ARON RAYMOND (1905-1983)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dignité du récit

La thèse était tout à fait paradoxale. D'une part, Raymond Aron ne rejetait pas expressément le modèle épistémique établi sur la relation d'un sujet à un objet : il fut l'un des premiers Français à en connaître la forme exaspérée, la phénoménologie, et il l'a indiquée à Sartre. Aussi n'écarte-t-il pas le concept d'objectivité : il se contente d'en limiter la portée. Mais, d'autre part, chacun se définissant par ses interactions avec tous les autres, il ne saurait y avoir de sujet privilégié, de « je » transcendantal. Aussi Raymond Aron échappe-t-il au mirage de la noèse. Quant au sujet concret, il se trouve à distance de soi comme à distance des autres, et pour les mêmes raisons. De là une difficulté nouvelle : comprendre les motivations et les intentions des acteurs est exigible de l'historien, qui ne peut pas écarter leur témoignage (les mémoires de Churchill, par exemple, appartiennent au domaine de l'interaction) mais doit le recevoir comme un élément d'information, susceptible de critique et d'évaluation. L'autre, qui est en question, n'a pas le caractère d'un sujet absolu, il se définit par ce qu'il dit et surtout par ce qu'il fait, mais seulement dans la perspective d'un historien dont la subjectivité consiste moins à pouvoir dire je qu'à se situer comme l'autre d'autrui.

Il est impossible de volatiliser le devenir historique : c'est en lui que le récit se constitue. Mais, immédiatement, l'histoire se propose comme un ensemble de documents, de monuments, de déclarations, interprétés dans un récit. L'homme et ses œuvres sont relégués dans un lointain inaccessible et l'immédiateté n'appartient qu'au médium, au récit et aux considérations qui l'animent et lui confèrent un sens.

Le problème est philosophique : qu'entend-on en parlant d'autrui ? La solution, dans la ligne de la critique brunschvicgienne ou du désenchantement wébérien, dérive d'un agnosticisme radical ; elle se trouve dans l'étude des interactions, c'est-à-dire dans l'histoire réfléchissante. De là l'intérêt sans relâche accordé aux penseurs qui ont su éclairer un récit au moyen d'idées générales. Un « pur philosophe » (si ce terme a un sens) n'aurait pas songé à écrire : « Thucydide et le récit historique » (aujourd'hui in Dimensions de la conscience historique). Il aurait peut-être hésité à faire montre d'intérêt admiratif pour Machiavel. À vrai dire, le « Thucydide » a été peu commenté. Et les remarques, préfaces, conférences sur Machiavel ont été mises au compte de l'observateur politique.

Encore un contre-sens ! Car l'observateur politique – très en vue – n'est lui aussi qu'un avatar du philosophe. Le programme de l'enquête n'a jamais varié depuis la promenade sur les bords du Rhin : « ... c'était la condition historique du citoyen ou de l'homme lui-même. Comment, Français, juif, situé à un moment du devenir, puis-je connaître l'ensemble dont je suis un atome, entre des centaines de millions ? Comment puis-je saisir l'ensemble autrement que d'un point de vue, un entre d'autres innombrables ? » De là une double investigation : l'une est celle du problème « quasi kantien » qui s'énonce : comment la connaissance historique est-elle possible ? L'autre est celle des relations concrètes entre les personnes ; elle conduit aux ensembles institutionnels et se subdivise entre sociologie et science politique. Ces distinctions, utiles pour l'analyse, doivent être relativisées. L'introduction de Écrits politiques (1972), « Science et conscience de la société » portent sur la sociologie ; la première partie, « Idées », s'enferme dans la philosophie ; la deuxième partie, « À l'intérieur des États », revient d'abord sur la philosophie politique avant d'en venir à des problèmes appartenant soit à la science politique en général, soit à une situation singulière, celle de la France ; enfin, la troisième partie, « Entre les États », traite de la stratégie mondiale (Weltpolitik) sur un mode tantôt professoral tantôt journalistique. L'unité du livre peut paraître tout à fait artificielle. En fait, l'auteur ne cesse de s'y interroger, à partir des distinctions conceptuelles indiquées dans les premières pages, à ce qui sépare, en les unissant, les citoyens dans un État et les États entre eux.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ARON RAYMOND (1905-1983)  » est également traité dans :

CAPITALISME - Sociologie

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 3 509 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Le capitalisme en débat »  : […] Les travaux pionniers de Karl Marx et de Max Weber n'ont pas laissé indifférents. Au premier, Immanuel Wallerstein ( Le Capitalisme historique , 1983) reproche ainsi de focaliser exclusivement son attention sur quelques pays européens. N'est-ce pas là une faute de raisonnement tant il est vrai que même les espaces dominés par le féodalisme participent aussi du phénomène capitaliste ? Hier comme au […] Lire la suite

