Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

RÉALISME, philosophie

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Les thèses métaphysiques du réalisme

Renouvier rejette une histoire de la philosophie écrite comme le récit d'une évolution dont les étapes sont les systèmes particuliers, absorbés dans une série que l'auteur clôt en en proposant la somme (Hegel). La suite des systèmes est plutôt une succession de réponses à un petit nombre de questions qui ne se peuvent trancher que par l'affirmative ou la négative. Au lieu de se ranger selon un ordre évolutif, les systèmes rentreront donc dans une classification. Les problèmes métaphysiques sont des dilemmes ; ils suscitent des thèses et des antithèses. Reste à chercher quelles relations logiques existent entre ces thèses et ces antithèses respectivement.

Quand on opte pour la classification (ou contre l'évolution), on ne peut pas soutenir que les doctrines philosophiques sont dictées par la nécessité ; leur individualité et la liberté des esprits qui les ont formulées sont maintenues. Cela semble raisonnable, car la philosophie inclut un facteur mystérieux de volonté, qui est étranger aux sciences ou qui s'y manifeste autrement (choix des intérêts, expérimentation). Une classification plus récente des doctrines – J.  Vuillemin, Nécessité ou contingence, les apories de Diodore et les systèmes philosophiques, 1984 – prend pour base la question de la nécessité. Elle sépare le réalisme (des universaux), strictement nécessitarien, le conceptualisme (l'hylémorphisme implique une détermination incomplète par les formes) et le nominalisme (systèmes de l'examen et de la liberté). L'auteur ne sort guère du cadre historique médiéval et il se borne à ce qui s'est développé autour d'un seul dilemme, au lieu, comme Renouvier, de chercher les relations entre les thèses suscitées par des dilemmes différents.

Pour Renouvier, il y a seulement deux types de système, le réalisme et l'idéalisme, qui ne sont quasiment jamais purs, en partie à cause de l'influence du réalisme spontané, qui reprend souvent le dessus chez les penseurs idéalistes, et, au moins depuis l'époque moderne, parce que le développement de l'analyse psychologique, la philosophie transcendantale et l'étude des conditions de la connaissance ont fourni à l'idéalisme l'appui d'arguments non négligeables, notamment sur l'insuffisance de certaines définitions simplistes du vrai par adéquation de la pensée et de la chose (cf. Kant, Notes marginales : « Ma pensée doit correspondre à l'objet. Or je ne peux comparer ma pensée avec l'objet que par le fait de le connaître »).

Le réalisme, Renouvier l'appelle philosophie de la chose, compte tenu de ce fait que le réel indépendant de l'existence de consciences est décrit par les systèmes réalistes comme étant Dieu, l'idée platonicienne, la substance spinoziste, l'esprit absolu, la matière, l'infini, etc., « support universel ou cause ultime, indépendante de la conscience et d'où les consciences ont à procéder ». Renouvier oppose alors à cette philosophie de la chose les philosophies de la personne ou de la conscience (idéalisme). Regardé du point de vue du paradigme idéaliste, le réalisme consiste à attribuer une réalité subjective (de sujets ou dans des sujets) à ce qui, pour l'idéalisme, constitue des éléments de la représentation : il subjective des éléments qui sont donnés comme des objets à l'entendement (« subjectif » et « objectif » étant pris au sens ancien et médiéval, encore présent chez Descartes et chez Spinoza). Telle est d'après Renouvier, qui la surestime, la force de l'instinct réaliste, qu'il a retardé l'essor de la pensée idéaliste, en empêchant les écoles éléatique, démocritéenne et platonicienne de se comprendre elles-mêmes : car elles vont à reconstruire le monde avec des êtres virtuels ou avec des concepts, c'est-à-dire tendent à le ramener[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur à l'université Paris-XII-Val-de-Marne, Créteil

Classification

Pour citer cet article

Jean LARGEAULT. RÉALISME, philosophie [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • BRADLEY FRANCIS HERBERT (1846-1924)

    • Écrit par
    • 3 615 mots
    ...des solutions que propose Nietzsche pour ses grands problèmes est aussi ce qui donne leur sens à tous les différents degrés de réalité d'après Bradley. D'une certaine manière, Bradley est tout près des empiristes qui nous rappellent sans cesse à l'expérience ; mais il a toujours le sentiment que tout ce...
  • CAUSALITÉ

    • Écrit par , et
    • 12 987 mots
    • 3 médias
    ...choisir entre deux positions métaphysiques : l' idéalisme, qui part des représentations, et limite ses ambitions, du moins en sciences, à « sauver les phénomènes » ; leréalisme, qui pense que, même si « le réel est voilé », on peut soulever certains coins du voile, et avoir accès à ce qui est.
  • CONCEPTUALISME, philosophie

    • Écrit par
    • 1 329 mots
    Le conceptualisme s'accorde avec le réalisme des Idées pour admettre l'existence des entités abstraites comme celles des nombres ou des qualités ; mais il leur refuse la transcendance que les platoniciens leur accordent. Du point de vue conceptualiste, la réalité des entités abstraites s'explique par...
  • CONNAISSANCE

    • Écrit par , et
    • 9 106 mots
    • 1 média
    ...peut renvoyer à la chose réelle que vise, en définitive, l'acte de connaissance. Les diverses théories de la connaissance qui ont été élaborées au cours de l'histoire tentent de résoudre ce problème. Elles peuvent être ramenées à deux schémas principaux : celui duréalisme et celui de l' idéalisme.
  • Afficher les 23 références