PRESSION ATMOSPHÉRIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L’influence des variations de pression sur le temps

La valeur moyenne de la pression atmosphérique mesurée à la surface de la Terre est de 985,5 hectopascals (hPa), ce qui correspond à la pression exercée par la masse totale de l’atmosphère : 5,148 × 1018 kg (soit 5,148 millions de milliards de tonnes).

Pour pouvoir comparer les valeurs de la pression de surface mesurée à des endroits qui ne sont pas à la même altitude, on les ramène par extrapolation au niveau moyen de la mer où la pression atmosphérique moyenne est de 1013,25 hPa. À ce niveau, les pressions corrigées s’étendent d’environ 870 hPa, relevés le 12 octobre 1979 au large des Philippines au centre du typhon Tip, à 1 083,8 hPa, relevés le 31 décembre 1968 à Agata, Evenhiyskiy, en Russie (record mondial pour une station située à moins de 750 mètres d’altitude).

Les différences de pression observées dans l’atmosphère peuvent résulter des inégalités d’ensoleillement et de capacité thermique de la surface terrestre, ou de fortes perturbations du vent comme celles qui apparaissent au voisinage des montagnes ou des courants-jets d’altitude (ou jet streams). De tels déséquilibres génèrent une accélération des particules d’air dirigée des fortes pressions (anticyclones, dorsales météorologiques) vers les basses pressions (dépressions, thalwegs). Mais, en raison de la rotation de la Terre, la « force » de Coriolis dévie les trajectoires si bien que, dans les systèmes de grande échelle situés à une certaine distance de l’équateur, dans l’hémisphère Nord les particules d’air tournent dans le sens des aiguilles d’une montre autour des anticyclones et dans le sens inverse autour des dépressions. Dans l’hémisphère Sud, c’est l’inverse qui se produit. La première conséquence est l’observation d’un vent qui sera d’autant plus violent que le gradient horizontal de pression sera fort.

Au niveau du sol, le frottement réduit la vitesse de l’air et par conséquent la force de Coriolis, ce qui se traduit par une convergence des [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages



Médias de l’article

Barographe anéroïde Jules Richard

Barographe anéroïde Jules Richard
Crédits : Météo France

photographie

Evangelista Torricelli

Evangelista Torricelli
Crédits : Photos.com/ Thinkstock

photographie

Baromètre à cuvette

Baromètre à cuvette
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Baromètre transportable de Naudet

Baromètre transportable de Naudet
Crédits : Météo France

photographie

Afficher les 6 médias de l'article





Écrit par :


Autres références

«  PRESSION ATMOSPHÉRIQUE  » est également traité dans :

MESURE DE LA PRESSION ATMOSPHÉRIQUE

  • Écrit par 
  • Danielle FAUQUE
  •  • 210 mots

L'expérience du physicien et mathématicien italien Evangelista Torricelli (1608-1647), conçue en 1643, n'a aucune visée météorologique. Elle consiste seulement à montrer l'existence du poids de l'air. Pour cela, Torricelli remplit un tube de mercure qu'il retourne dans une cuve remplie elle aussi de mercure. […] Lire la suite

AÉRONOMIE

  • Écrit par 
  • Gaston KOCKARTS
  •  • 4 141 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre «  Nomenclature aéronomique »  : […] Toute atmosphère planétaire peut être divisée en plusieurs régions caractérisées par un état dynamique et une distribution verticale de la pression et de la température. Une première nomenclature (moins utilisée) est fondée sur les variations de la pression atmosphérique avec l'altitude et distingue l'homosphère, l'hétérosphère et l'exosphère. Pour l'atmosphère terrestre (fig. 1), la distributio […] Lire la suite

AIR

  • Écrit par 
  • Jean PERROTEY
  •  • 2 149 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Propriétés »  : […] Aristote ne parvint pas à peser l'air et les échecs se succédèrent jusqu'au xvii e  siècle. Galilée, interrogé sur l'impossibilité de pomper l'eau des puits à une hauteur de plus de 10 mètres, doit admettre que « la nature a une horreur modérée du vide », selon la théorie de l'époque. Evangelista Torricelli remplace l'eau par du mercure : la colonne n'est plus alors que de 76 centimètres, ce qui […] Lire la suite

ANTICYCLONES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 4 100 mots
  •  • 5 médias

On donne le nom d'anticyclone à une région de l’atmosphère où la pression est plus élevée que dans les régions avoisinantes situées à une même altitude. À l’inverse, les dépressions (ou cyclones) correspondent à des zones où la pression est minimale. Anticyclones et dépressions ont une forte influence sur le vent et les perturbations météorologiques. On parle de centres d’action lorsqu’ils atteig […] Lire la suite

ASCENDANCE, météorologie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 4 798 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L’instabilité convective »  : […] Dans l’atmosphère, les mouvements horizontaux sont en moyenne beaucoup plus rapides et transportent bien plus de matière que les mouvements verticaux. Pour marquer cette différence, en météorologie, on utilise généralement les termes « advection » pour désigner les transports horizontaux et « convection » pour les déplacements d’air verticaux, ascendants ou descendants. L’instabilité convective c […] Lire la suite

