PRUSSE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'État brandebourgeois-prussien

Lorsque Georges-Guillaume monte sur le trône en 1619, les possessions des Hohenzollern de Berlin s'étendent d'un bout à l'autre de l'Allemagne, mais sont divisées en trois groupes : au centre le Brandebourg, à l'est la Prusse, à l'ouest les territoires dispersés en Rhénanie et en Westphalie. L'effort des Électeurs consistera à les réunir.

La fondation du royaume

Le règne de Georges-Guillaume (1619-1640) correspond aux pires années de la guerre de Trente Ans, celles de la « période suédoise ». Lieu de passage pour les belligérants, le Brandebourg est ravagé et dépeuplé, perdant 140 000 habitants sur les 330 000 qu'il comptait au début du conflit. Le relèvement est dû à Frédéric-Guillaume, le Grand Électeur (1640-1688).

Son œuvre intérieure est d'importance : unité administrative (malgré les résistances des États provinciaux) par l'institution d'impôts et de fonctionnaires communs, colonisation des terres pauvres et presque vides d'hommes par l'appel à des Allemands d'autres régions, à des Hollandais, à des Français protestants persécutés par Louis XIV, qui contribueront à l'essor de Berlin. Mais c'est, plus encore, par sa politique extérieure que le Grand Électeur apparaît comme un des princes les plus remarquables de sa dynastie. Aux traités de Westphalie (1648), il obtient des « compensations » pour les ravages subis du fait de la guerre : à l'est de l'Oder, la Poméranie orientale et l'évêché de Kammin ; dans la région de l'Elbe, l'évêché d'Halberstadt et l'archevêché de Magdebourg (il s'agit de territoires sécularisés) ; sur la Weser, l'évêché de Minden, forte position stratégique au débouché de la Porta westfalica. Ensemble d'acquisitions qui tendent à rapprocher les trois domaines de la monarchie brandebourgeoise. Au cours de la première guerre du Nord (1655-1661), Frédéric-Guillaume s'allie successivement au roi de Suède Charles X Gustave, puis au roi de Pologne Jean-Casimir. Il obtient de ce dernier, au traité de Wehlau (1657), la fin du régime de vassalité auquel la Prusse était soumise depuis 1466, et le traité d'Oliva (1660) reconnaît sa pleine et entière souveraineté sur le duché de Prusse. Enfin, à l'égard de Louis XIV, le Grand Électeur pratique une politique tortueuse, tantôt favorable, moyennant subsides, tantôt hostile. Lorsque la guerre de Hollande éclate en 1672, le Brandebourg est dans le camp opposé à la France. Le duché de Clèves est occupé par les troupes françaises. En 1674-1675, l'Électeur est battu par Turenne en Alsace. Au même moment les Suédois, alliés de Louis XIV, envahissent le Brandebourg. Frédéric-Guillaume est vainqueur à Fehrbellin (28 juin 1675) et pénètre en Poméranie suédoise, où Stettin capitule en 1677. Mais le traité de Saint-Germain-en-Laye (1679) le force à restituer toutes ses conquêtes. L'opération n'a donc pas été payante pour le Brandebourg qui doit en 1682 reconnaître les « réunions » opérées par Louis XIV, et s'abstient en 1686 d'adhérer à la ligue d'Augsbourg. Toutefois Fehrbellin a eu chez les sujets du Grand Électeur un retentissement qui fait de cette bataille une victoire nationale. Elle a été possible grâce à une armée permanente dont les effectifs ont été portés à plus de 30 000 hommes.

Frédéric III (1688-1713) se montre, dès son avènement, désireux d'acquérir le titre de roi. L'empereur Léopold Ier résiste. L'Électeur lui fournit de l'argent et des hommes pour les guerres contre la France et contre les Turcs. Lorsqu'une nouvelle guerre menace d'éclater à propos de la succession d'Espagne, l'empereur ne peut se passer de l'aide du Brandebourg. Il cède et, par le « traité de la couronne » (16 nov. 1700), il reconnaît à Frédéric le droit de s'intituler roi en Prusse (qui ne fait pas partie du Saint Empire romain germanique). Le couronnement a lieu le 18 janvier 1701 à Königsberg, lors d'une cérémonie fastueuse, et l'Électeur devient le roi Frédéric Ier.

