PRESSION ATMOSPHÉRIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les variations de la pression avec l’altitude

En 1648, en effectuant des mesures à la base et au sommet du Puy-de-Dôme, près de Clermont-Ferrand, puis de la tour Saint-Jacques à Paris, Blaise Pascal et Florin Périer mettent en évidence les variations de la pression avec l’altitude. Dès 1783, Jacques-Alexandre-César Charles embarque un baromètre à bord d’une montgolfière pour évaluer l’altitude atteinte. En 1804, ce système permet à Louis-Joseph Gay-Lussac d’étudier la composition de l’air jusqu’à une altitude de 7 000 mètres.

Pour effectuer des mesures en montagne, Jean-André Deluc (1727-1817) établit une formule reliant pression et température d’ébullition de différents liquides, formule qui permet d’évaluer la pression à l’aide d’un simple thermomètre plus facilement transportable qu’un baromètre. En 1845, Henri-Victor Regnault perfectionne cette méthode et imagine la construction d’un petit appareil transportable, l’hypsomètre, simple à mettre en œuvre pour déterminer la pression ou l’altitude lorsqu'il n'est pas nécessaire de les connaître avec une grande précision.

À partir de 1892, après leur invention par Gustave Hermite, les ballons-sondes permettront d’effectuer des mesures en altitude, sans présence humaine, à l’aide de capteurs munis d’enregistreurs. En 1902, après avoir réalisé une série de 236 sondages au-dessus de 11 kilomètres, Léon-Philippe Teisserenc de Bort découvre la stratosphère.

On a ainsi pu constater que la pression atmosphérique moyenne diminuait rapidement avec l’altitude. Si elle vaut 1013,25 hPa à la surface de la mer, elle n’est plus que de 700 hPa à 3 kilomètres d’altitude, 500 hPa à 5,5 kilomètres, 100 hPa à 16,2 kilomètres et 10 hPa à 31 kilomètres. Cela signifie que la moitié de l’atmosphère se situe au-dessous de 5,5 kilomètres, 90 p. 100 au-dessous de 16,2 kilomètres et 99 p. 100 au-dessous de 31 kilomètres. Plus haut, l’atmosphère devient de plus en plus ténue et n’a pas de limite bien définie. La t [...]

Pression et altitude

Tableau : Pression et altitude

Tableau

La pression atmosphérique diminue rapidement avec l'altitude. Ainsi, la moitié de l'atmosphère se situe en dessous d'une altitude proche de 5,5 kilomètres. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Barographe anéroïde Jules Richard

Barographe anéroïde Jules Richard
Crédits : Météo France

photographie

Evangelista Torricelli

Evangelista Torricelli
Crédits : Photos.com/ Thinkstock

photographie

Baromètre à cuvette

Baromètre à cuvette
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Baromètre transportable de Naudet

Baromètre transportable de Naudet
Crédits : Météo France

photographie

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

Autres références

«  PRESSION ATMOSPHÉRIQUE  » est également traité dans :

MESURE DE LA PRESSION ATMOSPHÉRIQUE

  • Écrit par 
  • Danielle FAUQUE
  •  • 210 mots

L'expérience du physicien et mathématicien italien Evangelista Torricelli (1608-1647), conçue en 1643, n'a aucune visée météorologique. Elle consiste seulement à montrer l'existence du poids de l'air. Pour cela, Torricelli remplit un tube de mercure qu'il retourne dans une cuve remplie elle aussi de mercure. […] Lire la suite

AÉRONOMIE

  • Écrit par 
  • Gaston KOCKARTS
  •  • 4 141 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre «  Nomenclature aéronomique »  : […] Toute atmosphère planétaire peut être divisée en plusieurs régions caractérisées par un état dynamique et une distribution verticale de la pression et de la température. Une première nomenclature (moins utilisée) est fondée sur les variations de la pression atmosphérique avec l'altitude et distingue l'homosphère, l'hétérosphère et l'exosphère. Pour l'atmosphère terrestre (fig. 1), la distributio […] Lire la suite

