L'HERBIER MARCEL (1890-1979)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Paris dans une famille de la bourgeoisie aisée, Marcel L'Herbier, dont le père était architecte, fut élevé selon la plus classique tradition humaniste. Il fit de bonnes études supérieures, s'intéressant surtout à la littérature (singulièrement à la poésie) et aux beaux-arts (singulièrement à la musique). Deux facteurs sont à l'origine de sa vocation de cinéaste : l'émotion qu'il éprouve en 1915 devant le film de Cecil B. De Mille, Forfaiture (dont il tournera une version personnelle en 1937), et un accident militaire. Au début de la guerre, en 1914, il est réformé. Il s'engage deux ans plus tard dans le service auxiliaire et se retrouve au Service cinématographique de l'armée, de création récente.

Il écrit des poèmes, des essais (Le Jardin des secrets), des articles pour les journaux (L'Illustration, Paris-Journal), mais aussi deux scénarios : Le Torrent et Bouclette que réalise Louis Mercanton.

Engagé par Léon Gaumont, il réalise, après un court métrage « artistique » inachevé (Phantasmes, 1918), un curieux mélodrame intitulé Rose France (1919). C'est le début d'une carrière prolixe et inégale qui s'inscrit d'abord dans un mouvement intellectuel et esthétique d'essence formaliste que l'on nommera « impressionnisme visuel ». Aux côtés de Marcel L'Herbier, des amis tels que Jean Epstein, Germaine Dulac, Louis Delluc font chorus. À tort ou à raison, ce petit groupe d'esthètes exigeants se réclame de l'avant-garde. Marcel L'Herbier invente la notion de flou artistique et rameute des représentants d'autres disciplines (musique, architecture) afin d'élaborer un art total.

Conséquence de ces spéculations théoriques, Eldorado, réalisé en 1921, consacre les ambitions esthétiques de Marcel L'Herbier. Il s'agit d'un mélodrame poétique dont le style baroque peut justifier des réactions extrêmes : excès d'honneur et d'indignité. Fort de cette expérience, Marcel L'Herbier fonde sa propre société de pro [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  L'HERBIER MARCEL (1890-1979)  » est également traité dans :

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 812 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « La France, de la Belle Époque aux années folles : l'avant-garde »  : […] On peut s'étonner en constatant que ce n'est ni à Rome, ni à Londres, ni à New York, ni à Stockholm, ni à Moscou, mais à Paris que s'est formé, entre 1909 et 1919, l'« art des temps modernes ». Il est surprenant que ces années où la France est plongée dans la plus terrible des guerres voient fleurir un art nouveau, complètement étranger au grand massacre. Un art qui n'est pas fonction de l'homme c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-aspects-generaux-histoire/#i_16977

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Musique de film

  • Écrit par 
  • Alain GAREL
  •  • 6 504 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les origines »  : […] C'est après quelques jours d'exploitation commerciale du Cinématographe Lumière, en décembre 1895, à Paris, que les projections bénéficièrent d'un accompagnement musical au piano, peu après qu'un instrument avait été installé dans une salle attenante pour faire patienter les spectateurs dans l'attente de la prochaine séance. On avance généralement que l'adjonction de musique est née de la nécessi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-realisation-d-un-film-musique-de-film/#i_16977

MALLET-STEVENS ROBERT (1886-1945)

  • Écrit par 
  • Richard KLEIN
  •  • 1 496 mots

Dans le chapitre « Dans une lignée viennoise »  : […] Né le 24 mars 1886 à Paris, fils de Maurice André Mallet, expert en tableaux et de Juliette Stevens, petit-fils d'Arthur Stevens, collectionneur et critique belge, Robert Mallet-Stevens passe son enfance à Maison-Laffitte. Il est formé à l'École spéciale d'architecture à Paris de 1903 à 1906. Ses premiers articles, écrits en collaboration avec Jacques Rœderer, sont publiés en 1907 et 1908 dans la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-mallet-stevens/#i_16977

Pour citer l’article

Gilbert SALACHAS, « L'HERBIER MARCEL - (1890-1979) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/marcel-l-herbier/