CLASSES SOCIALES - La théorie de la lutte de classes

  • Écrit par 
  • André AKOUN
  •  • 8 266 mots

Dans le chapitre « Pouvoir et société civile »  : […] À l'espace social qualitatif des sociétés hiérarchiques se substitue un espace social quantitatif et homogène. La société, veuve de toute transcendance, n'est plus que ce lieu sans profondeur métaphysique où se nouent les volontés individuelles. Le nouveau foyer de sacralité est l'homme, sujet libre, avec pour destin l'histoire qu'il fait et qui le fait. Désormais au centre d'un espace politique d […] Lire la suite

COMPRÉHENSION (sociologie)

  • Écrit par 
  • Isabelle KALINOWSKI
  •  • 906 mots

C’est au sein des sciences humaines allemandes de la seconde moitié du xix e  siècle que la notion de compréhension a été formulée pour la première fois par l’historien Johann Gustav Droysen puis par le philosophe Wilhelm Dilthey. Elle est d’emblée définie en référence à un dualisme des méthodes – l’opposition de «  l’expliquer » et du « comprendre » –, doublé d’un dualisme des types de sciences : […] Lire la suite

DAMPIERRE ÉRIC DE (1928-1998)

  • Écrit par 
  • Henri MENDRAS
  •  • 962 mots

Éric de Dampierre incarne sans doute le mieux ce qui fut l'ambition de la génération de sociologues qui a reconstruit la sociologie française au lendemain de la Seconde Guerre mondiale : fonder une science sociale empirique qui n'oublie pas pour autant ses fondateurs, ni la philosophie, ni l'histoire, tout en restant toujours soucieuse du bien public ; créer des institutions qui assurent la contin […] Lire la suite

GUERRE

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE, 
  • P. E. CORBETT, 
  • Victor-Yves GHEBALI, 
  • Q. WRIGHT
  •  • 14 315 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'intelligence réciproque de la guerre et de la paix »  : […] Les études proprement sociologiques consacrées à la paix sont en nombre extrêmement réduit, surtout si on les compare à toutes celles qui ont trait à la guerre. Il n'en faudrait pas conclure à une préférence marquée de la part des auteurs pour la situation la plus souvent décrite, ou à une infirmité des méthodes d'approche à l'égard de la paix, qui est, indiscutablement, la forme d'existence norma […] Lire la suite

IDÉOLOGIE

  • Écrit par 
  • Joseph GABEL
  •  • 6 770 mots

Dans le chapitre « Concept neutre et concept péjoratif »  : […] Il importe de prime abord de constater une ambiguïté foncière : le terme « idéologie » est utilisé dans un sens tantôt neutre, pour ne pas dire laudatif, tantôt critique (péjoratif). Raymond Aron signale une « oscillation, dans l'usage courant, entre l' acception péjorative , critique ou polémique – l'idéologie est l'idée fausse, la justification d'intérêts, de passions – et l' acception neutre , […] Lire la suite

INTELLECTUEL

  • Écrit par 
  • Jean Marie GOULEMOT
  •  • 9 432 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Mort de l'intellectuel ? »  : […] À partir des années 1980, ceux que la presse appelait assez sottement «  les maîtres à penser  » disparurent. Deux générations furent touchées : celle de Sartre et Aron en 1980 et 1983, Lacan en 1981 ; puis celle de Barthes (1980), Foucault (1984), Althusser (1980). L'activité politique de Sartre fut soumise à la critique. Aron lui-même, désigné « spectateur engagé », ne fut pas épargné. Le souve […] Lire la suite

LIBÉRALISME

  • Écrit par 
  • Francis BALLE
  •  • 6 798 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le retour du libéralisme »  : […] Il n'est guère excessif d'avancer que la polémique partisane, depuis plus de deux siècles, est dominée pour l'essentiel par la question du libéralisme. Libérale en paroles et par son action, la Révolution de 1789 a été détournée très vite de ses objectifs par un mouvement connu sous le nom de jacobinisme. Au nom de l'égalité et de leur impatience à créer une société selon leur cœur, les Jacobins o […] Lire la suite

POLÉMOLOGIE

  • Écrit par 
  • Michel-Henri GIÈS
  •  • 3 837 mots

Dans le chapitre « Fondements de la polémologie »  : […] La démarche de G. Bouthoul s'inscrit en réaction contre les penseurs et les hommes politiques qui ont tenté d'obtenir une éradication de la guerre par sa « mise hors la loi ». Niant la « pseudo-évidence » de la guerre, il veut faire de celle-ci un objet d'études. Les pacifistes n'ont jamais opposé aux guerres qu'une pétition de principe selon laquelle elles constitueraient un état pathologique, ma […] Lire la suite

PROGRÈS

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 8 635 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Sens et histoire »  : […] Raymond Aron a souligné, à plusieurs reprises, qu'il n'était plus possible, au xx e  siècle, de penser à la manière des Grecs et de ne voir dans les événements que les reflets déformés des idées ou du cosmos. Thucydide, en effet, interprétait la guerre du Péloponnèse en se référant aux passions éternelles qui définissent la nature humaine. Il n'assignait pas de sens à l'histoire. « C'est notre ex […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard GUILLEMAIN, « ARON RAYMOND - (1905-1983) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/raymond-aron/