Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

L'HERBIER MARCEL (1890-1979)

Né à Paris dans une famille de la bourgeoisie aisée, Marcel L'Herbier, dont le père était architecte, fut élevé selon la plus classique tradition humaniste. Il fit de bonnes études supérieures, s'intéressant surtout à la littérature (singulièrement à la poésie) et aux beaux-arts (singulièrement à la musique). Deux facteurs sont à l'origine de sa vocation de cinéaste : l'émotion qu'il éprouve en 1915 devant le film de Cecil B. De Mille, Forfaiture (dont il tournera une version personnelle en 1937), et un accident militaire. Au début de la guerre, en 1914, il est réformé. Il s'engage deux ans plus tard dans le service auxiliaire et se retrouve au Service cinématographique de l'armée, de création récente.

Il écrit des poèmes, des essais (Le Jardin des secrets), des articles pour les journaux (L'Illustration, Paris-Journal), mais aussi deux scénarios : Le Torrent et Bouclette que réalise Louis Mercanton.

Engagé par Léon Gaumont, il réalise, après un court métrage « artistique » inachevé (Phantasmes, 1918), un curieux mélodrame intitulé Rose France (1919). C'est le début d'une carrière prolixe et inégale qui s'inscrit d'abord dans un mouvement intellectuel et esthétique d'essence formaliste que l'on nommera « impressionnisme visuel ». Aux côtés de Marcel L'Herbier, des amis tels que Jean Epstein, Germaine Dulac, Louis Delluc font chorus. À tort ou à raison, ce petit groupe d'esthètes exigeants se réclame de l'avant-garde. Marcel L'Herbier invente la notion de flou artistique et rameute des représentants d'autres disciplines (musique, architecture) afin d'élaborer un art total.

L'Inhumaine, de M. L'Herbier, 1924, affiche - crédits : Collection privée

L'Inhumaine, de M. L'Herbier, 1924, affiche

Conséquence de ces spéculations théoriques, Eldorado, réalisé en 1921, consacre les ambitions esthétiques de Marcel L'Herbier. Il s'agit d'un mélodrame poétique dont le style baroque peut justifier des réactions extrêmes : excès d'honneur et d'indignité. Fort de cette expérience, Marcel L'Herbier fonde sa propre société de production, Cinegraphic, qui fonctionnera de 1923 à 1928. Il aide ainsi quelques-uns de ses amis à réaliser leurs films, notamment Louis Delluc et Jaque-Catelain, son acteur fétiche, et se donne à lui-même la possibilité d'écrire et de mettre en scène trois de ses œuvres les plus fameuses : L'Inhumaine (1924), Feu Mathias Pascal (1925) et L'Argent (1929).

L'Inhumaine réunit en son générique des noms prestigieux : Pierre Mac Orlan pour le scénario, Darius Milhaud pour la musique, Mallet-Stevens, Fernand Léger, Alberto Cavalcanti et Claude Autant-Lara pour les décors. C'est une sorte de manifeste esthétique qui provoquera l'étonnement, l'incompréhension, voire le mépris. Ces jeux plastiques assez déroutants, originaux et, d'une certaine manière, courageux et audacieux, trouveront beaucoup plus d'admirateurs dans les générations postérieures. Feu Mathias Pascal, adapté d'une pièce de Pirandello, est en revanche un succès, et c'est justice. On y voit pour la première fois l'acteur Michel Simon. L'Argent, enfin, est le dernier film muet de Marcel L'Herbier. C'est une modernisation du roman d'Émile Zola, une satire vigoureuse des milieux financiers tournée significativement à la veille du krach de Wall Street. C'est aussi l'occasion de spectaculaires prouesses techniques.

Le parlant arrive. Du coup, les recherches formelles régressent. Le langage cinématographique est affadi par les facilités verbales du dialogue qui théâtralise la plupart des productions. Pour Marcel L'Herbier, ce n'est pas à proprement parler la déroute, mais un repli prudent. L'artiste rentre dans le rang. Il travaille bien, c'est-à-dire correctement. Pendant la guerre, en revanche, Marcel L'Herbier connaît un sursaut, dans le registre de l'élégance et de[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : journaliste, éditeur, organisateur d'expositions sur le cinéma

Classification

Pour citer cet article

Gilbert SALACHAS. L'HERBIER MARCEL (1890-1979) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Média

L'Inhumaine, de M. L'Herbier, 1924, affiche - crédits : Collection privée

L'Inhumaine, de M. L'Herbier, 1924, affiche

Autres références

  • CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

    • Écrit par , et
    • 21 694 mots
    • 41 médias
    À l'opposé de Gance, véritable grand « primitif » du cinéma français, Marcel L'Herbier, aristocrate, raffiné, est hanté par cette « rage de l'expression » que l'on retrouve plus tard chez Godard. Un film de Gance est un éclair, un cri ; un film de L'Herbier est déjà un langage. En cela,...
  • CINÉMA (Réalisation d'un film) - Musique de film

    • Écrit par
    • 6 489 mots
    • 5 médias
    ...fit sentir très tôt et s'accrut à mesure que la durée des films augmentait et que le cinéma s'imposait comme un nouveau moyen d'expression artistique. Marcel L'Herbier l'apprit à ses dépens, comme il l'explique dans un article paru dans Arts et techniques sonores (no 40-41, septembre-octobre...
  • MALLET-STEVENS ROBERT (1886-1945)

    • Écrit par
    • 1 495 mots
    ...décor d'une dizaine de films de 1920 à 1928, dont les plus marquants sont L'Inhumaine (1923-1924) et Le Vertige (1926), tous deux réalisés par Marcel L'Herbier. Son travail au cinéma donne lieu à l'expression d'une doctrine des relations entre décor et art cinématographique qui est transposée...
  • LA VICTORINE STUDIOS DE

    • Écrit par
    • 1 190 mots
    • 1 média
    ...1942, sera occupée par l’Italie puis l’armée allemande : dix films sont réalisés en 1940, une quinzaine en 1942, en tout une trentaine (autant que la société allemande Continentalà Paris), dont La Vie de bohème (M. L’Herbier), Les Visiteurs du soir et Les Enfants du paradis (M. Carné).