PRIMATES FOSSILES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les premiers Primates

Dès le début de l'Éocène, il y a 50 à 55 Ma, apparaissent en Laurasie (vaste continent formé de l'Amérique du Nord et de l'Eurasie non encore séparées) les premiers Primates pourvus d'une barre osseuse postorbitaire et d'un pouce opposable, atout maître lors de la locomotion arboricole. Ils comprennent classiquement les Adapiformes et les Omomyidae.

Les Adapiformes

Adapis parisiensis fut le premier nommé des Adapiformes. Découvert en 1822 dans les carrières de gypse de Montmartre, il ne fut pourtant reconnu comme Primate que quatre-vingts ans plus tard. D'autres Adapiformes, comme le Notharctus nord-américain, sont connus par des squelettes complets. Leur mode de vie devait être peu différent de celui des Lémurs actuels, quadrupèdes arboricoles sauteurs. À l'exception du Sivaladapis, qui réussit à persister jusqu'à la fin du Miocène dans les forêts indiennes, la plupart d'entre eux s'éteignent à la fin de l'Éocène, non sans avoir peut-être donné naissance, à une époque encore indéterminée, aux Lémuriformes. Cette filiation a longtemps posé un problème biogéographique car les Adapiformes étaient inconnus en Afrique d'où proviennent la plupart des Lémuriformes. Les découvertes des années 1990 ont montré que les Adapiformes n'étaient en fait pas aussi strictement limités à la Laurasie, puisque quelques spécimens sont maintenant connus en Arabie, en Égypte et peut-être en Algérie.

En dehors d'un possible Lorisidé dans l'Oligocène d'Égypte, les Lémuriformes n'apparaissent vraiment en Afrique qu'au début du Miocène, environ 15 Ma après l'extinction de la plupart des Adapiformes. On les divise en Lorisidés d'Afrique et d'Asie du Sud et en Lémuridés malgaches. Ces derniers, aujourd'hui sévèrement menacés par la destruction des forêts de Madagascar, ont connu il y a quelques milliers d'années (avant que l'Homme ne vienne les exterminer), une diversification évolutive extraordinaire, dont les espèces survivantes ne donnent qu'une bien faible idée. La variété de ces formes sub-fossiles malgaches est bien supérieure à celle des vrais Singes africains, peut- [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  PRIMATES FOSSILES  » est également traité dans :

COPPENS YVES (1934- )

  • Écrit par 
  • Herbert THOMAS
  •  • 2 326 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des éléphants à l'homme »  : […] Né le 9 août 1934 à Vannes (Morbihan), Yves Coppens passe sa petite enfance dans la région de Clermont, dans l'Oise, où enseigne son père qui prépare alors, avec Irène Joliot-Curie, une thèse de doctorat d'État sur la radioactivité. L'installation de ses parents à Vannes en 1944 va contribuer à éveiller son attrait pour les sciences du passé, goût très vif qu'il concrétise rapidement. Il fréquente […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yves-coppens/#i_94457

Voir aussi

Pour citer l’article

Denis GERAADS, « PRIMATES FOSSILES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/primates-fossiles/