ROULEAU RAYMOND (1904-1981)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Élève au conservatoire de Bruxelles, sa ville natale, Raymond Rouleau remporte, très jeune, les prix de comédie, de tragédie, de mimique et d'excellence. Il vient, vite, à Paris, où il participe aux côtés d'Antonin Artaud, au théâtre surréaliste Alfred Jarry. Il écrit une pièce, L'Admirable Visite, qui est montée à l'Atelier, par Charles Dullin. Pourtant, c'est à Bruxelles où il est venu prendre, en 1935, la direction du théâtre du Marais qu'il monte le spectacle auquel il doit son grand départ vers la célébrité : Le Mal de la jeunesse, de Bruckner. Il le présente à Paris, au théâtre de l'Œuvre, amenant avec lui sa troupe de comédiens, que la France allait garder : Madeleine Ozeray, Jean Servais, Tania Balachova, Lucienne Lemarchand.

Auteur, metteur en scène, acteur qui restera fidèle au théâtre, Raymond Rouleau va devenir en même temps une vedette du cinéma français, et pour longtemps. Lors de son premier séjour à Paris, il a débuté, en 1929 dans L'Argent, de Marcel L'Herbier. Un petit rôle. En 1930, il tourne, en Belgique, dans Ce soir à huit heures, essai surréaliste de Pierre Charbonnier et Une idylle à la plage d'Henri Storck. En France, dans les années 1930, le cinéma lui offre des rôles de jeune premier de charme. Capable de passer avec aisance de la comédie au drame, il est remarqué, notamment, dans Les Beaux Jours (Marc Allégret, 1935), Donogoo (Rheinhold Schunzel et Henri Chomette, 1936) d'après la pièce de Jules Romains, L'Affaire Lafarge (Pierre Chenal, 1937), Conflit de Leonide Moguy et Le Drame de Shangaï de Pabst, en 1938. Au cours de cette période, il réalise lui-même cinq films : Suzanne (1932), Une vie perdue (1933), Rose (1935, le plus original, dont le scénario est de Tania Balachova qui l'écrivit sous le pseudonyme de Daniel Scott), Trois, Six, [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ROULEAU RAYMOND (1904-1981)  » est également traité dans :

SIGNORET SIMONE (1921-1985)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 1 759 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le choix de l'engagement »  : […] Étonnant parcours que celui de cette femme qui fut l'une des rares comédiennes françaises à atteindre une stature internationale. Rarement vedette de l'écran aura été plus populaire. Pourtant, Simone Signoret a toujours récusé l'étiquette de « star », encore plus celle de « monstre sacré ». Peut-être fut-elle davantage que cela : une sorte de conscience critique, qui jugea avec intransigeance l'hi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/simone-signoret/#i_85435

Pour citer l’article

Jacques SICLIER, « ROULEAU RAYMOND - (1904-1981) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/raymond-rouleau/