SIGNORET SIMONE (1921-1985)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Elle n'était pas de ces femmes qui n'ont pas un regard pour les hommes de chair. Les causes pour lesquelles elle prenait feu et flamme avaient toujours pour elle le visage des gens vivants... » C'est par ces phrases que Claude Roy saluait Simone Signoret, emportée par un cancer, le 30 septembre 1985. Le jour des funérailles de la comédienne au Père-Lachaise, une foule de plus de dix mille personnes était venue lui rendre hommage, rappelant le cortège qui avait suivi les obsèques de Jean-Paul Sartre au cimetière Montparnasse, cinq ans plus tôt.

Une carrière internationale

Simone Signoret – de son vrai nom Simone Henriette Kaminker – naît le 25 mars 1921 à Wiesbaden. Elle grandit à Neuilly, puis, à l'orée de la guerre se lance dans la figuration. En 1941, elle fait des apparitions dans Boléro et Le Prince charmant de Jean Boyer. On la voit encore dans Les Visiteurs du soir (1942) et Les Enfants du paradis (1945) de Marcel Carné, Adieu Léonard de Pierre Prévert (1943), La Boîte aux rêves (1943) et Les Démons de l'aube (1946) d'Yves Allégret, son premier mari et le père de la comédienne Catherine Allégret. Macadam, où elle interprète le rôle d'une prostituée sous la direction de Marcel Blisthène, lui vaut en 1947 sa première récompense, le prix Suzanne Bianchetti ; suivent Dédée d'Anvers (1948) et Manèges d'Yves Allégret en 1950... Mais ce n'est qu'avec Casque d'or (1952), de Jacques Becker, que l'actrice s'impose définitivement, décolorée en blonde, altière et superbe, instinctive et sensuelle, au côté de Serge Reggiani. Reçu du bout des lèvres en France, le film sera applaudi à Londres qui récompensera Simone Signoret en lui décernant son premier Academy-Awards. Vingt-cinq ans plus tard, l'actrice reviendra sur cet épisode dans son autobiographie, La nostalgie n'est plus ce qu'elle était : [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : journaliste, responsable de la rubrique théâtrale à La Croix

Classification


Autres références

«  SIGNORET SIMONE (1921-1985)  » est également traité dans :

ALLÉGRET YVES (1907-1987)

  • Écrit par 
  • André-Charles COHEN
  •  • 797 mots

Dans l'immédiat après-guerre, les cinéastes abordent une réalité sociale dont ils avaient dû se détourner. En France, le « réalisme poétique » vire au noir et adopte les couleurs poisseuses de nouveaux décors : villes mélancoliques, ports brumeux où les destins se scellent définitivement. C'est dans ce contexte que le cinéaste Yves Allégret tourne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yves-allegret/#i_97896

CASQUE D'OR, film de Jacques Becker

  • Écrit par 
  • Laurent JULLIER
  •  • 852 mots
  •  • 1 média

Nombre des films de Jacques Becker (1906-1960) sont passés à la postérité, qu'elle soit celle de la cinéphilie institutionnelle (Godard n'a jamais tari d'éloges sur Le Trou (1960), dont il a monté des extraits dans ses Histoire(s) du cinéma ) ou celle du grand public ( Ali Baba et les quarante voleurs , 1954, repasse toujours à la télévision). Ses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/casque-d-or/#i_97896

Voir aussi

Pour citer l’article

Didier MÉREUZE, « SIGNORET SIMONE - (1921-1985) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/simone-signoret/