Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

QUESNAY FRANÇOIS (1694-1774)

François Quesnay - crédits : Leemage/ Corbis/ Getty Images

François Quesnay

Économiste français, fondateur de la première école systématique d'économie politique, F. Quesnay, reçu docteur en médecine en 1744 puis médecin consultant de Louis XV, ne publia aucun ouvrage avant l'âge de soixante ans ; il produisit d'ailleurs essentiellement des articles anonymes. Mais, à Versailles, où il bénéficiait du soutien de Mme de Pompadour, on trouvait autour de lui et de Jean C. M. V. de Gournay (1712-1759) la « secte des économistes », qui comprenait notamment Victor Riquetti de Mirabeau, Nicolas Baudeau, P. P. Le Mercier de La Rivière, G. F. Le Trosne et P. S. Dupont de Nemours ; ils considéraient Quesnay comme leur maître, et, enthousiastes, propageaient ses doctrines. Turgot faisait aussi partie du groupe. Adam Smith fit la connaissance de Quesnay et tenait ses idées en grande estime.

En dépit des particularités de son expression et bien qu'il accordât une extrême importance à l'agriculture dont il faisait l'unique activité économiquement productive, créatrice d'un « produit net », par opposition à la « stérilité » de l'industrie et du commerce, Quesnay a fourni d'intéressantes contributions à la pensée économique et surtout à la systématisation de l'analyse économique, qui introduisit la période classique en Angleterre et en France. Son unique prédécesseur en cette matière fut Richard Cantillon, auteur de l'Essai sur la nature du commerce (1755). Le système de Quesnay se trouve résumé dans son Tableau économique (1758), qui présentait schématiquement l'interdépendance entre les différentes classes, les différents secteurs économiques et l'échange des paiements, et qui exposait l'hypothèse d'un état d'équilibre économique stationnaire, concept fondamental à partir duquel se développa en grande partie l'analyse économique ultérieure. L'analyse de l'équilibre général par Léon Walras et l'analyse de l'input-output de la science économique moderne qui est proposée par W. W. Leontief découlent, en effet, du Tableau de Quesnay. Particulièrement importante est l'analyse que fit celui-ci du capital en tant qu'« avances », ou réserves de biens qui devraient être accumulées antérieurement à la production, ainsi que sa classification de ces « avances », qui permet de différencier le capital fixe du capital mobile. L'analyse que donne Quesnay de l'épargne en tant que pouvant être nuisible — car, si elle n'est pas investie, elle peut modifier l'équilibre de la circulation des paiements — est proche de celle de Keynes. Cependant, ces idées sur l'épargne furent pendant un siècle supplantées, dans la pensée économique orthodoxe, par la théorie de Turgot et de Smith, selon laquelle l'épargne est inconditionnellement salutaire.

La méthodologie de Quesnay et les principes de sa politique trouvèrent leur source dans une forme extrême de la doctrine du droit naturel qui le poussa à proclamer qu'en matière d'économie le « laisser-faire » et l'impôt unique sur le revenu net sur la propriété représentaient l'ordre économique instauré par Dieu. Quesnay est, en fait, à l'origine des doctrines du xixe siècle sur l'harmonie des intérêts de classe, ainsi que de la doctrine apparentée selon laquelle la libre concurrence procure le maximum de bien-être social. Il développa également la méthode a priori, souvent employée par la suite, pour tenter de démontrer ces doctrines. En politique, il s'élevait contre les monopoles et le privilège et préconisait un gouvernement fort, fondé sur une monarchie puissante.

Ses Œuvres économiques et politiques furent éditées par A. Oncken en 1888.

—  ENCYCLOPÆDIA UNIVERSALIS

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Encyclopædia Universalis. QUESNAY FRANÇOIS (1694-1774) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Média

François Quesnay - crédits : Leemage/ Corbis/ Getty Images

François Quesnay

Autres références

  • TABLEAU ÉCONOMIQUE, François Quesnay - Fiche de lecture

    • Écrit par
    • 1 089 mots
    • 1 média

    Publié une première fois en 1758-1759, repris en 1760, puis en 1766, Tableau économique définit, pour la première fois dans l'histoire de l'économie politique, une représentation abstraite et synthétique des flux d'échanges qui permettent de traduire, de période en période, l'activité de ...

  • CANTILLON RICHARD (1680 env.-env. 1734)

    • Écrit par
    • 696 mots

    Banquier parisien, né d'une famille irlandaise, elle-même d'origine espagnole, selon son biographe, l'économiste Stanley Jevons, Cantillon rédigea un Essai sur la nature du commerce en général, qui ne fut publié qu'en 1755, sans nom d'auteur, après avoir circulé en manuscrit...

  • CLASSIFICATION, sociologie

    • Écrit par
    • 1 000 mots

    Une classification est une représentation du monde ou d’une partie du monde. Elle est basée sur un principe de division et, le cas échéant, sur un principe de hiérarchie. Dans la préface des Mots et les Choses (1966), Michel Foucault évoque « une certaine encyclopédie chinoise » dans laquelle...

  • ÉCONOMIE (Définition et nature) - Objets et méthodes

    • Écrit par
    • 6 478 mots
    ...économique abstraite dans un temps que se donne l'esprit. C'était par exemple le circuit imaginé par les physiocrates dans le fameux tableau économique de Quesnay. On envisage ici une cinématique économique concrète, réelle : la mise en forme des mouvements historiques de telle ou telle économie. Cette cinématique...
  • ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Les grands courants

    • Écrit par
    • 8 689 mots
    • 10 médias
    ...agricoles, l'État est incapable de prélever l'impôt et de limiter son endettement et on garde le souvenir de la banqueroute du système de Law en 1720. C'est dans ce contexte que la pensée libérale s'est forgée, au sein de l'école physiocratique menée par François Quesnay (1756-1757, articles de l'Encyclopédie...
  • Afficher les 10 références