhésion de la Grande-Bretagne au Marché commun visait avant tout à élargir les assises de la majorité présidentielle. Compte tenu du risque d'abstention élevée et de la recrudescence du rôle des partis, les consultations de 1988, sur le statut de la Nouvelle-Calédonie, de 1992, sur le traité de Maastricht, de 2000, sur la durée du mandat présidentiel, et de 2005 sur le projet de traité constitutionnel européen, ont été marquées par un désengagement formel du chef de l'État.

Dans d'autres pays, l'usage de cette technique est encore moins fréquent qu'en France ; il en est ainsi dans certains États africains : inscrit dans des textes, le référendum n'y est guère appliqué.

Des textes peu employés

En règle générale, les premières Constitutions africaines francophones firent une place au réf [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Charles de Gaulle à Abidjan, 1958

Charles de Gaulle à Abidjan, 1958
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

L'autodétermination en Algérie

L'autodétermination en Algérie
Crédits : Keystone/ Getty Images

photographie

Charles de Gaulle, 1969

Charles de Gaulle, 1969
Crédits : Keystone-France/ Gamma-Keystone/ Getty Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à la faculté de droit de l'université de Paris-V-René-Descartes, membre de l'Académie des sciences d'outre-mer

Classification

Autres références

«  RÉFÉRENDUM  » est également traité dans :

ALGÉRIE

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON, 
  • Sid-Ahmed SOUIAH, 
  • Benjamin STORA, 
  • Pierre VERMEREN
  •  • 42 226 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Les Européens terrorisés se résignent à l'exode »  : […] Un tel fanatisme accélère la fuite des pieds-noirs, qui ne sont pas consultés, ni même très informés, sur les accords d'Évian, tandis qu'en métropole le référendum du 8 avril 1962 apporte au général de Gaulle la caution massive du peuple français : 90 p. 100 des votants disent oui aux accords d'Évian. Les Européens d'Algérie sont terrorisés et l'exode commence. En quelques semaines, en juin et ju […] Lire la suite

BIÉLORUSSIE

  • Écrit par 
  • Yann RICHARD, 
  • Ioulia SHUKAN
  •  • 7 678 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un régime autoritaire »  : […] Après l'adoption, le 15 mars 1994, par le Soviet suprême, d'une nouvelle Constitution qui instaurait une présidence de la République, Alexandre Loukachenko, ex-directeur de sovkhoze, s'est servi de sa fonction de président du Comité temporaire de lutte anticorruption pour mener sa campagne pour l'élection présidentielle de juin-juillet 1994. Opposé à Viatcheslav Kebitch, Premier ministre sortant, […] Lire la suite

BRAZZAVILLE DISCOURS DE (1958)

  • Écrit par 
  • Jean-Marcel CHAMPION
  •  • 288 mots

Prononcé par le général de Gaulle, alors président du Conseil, au cours du voyage qu'il avait entrepris dans les territoires français d'Afrique, le discours de Brazzaville (24 août 1958) avait essentiellement pour but de présenter aux populations locales la Communauté destinée à remplacer l'Union française dans le cadre de la future Constitution de la V e  République et les inciter à voter « oui » […] Lire la suite

CANADA - Histoire et politique

  • Écrit par 
  • Michel BRUNET, 
  • Alain NOËL
  •  • 19 334 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Le référendum québécois de 1995 »  : […] La question constitutionnelle n’est cependant pas écartée si facilement. Au Québec, à l’issue des élections de septembre 1994, le Parti québécois reprend le pouvoir avec à sa tête Jacques Parizeau, un partisan résolu de la souveraineté, qui a promis de tenir le référendum que Robert Bourassa avait annoncé. Parizeau va de l’avant malgré les appuis insuffisants à son projet d’indépendance et, grâce […] Lire la suite