AIR

  • Écrit par 
  • Jean PERROTEY
  •  • 2 149 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Propriétés »  : […] Aristote ne parvint pas à peser l'air et les échecs se succédèrent jusqu'au xvii e  siècle. Galilée, interrogé sur l'impossibilité de pomper l'eau des puits à une hauteur de plus de 10 mètres, doit admettre que « la nature a une horreur modérée du vide », selon la théorie de l'époque. Evangelista Torricelli remplace l'eau par du mercure : la colonne n'est plus alors que de 76 centimètres, ce qui […] Lire la suite

ANTICYCLONES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 4 100 mots
  •  • 5 médias

On donne le nom d'anticyclone à une région de l’atmosphère où la pression est plus élevée que dans les régions avoisinantes situées à une même altitude. À l’inverse, les dépressions (ou cyclones) correspondent à des zones où la pression est minimale. Anticyclones et dépressions ont une forte influence sur le vent et les perturbations météorologiques. On parle de centres d’action lorsqu’ils atteig […] Lire la suite

ASCENDANCE, météorologie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 4 798 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L’instabilité convective »  : […] Dans l’atmosphère, les mouvements horizontaux sont en moyenne beaucoup plus rapides et transportent bien plus de matière que les mouvements verticaux. Pour marquer cette différence, en météorologie, on utilise généralement les termes « advection » pour désigner les transports horizontaux et « convection » pour les déplacements d’air verticaux, ascendants ou descendants. L’instabilité convective c […] Lire la suite

ATMOSPHÈRE - La couche atmosphérique terrestre

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 7 814 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Épaisseur »  : […] En raison de son poids, l’atmosphère exerce une pression sur les objets qui sont à son contact. Ainsi, la pression atmosphérique dite standard, 101 325 pascals (P) ou 1013,25 hectopascals (hPa), correspond à la pression moyenne enregistrée au niveau moyen de la mer sur la latitude de Paris. Mais, comme l’ont mis en évidence les travaux de Torricelli en 1644 et de Pascal en 1648, cette valeur dimi […] Lire la suite

ATMOSPHÈRE - Thermodynamique

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 7 715 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Thermodynamique du « fluide atmosphère » »  : […] Comme n’importe quel fluide, les principales caractéristiques thermodynamiques d’une parcelle sont décrites par la pression, la température et la masse volumique. La masse volumique correspond à la masse de l’ensemble des molécules qui se trouvent dans une unité de volume. La température absolue, T (en kelvins ou K), est une mesure de leur agitation. Ainsi, si l’on atteignait le zéro absolu ( T   […] Lire la suite

CYCLONES TROPICAUX

  • Écrit par 
  • René CHABOUD
  •  • 3 085 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les effets d'un cyclone »  : […] Toujours associé à une profonde dépression tropicale, le cyclone est un phénomène météorologique de grande ampleur. Quasi circulaire, la zone cyclonique a un diamètre généralement compris entre 200 et 500 kilomètres, mais certains cyclones peuvent être de plus grande envergure, comme le cyclone tropical Georges (septembre 1998), d'un diamètre de 800 kilomètres. Les différents services météorologi […] Lire la suite

DÉPRESSION, météorologie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 3 414 mots
  •  • 6 médias

En météorologie, une dépression (ou cyclone) est une région de l’atmosphère caractérisée par une pression atmosphérique plus basse que celle de l’ensemble des régions adjacentes situées à la même altitude. Les dépressions sont généralement accompagnées de mauvais temps : vents forts et précipitations. Leur étendue horizontale s’étend sur une large gamme d’échelles qui va de quelques mètres à plusi […] Lire la suite

DÔME DE THARSIS, Mars

  • Écrit par 
  • Gabriel TOBIE
  •  • 1 679 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Impact de la formation du dôme de Tharsis sur l’évolution géologique de Mars  »  : […] La formation du dôme de Tharsis a vraisemblablement débuté il y a plus de 3,7 milliards d’années, durant le Noachien (plus ancienne époque géologique martienne), et s’est poursuivie pendant plusieurs centaines de millions d’années, au cours de l’Hespérien, jusqu’à former un plateau de plus de 5 500 kilomètres de diamètre pour un volume de laves d’environ 300 millions de kilomètres cubes, ce qui co […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Pierre CHALON, « PRESSION ATMOSPHÉRIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pression-atmospherique/