FEUILLÈRE EDWIGE (1907-1998)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au début de sa carrière, la jeune Edwige Caroline Cunati (née à Vesoul en 1907 d'un père d'origine italienne) avait choisi un pseudonyme dans le goût de l'époque : Cora Lynn. Elle l'abandonna rapidement sans avoir réussi à l'imposer, pas plus à la scène dans une revue de Rip comme Par le temps qui court, en 1930, que dans son premier long-métrage, (Le Cordon bleu, 1931, de Karl Anton). Ayant épousé l'acteur Pierre Feuillère, elle adopta son patronyme. Premier prix de comédie au Conservatoire national, pensionnaire à la Comédie-Française de 1931 à 1933, c'est pourtant au cinéma qu'elle se fait le plus rapidement connaître. Entre 1932 et 1940, elle tourne exactement vingt-cinq films, drames, comédies ou vaudevilles, qui lui valent une grande popularité. Dans cette production hétéroclite, peu de titres à retenir, même parmi les moins mauvais comme Topaze (1932) de Louis Gasnier, d'après Marcel Pagnol, Ces Messieurs de la Santé (1933) de Pierre Colombier, Lucrèce Borgia (1935) d'Abel Gance, ou encore Golgotha (1935) de Julien Duvivier, où elle incarne la femme de Ponce Pilate, alias Jean Gabin. À partir de 1936 sa carrière prend un premier virage, avec quelques rôles plus ambitieux : Marthe Richard espionne au service de la France (1937) de Raymond Bernard, au côté d'Erich von Stroheim, La Dame de Malacca (1937) de Marc Allégret et surtout Sans lendemain (1939) et De Mayerling à Sarajevo (1940), tous deux de Max Ophuls. Elle n'oublie pas non plus la comédie avec deux excellents films : Mister Flow (1936) de Robert Siodmak et surtout J'étais une aventurière (1938) de Raymond Bernard.

C'est sous l'Occupation qu'Edwige Feuillère passe dans la catégorie des stars. La métamorphose s'opère avec La Duchesse de Langeais (1942) de Jacques de Baroncelli, qui voyait les débuts de Jean Giraudoux comme scénariste, et où l'actrice donnait une interprétation de grande classe de l'héroïne de Balzac. Le film marque sa rencontre avec le chef-opérateur Chris [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : historien du cinéma, ancien chargé de mission et conseiller technique du directeur général du Centre national de la cinématographie, ancien administrateur général du palais de Tōkyō (Maison du cinéma)

Classification

Pour citer l’article

Philippe d' HUGUES, « FEUILLÈRE EDWIGE - (1907-1998) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/edwige-feuillere/