Le royaume de Prusse au XVIIIe siècle

La subtilité grammaticale par laquelle l'empereur avait cru limiter la portée de ce qu'il avait concédé ne devait pas être durable. Dès le règne de Frédéric-Guillaume Ier (1713-1740), l'appellation de roi de Prusse prévaut dans les chancelleries. Curieux personnage que ce roi, chez qui les [...]

1700 à 1800. L'âge des Lumières

Vidéo : 1700 à 1800. L'âge des Lumières

Traite des Noirs. Philosophie des Lumières. Révolution scientifique et politique. Indépendance des États-UnisLe XVIIIe siècle est fatal aux États les plus archaïques. La Dzoungarie, dernier empire nomade, est broyée entre l'expansion chinoise Qing et l'Empire russe. Ce dernier, modernisé... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

1700 à 1800. L'âge des Lumières

1700 à 1800. L'âge des Lumières
Crédits : Encyclopædia Universalis France

chronologie

Charles XII

Charles XII
Crédits : Sepia Times/ Universal Images Group/ Getty Images

photographie

Frédéric II de Prusse (1712-1786)

Frédéric II de Prusse (1712-1786)
Crédits : De Agostini/ Getty Images

photographie

1850 à 1914. L'Europe émigre

1850 à 1914. L'Europe émigre
Crédits : Encyclopædia Universalis France

chronologie

Afficher les 6 médias de l'article

Écrit par :

  • : maître assistant à la faculté des lettres et sciences humaines de Rouen

Classification

Autres références

«  PRUSSE  » est également traité dans :

ALBERT DE BRANDEBOURG (1490-1568) premier duc de Prusse (1525-1568)

  • Écrit par 
  • Bernard VOGLER
  •  • 573 mots

Troisième fils du margrave d'Ansbach en Franconie, Albert de Brandebourg est destiné à une brillante carrière ecclésiastique. Dès l'âge de seize ans, il devient chanoine à Cologne, ce qui ne l'empêche pas de participer en 1508 à une campagne militaire de l'empereur Maximilien en Italie. C'est en 1510 que se situe sa fortune, lorsque, grâce aux manœuvres de son frère aîné, il est élu grand maître d […] Lire la suite

ALBERT L'OURS (1100 env.-1170) margrave de Brandebourg (1134-1170)

  • Écrit par 
  • Anne BEN KHEMIS
  •  • 268 mots

Fondateur de la dynastie des Ascaniens et de la Marche de Brandebourg, qui est à l'origine du royaume de Prusse, Albert l'Ours, comte de Ballenstädt, était originaire d'Aschersleben en Saxe (Ascaria ou Ascania en latin, d'où le nom de la dynastie). Il a reçu en 1134, de Lothaire de Supplinburg, l'Altmark, ou Marche du Nord ; il parvient à s'implanter très solidement sur la rive droite de l'Elbe. U […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Géographie) - Géographie économique et régionale

  • Écrit par 
  • Guillaume LACQUEMENT
  •  • 12 050 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Une unification politique tardive »  : […] Depuis la réunification de l'Allemagne, le 3 octobre 1990, le pays s'étend sur environ 357 000 kilomètres carrés, du Rhin à l'Oder, et de la Frise du Nord aux Alpes de l'Allgäu. Pourvu d'une double façade maritime, sur la mer du Nord et la mer Baltique, il partage 3 790 kilomètres de frontières terrestres avec neuf autres États de l'Europe occidentale et centrale. L'Allemagne appartient ainsi à la […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