CHILI

  • Écrit par 
  • Raimundo AVALOS, 
  • Olivier COMPAGNON, 
  • Roland PASKOFF, 
  • Sergio SPOERER, 
  • Sébastien VELUT
  • , Universalis
  •  • 19 439 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Un régime en quête de légitimité »  : […] Dans un premier temps, la junte militaire bénéficie d'importants soutiens intérieurs et extérieurs qui lui permettent d'asseoir son pouvoir. De larges secteurs de la société, des classes moyennes dont les revenus étaient rongés par l'inflation aux élites industrielles et financières, approuvent l'intervention des forces armées qui rétablit l'ordre public, met un terme aux grèves qui paralysaient l […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - La période gaullienne (1958-1969)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 8 841 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Mai-juin 1968 »  : […] La France avait connu, dans les premières années de la V e  République, quelques mouvements sociaux importants. Ainsi, la grève des mineurs de 1963 – à laquelle le pouvoir avait répondu par un ordre de réquisition – avait été populaire et la confiance accordée au président de la République en avait été sensiblement affectée pendant quelques mois. En 1966, après un accord C.G.T.-C.F.D.T. pour une […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - La période post-gaullienne (1969-1981)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 6 876 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le référendum de 1972 sur l'Europe »  : […] Le président Pompidou est incontestablement plus européen que son prédécesseur, il a cherché à favoriser l'extension de la Communauté. Faire avaliser par référendum l'accord de la France à cette extension pouvait présenter plusieurs avantages. Il faisait entériner par le peuple une mesure qui avait toujours suscité des réticences de la part du général de Gaulle. Après l'échec du référendum plébis […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Mitterrand (1981-1995)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 7 282 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les années Cresson et Bérégovoy »  : […] Édith Cresson est nommée Premier ministre le 15 mai 1991, à la tête d'un gouvernement où les proches du président sont plus nombreux qu'avant. Très vite, son action est fortement critiquée et elle bat des records d'impopularité dans les sondages. Il n'y a donc pas eu de relance de la politique socialiste, ce que confirment les élections régionales et cantonales de mars 1992. La sanction des socia […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Chirac (1995-2007)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 9 267 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le référendum perdu sur le traité constitutionnel européen (2005) »  : […] L'année 2005 est marquée par un grand débat sur les questions européennes. Après beaucoup d'efforts, les chefs d'État de l'Union européenne avaient réussi à se mettre d'accord en juin 2004 sur un traité constitutionnel, qui devait ensuite être ratifié dans les vingt-cinq États membres. Ce traité comportait trois parties : deux assez courtes sur les grands principes démocratiques et l'organisatio […] Lire la suite

CITOYENNETÉ

  • Écrit par 
  • Dominique SCHNAPPER
  •  • 4 678 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La légitimité politique »  : […] En proclamant la souveraineté du citoyen, les révolutionnaires posaient un principe de transcendance des particularismes. Constitués en « nation », pour reprendre la formule de l'article 3 de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, les citoyens cessaient d'être des individus concrets pour agir dans l'espace public en tant que citoyens. C'est pourquoi ils devenaient en principe citoyen […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

4-20 octobre 2021 France. Menace d'un boycottage du troisième référendum sur l'indépendance de la Nouvelle-Calédonie par le FLNKS.

Le 20, le Front de libération nationale kanak et socialiste (FLNKS) appelle à la « non-participation » au référendum si celui-ci est maintenu à la date prévue. Il demande le report de la consultation après les échéances électorales de 2022, accusant l’exécutif de vouloir « solder l’accord de Nouméa sous son quinquennat ». […] Lire la suite

11-26 septembre 2021 Suisse. Approbation par référendum du mariage pour tous.

Le 26, les électeurs approuvent par référendum, par 64,1 % des voix, la loi modifiant le code civil, adoptée par le Parlement en décembre 2020, qui permet le mariage des personnes de même sexe. Le texte autorise également l’adoption conjointe pour ces couples, le don de sperme pour les couples lesbiens et valide la présomption légale de maternité pour la femme de la génitrice si l’insémination a été réalisée par l’intermédiaire d’une banque de sperme suisse. […] Lire la suite

26 septembre 2021 Saint-Marin. Approbation de la légalisation de l'avortement.

Par référendum, les électeurs se prononcent à 77,3 % en faveur de l’initiative populaire qui propose d’abroger la loi pénalisant l’interruption volontaire de grossesse. Le taux de participation est de 41,1 %. L’Église catholique, tout comme le Parti démocrate-chrétien, principale composante de la coalition au pouvoir, étaient opposés à cette initiative. […] Lire la suite

14 septembre 2021 États-Unis. Échec de la tentative de révocation du gouverneur démocrate de Californie.

Les électeurs rejettent par référendum la révocation du gouverneur démocrate de Californie Gavin Newsom, par 61,9 % des suffrages. Le taux de participation est de 58,5 %. L’initiative, prévue par la Constitution de l’État, revenait à un groupe de citoyens mécontents, soutenu par le prétendant républicain à la succession de Gavin Newsom, l’animateur radio Larry Elder. […] Lire la suite

7 septembre 2021 Mexique. Vote d'une loi permettant l'organisation d'un référendum sur la continuité du mandat présidentiel.

Le Parlement adopte un projet de loi initié par le président Andrés Manuel Lopéz Obrador, qui rend possible l’organisation d’un référendum sur la continuité du mandat présidentiel, si au moins 3 % des électeurs enregistrés, répartis dans au moins dix-sept États du pays, en font la demande. Le chef de l’État pourra ainsi être révoqué « pour perte de confiance » ou appelé à poursuivre son mandat jusqu’à son terme. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Edmond JOUVE, « RÉFÉRENDUM », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/referendum/