PRIMATES FOSSILES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Strepsirhini et Haplorhini

On classait naguère au voisinage des Primates primitifs un curieux petit animal des îles du Sud-Est asiatique, le Tarsier. Gros comme un rat à longue queue nue, remarquable par ses yeux immenses adaptés à la vision nocturne et disposés en façade, il vit accroché aux troncs et aux branches verticales ; il se déplace par sauts, le tarse démesurément allongé, qui lui a valu son nom, accroissant l'efficacité des muscles extenseurs. C'est un cousin des Omomyidae mais son origine se situe plus vraisemblablement au voisinage de Pseudoloris de l'Éocène supérieur d'Europe occidentale.

Naguère, le Tarsier et les formes voisines étaient regroupés avec les Adapiformes et les Lémuriformes pour former le sous-ordre des Prosimiens, s'opposant aux Simiens (vrais Singes et Homme), mais il s'avère, comme l'avait supposé le zoologiste R. I. Pocock dès le début du xxe siècle, que le Tarsier est plus voisin des vrais Singes. Il partage en effet avec ceux-ci plusieurs caractères dérivés (évolués) inconnus chez les autres Primates.

D'abord, la « truffe » à l'extrémité du museau, qui existe encore chez les Strepsirhini (Lémuriformes + Adapiformes) comme chez de nombreux autres Mammifères, a disparu chez les Haplorhini – « nez simple » (Tarsier + Simiens). Cette disparition est l'une des composantes de la réduction du sens de l'olfaction au profit de la vision chez les Haplorhini : le museau se raccourcit, et dans le cerveau les bulbes olfactifs diminuent de volume ; en revanche, les lobes occipitaux (siège des fonctions cérébrales visuelles) recouvrent maintenant le cervelet ; les yeux viennent se disposer dans un plan frontal, élargissant le champ de vision stéréoscopique, et, sur la rétine, une fovéa accroît la définition au centre du champ visuel. Ces modifications sont clairement liées au passage à la vie diurne (Tarsius étant secondairement redevenu nocturne). D'autres caractères crâniens confirment que les Haplorhini sont bien un groupe naturel, c'est-à-dire qu'ils comprennent tous le [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  PRIMATES FOSSILES  » est également traité dans :

COPPENS YVES (1934- )

  • Écrit par 
  • Herbert THOMAS
  •  • 2 326 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des éléphants à l'homme »  : […] Né le 9 août 1934 à Vannes (Morbihan), Yves Coppens passe sa petite enfance dans la région de Clermont, dans l'Oise, où enseigne son père qui prépare alors, avec Irène Joliot-Curie, une thèse de doctorat d'État sur la radioactivité. L'installation de ses parents à Vannes en 1944 va contribuer à éveiller son attrait pour les sciences du passé, goût très vif qu'il concrétise rapidement. Il fréquente […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yves-coppens/#i_94457

Voir aussi

HAPLORHINES    PROSIMIENS    SIMIENS ou ANTHROPOIDEA    SINGES    STREPSIRHINES    TARSE    TARSIERS

Pour citer l’article

Denis GERAADS, « PRIMATES FOSSILES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/primates-fossiles/