  • Écrit par 
  • Michel EUDE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 26 856 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « L'hostilité à l'Empire »  : […] Distinguons d'abord ceux qui critiquent ou contestent l'œuvre accomplie en 1871. Certains sont surtout sensibles aux dangers d'une victoire trop rapide et trop complète. Nietzsche, ici, est souvent cité : « Je considère la Prusse actuelle comme très dangereuse pour la civilisation », mais aussi Gustav Freytag, dès 1872 : « De grands maux sont nés de la victoire ; l'honneur, la loyauté de la capita […] Lire la suite

ARMÉE - Typologie historique

  • Écrit par 
  • Paul DEVAUTOUR, 
  • Universalis
  •  • 12 929 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « L'apparition de la division »  : […] En raison de la recherche et de l'augmentation de la puissance du tir, les conflits se ramènent toujours à des guerres d'usure, et les batailles à des duels de feu. Au début du xviii e  siècle, bien qu'articulées en régiments, en brigades, les armées sont encore difficiles à mouvoir, parce que le commandant en chef ne dispose pas de commandants interarmes ; d'autre part, les formations tendent aux […] Lire la suite

ASCANIENS LES

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 286 mots

Dynastie allemande, influente du xii e  siècle à 1918. Le nom, adopté pendant le premier quart du xii e  siècle, vient d'Aschersleben (Ascaria ou Ascania en latin), où les comtes de Ballenstädt possédaient un château au milieu de leurs domaines, au nord-est des montagnes du Harz. Albert l'Ours est le premier à élever le rang de la famille de comte à margrave. Investi de la Marche du Nord en 113 […] Lire la suite

BISMARCK OTTO VON (1815-1898)

  • Écrit par 
  • Michel EUDE
  •  • 4 861 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le député et le diplomate »  : […] Otto von Bismarck naît à Schönhausen, dans l'ouest du Brandebourg (Altmark). Après des études secondaires à Berlin, un bref passage aux universités de Göttingen et de Berlin semble orienter Bismarck vers une carrière administrative. Mais il y renonce bientôt pour faire valoir ses domaines de Kniephof (Poméranie) et de Schönhausen. C'est là que se placent les débuts, modestes, de Bismarck dans la […] Lire la suite

BLÜCHER GEBHART LEBERECHT VON (1742-1819)

  • Écrit par 
  • Jean BÉRENGER
  •  • 470 mots
  •  • 1 média

La carrière de Blücher, général prussien qui attacha son nom à la défaite de Napoléon à Waterloo, se déroule en deux temps. Jusqu'à la soixantaine, il mène la vie assez obscure d'un officier de cavalerie. À partir de 1805 il est l'un des chefs du parti anti-français en Prusse. Né au Mecklembourg, il s'engage à quatorze ans au service de la Suède, comme simple hussard, car il n'a aucun goût pour le […] Lire la suite

BRUNSWICK CHARLES GUILLAUME FERDINAND duc de (1735-1806)

  • Écrit par 
  • Ghislain de DIESBACH
  •  • 416 mots

Prince libéral et cultivé, le duc de Brunswick, qui s'est déjà distingué pendant la guerre de Sept Ans, passe depuis la mort de son oncle, Frédéric II, pour le plus illustre guerrier de son temps. Plus calculateur qu'audacieux, il est, malgré sa vaillance personnelle, de ceux « qui manquent la victoire pour s'être trop préoccupés d'assurer la retraite ». Moins soldat que diplomate, ce prince philo […] Lire la suite

BUND

  • Écrit par 
  • François IGERSHEIM
  •  • 365 mots

Mot allemand signifiant accord, contrat, et qui par extension désigne ceux qui sont liés : ligue, alliance, confédération. Le terme de Bund est au centre des controverses constitutionnelles allemandes du xix e  siècle entre partisans de la Fédération ( Bundesrat ) et de la Confédération ( Staatenbund ) où est mise en cause l'étendue des transferts de compétences que font les États à une instance p […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel EUDE, « PRUSSE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/prusse/