RÉALISME POÉTIQUE, cinéma français

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En 1936, Julien Duvivier réalise un film demeuré célèbre : La Belle Équipe. L'anecdote était simple : des chômeurs montent une entreprise coopérative (une guinguette dans la banlieue parisienne) et se heurtent à de nombreuses difficultés. Le dénouement était différent selon l'une ou l'autre version : dans la version projetée sur les Champs-Élysées, l'entreprise échouait ; inversement, elle réussissait dans la version présentée au public populaire. Ce clivage est exemplaire en ce qu'il permet de saisir, dans leur antagonisme, les deux grandes tendances de ce qu'on a appelé, d'une façon un peu vague, l'« école française ». Entre 1930 et les années de l'occupation allemande, le cinéma français a reflété tour à tour le chômage, la montée de la gauche et la menace de la guerre. Mais cette réalité sociale a été restituée au cinéma selon deux axes différents. D'un côté, un cinéma qui se caractérise par son « engagement » (non pas un engagement militant, mais un état d'esprit fait d'optimisme et de combativité) et, esthétiquement, par la recherche d'un certain « typage » social. C'est l'évolution de Jean Renoir qui est, à cet égard, la plus exemplaire, surtout avec La vie est à nous (1936), film de propagande pour le Parti communiste, et La Marseillaise (1937), produit par le syndicat C.G.T. De l'autre, un cinéma qui met l'histoire immédiate à distance, volontiers pessimiste et même fataliste, plus préoccupé de créer non un typage, mais une mythologie sociale. C'est cette seconde direction (mythologie du fatalisme) qu'on a pu baptiser « réalisme poétique ». Le trait commun aux cinéastes qui portent cette étiquette, c'est qu'ils partent du réel, du réalisme, sans l'intention d'y faire retour. L'adjectif « poétique » implique toujours une transfiguration qui est aussi une fuite. En ce sens, le réalisme poétique a très vite préfiguré ce qui devait être le repli du cinéma français pendant l'occupation allemande. Il l'a même préparé. Car ce cinéma qui s'efforçait au code, à la conventio [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages



Médias de l’article

Pépé le Moko, J. Duvivier

Pépé le Moko, J. Duvivier
Crédits : General Photographic Agency/ Moviepix/ Getty Images

photographie

Les Enfants du paradis

Les Enfants du paradis
Crédits : AKG

photographie





Écrit par :

Classification


Autres références

«  RÉALISME POÉTIQUE, cinéma français  » est également traité dans :

BECKER JACQUES (1906-1960)

  • Écrit par 
  • Claude BEYLIE
  •  • 537 mots
  •  • 1 média

Cinéaste français, auteur de films « à la française », alors que nombre de ses compatriotes se bornent à copier les modèles américains ou italiens. Becker était « français » dans le choix de ses sujets, de ses personnages, de ses décors, dans sa manière et aussi dans son tempérament, fait de mesure et de rigueur quasi artisanale. Il fut marqué durablement par Jean Renoir, dont il avait longtemps é […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 812 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Le cinéma, art populaire »  : […] Lorsque les premières démonstrations de cinéma sonore ont lieu à Paris, en 1927 et 1928 , l'avant-garde appartient déjà au passé. Les hommes qui vont faire le cinéma de demain sont peu ou pas du tout connus. Ils vont aborder le parlant sans préjugés. Ils s'appellent Luis Buñuel, Jean Vigo, Jean Cocteau, Jean Renoir. Eisenstein vient faire des conférences à Paris en 1930 et apporte toute son autor […] Lire la suite

CLÉMENT RENÉ (1913-1996)

  • Écrit par 
  • Olivier EYQUEM
  •  • 1 182 mots

À l'origine de la carrière du cinéaste français René Clément, il y a, clairement, un tempérament de bâtisseur, animé par le désir d'acquérir tous les savoirs utiles au plein exercice de ses facultés créatrices. Fils d'architecte, né à Bordeaux en 1913, le jeune René Clément entre aux Beaux-Arts pour suivre la voie de son père. C'est à cette époque qu'il réalise son premier film, le dessin animé C […] Lire la suite

