PRIMATES FOSSILES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Hominoidea

Le groupe des Hominoidea comprend tous les Eucatarrhiniens en dehors de l'Oréopithèque et des Cercopithécoïdes. Il n'est plus représenté aujourd'hui que par les Gibbons, l'Orang-outan, les Chimpanzés, le Gorille et l'Homme, mais sa diversité était bien plus grande au Miocène où jusqu'à dix espèces différentes ont pu exister dans une même région d'Afrique orientale. Vers la fin du Miocène, il y a environ 8 Ma, les Hominoïdes abandonnent le devant de la scène aux petits Singes, et disparaissent presque complètement de la documentation fossile, à l'exception de quelques-uns des jalons de la lignée humaine.

À la différence des Cercopithèques qui conservent, même dans les arbres, un mode de déplacement essentiellement quadrupède, les Hominoïdes typiques sont caractérisés par l'adoption de la locomotion suspendue, qui trouve son accomplissement chez les gibbons actuels, mais dont des traces subsistent jusque chez l'Homme. Les membres antérieurs, qui doivent supporter l'essentiel du poids, viennent se placer latéralement : le thorax s'élargit, l'omoplate devient dorsale, son articulation avec l'humérus plus robuste. Le coude gagne en fermeté, mais le poignet en souplesse : le cubitus n'atteint plus le carpe, d'où une plus grande amplitude des mouvements de supination. Le bassin s'élargit et se raccourcit, de même que les membres postérieurs, la queue tend à disparaître. Parmi les autres traits qui définissent les Hominoïdes, le développement du cerveau n'est que la poursuite d'une tendance générale chez les Primates, tandis que la réduction de la cisaille canine supérieure et prémolaire inférieure les distingue de la plupart des Cercopithécoïdes. Enfin, les tubercules des molaires restent isolés les uns des autres, sans former de crêtes transversales.

Dendropithecus, Limnopithecus et les genres voisins sont des formes primitives du Miocène inférieur d'Afrique de l'Est et de Chine dont le squelette postcrânien a conservé des traits généralisés, longtemps placés près de la souche de [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  PRIMATES FOSSILES  » est également traité dans :

COPPENS YVES (1934- )

  • Écrit par 
  • Herbert THOMAS
  •  • 2 326 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des éléphants à l'homme »  : […] Né le 9 août 1934 à Vannes (Morbihan), Yves Coppens passe sa petite enfance dans la région de Clermont, dans l'Oise, où enseigne son père qui prépare alors, avec Irène Joliot-Curie, une thèse de doctorat d'État sur la radioactivité. L'installation de ses parents à Vannes en 1944 va contribuer à éveiller son attrait pour les sciences du passé, goût très vif qu'il concrétise rapidement. Il fréquente […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yves-coppens/#i_94457

Voir aussi

Pour citer l’article

Denis GERAADS, « PRIMATES FOSSILES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/primates-fossiles/