Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

RÉALISME, philosophie

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Le réalisme est-il possible ?

Pour un réaliste, l'inacceptable du kantisme est le postulat que l'intelligibilité (ou la légalité, qui en est un affaiblissement, le notionnel au sens d'Émile Boutroux) vient du sujet de la pensée plutôt que de l'objet de la connaissance. Les esprits auxquels cet idéalisme répugne savent parfois mal se défendre contre lui. Ils sont intimidés par les objections, par la force du consensus positiviste, par les succès théoriques et pratiques de la science, souvent attribués à la méthode idéaliste.

Sur le premier point, les arguments idéalistes sont le plus souvent sophistiques ; et quelque habitude du raisonnement est indispensable afin de démêler les paralogismes. Le postulat selon lequel ce qui est donné dans la représentation se réduit à la représentation détruit la cohérence du réalisme ; on se croit obligé de l'accepter. E. Gilson a démonté un certain nombre de pièges faciles, Ce qui est dans la logique de l'idéalisme (la dépréciation du sensible, la critique a priori de la connaissance, la substitution du point de vue de l'observateur au point de vue de l'observé, le souci de fonder l'existence de l'objet, etc.) n'a de sens que pour l'idéalisme, et le réalisme n'a pas à en tenir compte. On n'exigera pas de l'une des deux doctrines d'être cohérente avec les prémisses de l'autre ; à chacune d'être cohérente avec ses propres principes. Le réaliste est tenté de faire droit à des présupposés idéalistes qu'il croit démontrés ou inévitables. Par exemple, il se demande si les choses sont conformes à la connaissance qu'on en a, alors que, selon sa théorie, c'est la connaissance qui est conforme à la chose.

Second point, les succès des sciences témoignent-ils pour l'idéalisme ? En ce qui concerne les mathématiques, il est difficile d'exhiber des exemples de mathématiciens dont la philosophie personnelle a infléchi ou orienté les travaux (L. E. J. Brouwer, H. Weyl, R. Thom), ou exercé une influence sur leurs découvertes. En ce qui concerne la physique, l'impact est plus net. L'idéalisme et le réalisme ont orienté les préférences des chercheurs soit vers les théories prédictives, soit vers les théories explicatives. Mais un pragmatisme latent limite les effets qu'on pourrait attendre d'un choix philosophique. La communauté des physiciens accepte une théorie qui marche, quelle qu'en soit la métaphysique sous-jacente, tant qu'il ne s'en présente pas d'autre qui rende des services équivalents. En science, les présupposés métaphysiques se manifestent surtout à travers la méthode ; les praticiens la regardent comme un sous-produit plutôt que comme un programme a priori. Un instinct réaliste fait considérer que la méthode se déduit de la connaissance, plutôt que la connaissance de la méthode (de même que le droit dérive de l'état des mœurs, non pas l'état des mœurs des institutions juridiques). L'idéologie de l'efficacité s'accorde le mieux avec le succès des sciences, et avec cette partie des sciences qui ressortit au besoin d'action plutôt qu'au besoin de compréhension. (C'est elle que caractérise le jugement « La science ne pense pas » ! )

L'idéalisme a contribué à mettre la science sur la voie de la recherche des lois. D'abord, le point de vue des relations, traduites sous forme de fonctions ou de corrélations quantitatives, a éliminé celui des substances. Ensuite, l'idéalisme s'implante quand on croit que les relations sont sans existence hors de l'esprit (Hume, Kant). En principe, les techniques de laboratoire devraient faire obstacle à l'idéalisme. L'obstacle s'affaiblit quant on soutient que les faits scientifiques sont des construits théoriques (E. Le Roy, Duhem). Quand on découvre que les appareils[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur à l'université Paris-XII-Val-de-Marne, Créteil

Classification

Pour citer cet article

Jean LARGEAULT. RÉALISME, philosophie [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • BRADLEY FRANCIS HERBERT (1846-1924)

    • Écrit par
    • 3 615 mots
    ...des solutions que propose Nietzsche pour ses grands problèmes est aussi ce qui donne leur sens à tous les différents degrés de réalité d'après Bradley. D'une certaine manière, Bradley est tout près des empiristes qui nous rappellent sans cesse à l'expérience ; mais il a toujours le sentiment que tout ce...
  • CAUSALITÉ

    • Écrit par , et
    • 12 987 mots
    • 3 médias
    ...choisir entre deux positions métaphysiques : l' idéalisme, qui part des représentations, et limite ses ambitions, du moins en sciences, à « sauver les phénomènes » ; leréalisme, qui pense que, même si « le réel est voilé », on peut soulever certains coins du voile, et avoir accès à ce qui est.
  • CONCEPTUALISME, philosophie

    • Écrit par
    • 1 329 mots
    Le conceptualisme s'accorde avec le réalisme des Idées pour admettre l'existence des entités abstraites comme celles des nombres ou des qualités ; mais il leur refuse la transcendance que les platoniciens leur accordent. Du point de vue conceptualiste, la réalité des entités abstraites s'explique par...
  • CONNAISSANCE

    • Écrit par , et
    • 9 106 mots
    • 1 média
    ...peut renvoyer à la chose réelle que vise, en définitive, l'acte de connaissance. Les diverses théories de la connaissance qui ont été élaborées au cours de l'histoire tentent de résoudre ce problème. Elles peuvent être ramenées à deux schémas principaux : celui duréalisme et celui de l' idéalisme.
  • Afficher les 23 références