FEUILLADE LOUIS (1873-1925)

  • Écrit par 
  • Claude BEYLIE
  •  • 789 mots

L'œuvre de Louis Feuillade est considérable : près de cinq cents films, compte tenu d'une centaine de négatifs détruits. C'est un précurseur de cette école française du cinéma que l'on a coutume de désigner sous l'appellation de « réalisme poétique » et qui groupa des personnalités aussi diverses que René Clair (lequel fut d'ailleurs son interprète), Epstein, Feyder, Carné, Vigo, Renoir, Grémillon […] Lire la suite

FRANCE (Arts et culture) - Le cinéma

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JEANCOLAS, 
  • René PRÉDAL
  •  • 11 154 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La vague des réalismes »  : […] Deux lignes de crête s'imposent au-dessus de ce tout-venant. La première est née du mariage réputé impur du cinéma et du théâtre, qu'ont réussi parallèlement Sacha Guitry (1885-1957) et Marcel Pagnol (1895-1974). Le premier a construit ses films ( Le Roman d'un tricheur en 1936, Les Perles de la couronne en 1937) sur une parole brillante (sa voix) qui structure la chaîne des images. Le second, pl […] Lire la suite

GRÉMILLON JEAN (1902-1959)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis COMOLLI
  •  • 512 mots
  •  • 1 média

Réalisateur aujourd'hui un peu oublié, Jean Grémillon, dont la carrière va de 1923 à 1958, est pourtant l'un des metteurs en scène importants de l'histoire du cinéma français. Il fut l'auteur de documentaires ( Alchimie , 1952 ; La Maison aux images , 1954 ; André Masson ou les Quatre Éléments , 1957-1958 ; ou encore du moyen métrage : Le 6 juin à l'aube , 1944-1945) ainsi que de films de fiction […] Lire la suite

LE JOUR SE LÈVE, film de Marcel Carné

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 887 mots

Classique français du « réalisme poétique » des années 1930, Le jour se lève vient après l'un des plus grands succès de Marcel Carné, Le Quai des brumes (1938), auquel il semble reprendre beaucoup d'éléments, aussi bien pour l'équipe (le dialoguiste Jacques Prévert, le décorateur Alexandre Trauner, le musicien Maurice Jaubert, et Gabin dans le rôle principal) que pour la thématique (la fatalité […] Lire la suite

RENOIR JEAN

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 2 376 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La théorie du bouchon »  : […] Second fils du peintre Pierre-Auguste Renoir, Jean Renoir est né à Paris, sur la butte Montmartre, le 15 septembre 1894. Son enfance se déroule dans l'entourage des peintres impressionnistes, à Paris ou aux Collettes, près de Cagnes. L'enfant côtoie les sensuels modèles de son père. C'est l'un d'eux, Gabrielle Renard, qui lui fait découvrir Guignol, les mélodrames et les contes d'Andersen. D'abord […] Lire la suite

TRAUNER ALEXANDRE (1906-1993)

  • Écrit par 
  • Claude BEYLIE
  •  • 625 mots

Né à Budapest en 1906, dans une famille de commerçants juifs, Alexandre Trauner se destinait à la peinture et s'était déjà acquis une solide réputation dans les milieux artistiques hongrois quand il dut fuir le régime fasciste de Horthy. La rencontre, à Paris, du décorateur de cinéma Lazare Meerson, puis des frères Prévert, est alors décisive : elle l'oriente vers le monde du cinéma, qu'il ne quit […] Lire la suite

WAKHEVITCH GEORGES (1907-1984)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BOUILLON
  •  • 1 032 mots

Par le nombre et la variété de leurs réalisations, peu de décorateurs auront occupé une place aussi considérable que Georges Wakhevitch dans le monde du spectacle depuis le début des années 1930 jusqu'à sa disparition brutale, le 11 février 1984 : on lui doit les décors d'environ 140 films, 200 opéras, 300 pièces de théâtre. Né en 1907 à Odessa, émigré en France en 1921, Wakhevitch a abordé le mon […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Louis COMOLLI, « RÉALISME POÉTIQUE, cinéma français », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/realisme-poetique-cinema-francais/