PYROLYSE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Décomposition d'un corps par action de la chaleur. Les nouvelles substances formées (produit de pyrolyse) proviennent de réarrangements atomiques ou moléculaires ; on a l'habitude de distinguer deux étapes de réaction : les réactions primaires de scission radicalaire et les réactions secondaires de condensation.

Si un autre élément intervient dans la réaction, même si on emploie la chaleur, on ne parle plus de pyrolyse mais de combustion (présence d'oxygène), d'hydrogénation...

Toutefois, les réactions pyrolytiques peuvent se produire en présence de tiers éléments ne participant pas à la réaction : par exemple, l'utilisation de solvants comme catalyseurs ou l'emploi des rayons lors d'une pyrolyse.

Les réactions pyrolytiques sont parmi les premières à avoir été utilisées dans l'étude des substances naturelles : production d'oxygène par pyrolyse de l'oxyde mercurique, production de néoprène par pyrolyse du caoutchouc naturel, extraction du méthanol, encore appelé alcool de bois.

L'industrie fait largement appel à la pyrolyse du pétrole, par exemple, mais aussi de la houille. La plupart des pyrolyses sont faites à très haute température, en phase liquide, solide ou gazeuse. On emploie également la pression, bien qu'elle soit thermodynamiquement défavorable, pour réduire le volume de gaz, augmenter les vitesses de réaction ou maintenir l'état liquide. Certaines pyrolyses sont même conduites sous vide.

La moitié environ de tous les produits chimiques organiques proviennent de la pyrolyse du pétrole et du charbon. Dans le domaine de l'électroménager, la plupart des fours autonettoyants utilisent cette méthode (fours à pyrolyse).

—  Bernard CARTON

Écrit par :

Classification


Autres références

«  PYROLYSE  » est également traité dans :

ALDÉHYDES ET CÉTONES

  • Écrit par 
  • Jacques METZGER
  •  • 7 354 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Dégradation »  : […] De nombreuses fonctions mixtes sont dégradables en aldéhyde ou en cétone. Parmi les plus importantes, on peut citer : –  les alcools β -éthyléniques , qui, par chauffage, se décomposent en un alcène et un aldéhyde ; un exemple industriel important de cette réaction est la pyrolyse de l'acide ricinoléique, qui donne l'acide ω-undéc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aldehydes-et-cetones/#i_10094

BOIS

  • Écrit par 
  • Marie Elisabeth BORREDON, 
  • Édouard BOUREAU, 
  • Xavier DÉGLISE, 
  • Carlos VACA-GARCIA
  •  • 9 111 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Traitements pyrolytiques »  : […] Initialement développés en France et en Finlande, les traitements à haute température ont trouvé un accueil favorable en Amérique du Nord. Ils consistent en une pyrolyse ménagée effectuée entre 140 et 260  0 C, sous atmosphère pauvre en oxygène. Trois phénomènes sont alors observés : – une dégradation des hémicelluloses, qui se traduit par une diminution de l'hydrophilie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bois/#i_10094

CARBONE

  • Écrit par 
  • Jean AMIEL, 
  • Henry BRUSSET
  •  • 8 318 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Propriétés physico-chimiques »  : […] Les propriétés physiques caractéristiques de tous les carbonyles métalliques, qui ont été isolés, sont réunies dans le tableau . Ces composés covalents ne sont solubles que dans les liquides non polaires. Les carbonyles métalliques chauffés à l'abri de l'air se décomposent en libérant le métal ; cette pyrolyse est utilisée industriellement pour préparer du nickel et du fer très purs. Chauffés trè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carbone/#i_10094

COMBUSTION

  • Écrit par 
  • Michel LUCQUIN
  •  • 4 682 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « La combustion des solides »  : […] Comme dans le cas précédent des liquides, la combustion des solides est un phénomène se produisant essentiellement dans la phase gazeuse. Il y a donc lieu de considérer deux étapes : la gazéification du solide et la combustion des gaz obtenus. Les solides peuvent être classés en différentes catégories suivant la manière dont ils brûlent. Les solides à point de fusion peu élevé se comportent comme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/combustion/#i_10094

ÉNERGIES RENOUVELABLES

  • Écrit par 
  • Bernard CHABOT
  •  • 18 505 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « La pyrolyse »  : […] Il s'agit des procédés de transformation de la biomasse solide par la chaleur et en l'absence d'air. Les procédés traditionnels de pyrolyse utilisent des températures de 300 à 500  0 C et permettent de produire du charbon de bois. Ce dernier a l'avantage de présenter par kilogramme un contenu énergétique double de celui du bois sec et de brûler plus proprement tout en do […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/energies-renouvelables/#i_10094

FONTE AU COKE

  • Écrit par 
  • Nicole CHÉZEAU
  •  • 193 mots
  •  • 1 média

Au début du xviii e  siècle, la sidérurgie anglaise paraissait condamnée par un manque de charbon de bois causé par un déboisement intensif. Ce problème, vital, fut résolu par la mise au point par Abraham Darby (1678 ?-1717), dès 1709, d'un nouveau combustible à haut pouvoir calorifique, le coke, obtenu par pyrolyse du charbon minéral. Après 1780, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fonte-au-coke/#i_10094

Pour citer l’article

Bernard CARTON, « PYROLYSE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pyrolyse/