FEYDER JACQUES FRÉDÉRIX dit JACQUES (1888-1948)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Cinéaste d'origine belge, naturalisé français en 1928. Après avoir envisagé sans succès une carrière militaire, Jacques Feyder devient acteur de théâtre puis de cinéma en France dès 1912. Il débute dans la réalisation en 1915 pour la firme Gaumont, où il fera en deux ans une quinzaine de films. Après l'interruption d'un an de guerre (dans l'armée belge), il revient au cinéma et, en 1920-1921, réalise L'Atlantide, film assez médiocre, mais qui lui vaut immédiatement la célébrité grâce à la popularité du roman de Pierre Benoit ; puis plusieurs films dont le succès est moindre, notamment Crainquebille (1922), qui vaut surtout par des descriptions assez belles des faubourgs parisiens, et Thérèse Raquin (réalisé en Allemagne en 1928), où s'affirme son penchant pour le naturalisme à la Zola.

Après plusieurs films sans grand intérêt réalisés dans divers pays, en particulier à Hollywood, il revient en France et ce sont successivement Le Grand Jeu (1934), Pension Mimosas (1935), La Kermesse héroïque (1935), ses trois films les plus célèbres, qui assoient sa réputation de cinéaste-artisan exemplairement conscient des problèmes techniques et de l'importance du milieu. C'est à eux que s'applique le mieux cette phrase de Feyder qui était un peu son credo : « D'abord une atmosphère, un milieu ; puis une histoire un peu grosse, se rapprochant autant que possible du feuilleton ; enfin une exécution minutieuse, raffinée. » Bien que souvent vieillis par leur anecdote et leurs personnages, ils continuent de représenter, avec une vérité assez frappante, certains aspects souvent sordides de la société française d'avant-guerre, valant ainsi à Feyder de figurer honorablement, entre Feuillade et Duvivier, dans l'histoire du cinéma français.

—  Jean-Louis COMOLLI

Écrit par :

Classification


Autres références

«  FEYDER JACQUES FRÉDÉRIX dit JACQUES (1888-1948)  » est également traité dans :

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 812 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « La France, de la Belle Époque aux années folles : l'avant-garde »  : […] On peut s'étonner en constatant que ce n'est ni à Rome, ni à Londres, ni à New York, ni à Stockholm, ni à Moscou, mais à Paris que s'est formé, entre 1909 et 1919, l'« art des temps modernes ». Il est surprenant que ces années où la France est plongée dans la plus terrible des guerres voient fleurir un art nouveau, complètement étranger au grand ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-aspects-generaux-histoire/#i_16978

LUGUET ANDRÉ (1892-1979)

  • Écrit par 
  • André-Charles COHEN
  •  • 660 mots

Né à la fin du siècle dernier, André Luguet a illustré, tout au long de sa carrière, la souplesse de ces comédiens qui ont su évoluer avec les techniques du cinématographe et adapter leur personnalité à toute une variété d'emplois fonctionnels et typés. Le sourire narquois, la tranquillité britannique, alliés à une diction phrasée, scandée, mais s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-luguet/#i_16978

RÉALISME POÉTIQUE, cinéma français

  • Écrit par 
  • Jean-Louis COMOLLI
  •  • 758 mots
  •  • 2 médias

En 1936, Julien Duvivier réalise un film demeuré célèbre : La Belle Équipe . L'anecdote était simple : des chômeurs montent une entreprise coopérative (une guinguette dans la banlieue parisienne) et se heurtent à de nombreuses difficultés. Le dénouement était différent selon l'une ou l'autre version : dans la version projetée sur les Champs-Élysées […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/realisme-poetique-cinema-francais/#i_16978

ROSAY FRANÇOISE (1891-1974)

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 622 mots

Françoise Baudy de Nalèche, connue sous son nom de théâtre, Françoise Rosay, a été premier prix de chant au Conservatoire de Paris avant de débuter, fort jeune, au théâtre : elle joue à Saint-Pétersbourg en 1912. Puis elle chante à l'Opéra de Paris de 1916 à 1918. Revenue à la scène en 1930, elle ne cesse plus guère de s'y produire, interprétant, e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francoise-rosay/#i_16978

SPAAK CHARLES (1903-1975)

  • Écrit par 
  • Hubert HARDT
  •  • 677 mots

À Bruxelles où Charles naquit, les Spaak formaient une cellule bourgeoise aux idées très libérales et qui alliait avec bonheur le barreau, la politique et la littérature. Poète et dramaturge, Paul, son père, dirigea le Théâtre de la Monnaie (l'Opéra de Bruxelles) ; sa mère, née Janson, fut sénateur et, tandis que son aîné, Paul-Henry, devenait l'un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-spaak/#i_16978

Pour citer l’article

Jean-Louis COMOLLI, « FEYDER JACQUES FRÉDÉRIX dit JACQUES - (1888-1948) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/feyder-jacques-frederix-dit-jacques/