ATMOSPHÈRE - La couche atmosphérique terrestre

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 7 814 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Épaisseur »  : […] En raison de son poids, l’atmosphère exerce une pression sur les objets qui sont à son contact. Ainsi, la pression atmosphérique dite standard, 101 325 pascals (P) ou 1013,25 hectopascals (hPa), correspond à la pression moyenne enregistrée au niveau moyen de la mer sur la latitude de Paris. Mais, comme l’ont mis en évidence les travaux de Torricelli en 1644 et de Pascal en 1648, cette valeur dimi […] Lire la suite

ATMOSPHÈRE - Thermodynamique

  • Écrit par 
  • Christian PERRIN DE BRICHAMBAUT
  •  • 7 460 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Équilibre hydrostatique »  : […] La pression atmosphérique à un niveau correspond au poids de la colonne d'air qui surmonte l'unité de surface : à une différence de niveau ΔZ correspond une différence de pression Δp telle que : ρ étant la masse spécifique moyenne de l'air entre les niveaux Z et Z + ΔZ et g l'accélération due à la pesanteur. Mais, selon la loi des gaz parfaits, on peut écrire : La formule de Laplace correspond à […] Lire la suite

CYCLONES TROPICAUX

  • Écrit par 
  • René CHABOUD
  •  • 3 085 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les effets d'un cyclone »  : […] Toujours associé à une profonde dépression tropicale, le cyclone est un phénomène météorologique de grande ampleur. Quasi circulaire, la zone cyclonique a un diamètre généralement compris entre 200 et 500 kilomètres, mais certains cyclones peuvent être de plus grande envergure, comme le cyclone tropical Georges (septembre 1998), d'un diamètre de 800 kilomètres. Les différents services météorologi […] Lire la suite

DÉPRESSION, météorologie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 3 414 mots
  •  • 6 médias

En météorologie, une dépression (ou cyclone) est une région de l’atmosphère caractérisée par une pression atmosphérique plus basse que celle de l’ensemble des régions adjacentes situées à la même altitude. Les dépressions sont généralement accompagnées de mauvais temps : vents forts et précipitations. Leur étendue horizontale s’étend sur une large gamme d’échelles qui va de quelques mètres à plusi […] Lire la suite

DÔME DE THARSIS, Mars

  • Écrit par 
  • Gabriel TOBIE
  •  • 1 679 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Impact de la formation du dôme de Tharsis sur l’évolution géologique de Mars  »  : […] La formation du dôme de Tharsis a vraisemblablement débuté il y a plus de 3,7 milliards d’années, durant le Noachien (plus ancienne époque géologique martienne), et s’est poursuivie pendant plusieurs centaines de millions d’années, au cours de l’Hespérien, jusqu’à former un plateau de plus de 5 500 kilomètres de diamètre pour un volume de laves d’environ 300 millions de kilomètres cubes, ce qui co […] Lire la suite

FRONT, météorologie

  • Écrit par 
  • Bernard GOSSET
  •  • 2 240 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Perturbations extratropicales »  : […] Le front polaire de l'Atlantique nord, qui, en moyenne, s'étend des côtes orientales des États-Unis d'Amérique au nord-ouest de l'Europe, a été étudié en détail par les météorologistes norvégiens. Sur ce front se développent des ondulations accompagnées d'un temps perturbé. Celles-ci et les divers phénomènes qui s'y rattachent (systèmes nuageux, hydrométéores) sont appelées perturbations du front […] Lire la suite

GUERICKE OTTO VON (1602-1686)

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 473 mots

Physicien allemand, né à Magdeburg et mort à Hambourg. Otto de Guericke, bourgmestre de Magdeburg, se signale à l'attention du monde savant, peu après 1650, par ses expériences sur le vide et sur l'électricité, bien antérieures à celles de C. Huygens, de D. Papin et de C. F. Du Fay. Dès 1632, il cherche à établir le vide dans un récipient rempli d'eau et dont le liquide est ensuite évacué, mais le […] Lire la suite

BUYS-BALLOT LOI DE

  • Écrit par 
  • Florence DANIEL
  •  • 171 mots

Le Hollandais Christophorus Henricus Didericus Buys-Ballot (1817-1890) publie en 1857 une Note sur le rapport de l’intensité de la direction du vent avec les écarts simultanés du baromètre dans laquelle il énonce la fameuse loi qui porte son nom : le vent laisse les basses pressions atmosphériques sur sa gauche dans l’hémisphère Nord et l’intensité du vent est d’autant plus forte que les lignes i […] Lire la suite

MARS, planète

  • Écrit par 
  • Éric CHASSEFIÈRE, 
  • Olivier de GOURSAC, 
  • Philippe MASSON, 
  • Francis ROCARD
  •  • 18 406 mots
  •  • 65 médias

Dans le chapitre «  L'atmosphère »  : […] L' atmosphère de Mars diffère de l'atmosphère terrestre tout d'abord par sa composition chimique : le dioxyde de carbone CO 2 en est le constituant majeur (95,32 p. 100). La découverte de ce dioxyde de carbone par spectroscopie infrarouge, depuis la Terre, de la lumière solaire réfléchie par le sol martien remonte à 1947, mais c'est en 1964 que fut réalisée par cette méthode la première estimatio […] Lire la suite

MÉTÉOROLOGIE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 4 309 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Des réseaux d’observation à l’échelle planétaire »  : […] Pour obtenir une image tridimensionnelle de l’atmosphère, aussi étendue et précise que possible, des réseaux d’observation performants ( stations météorologiques, radars, lidars, radiomètres …) ont été installés au sol, sur mer (bateaux, bouées) et en altitude (ballons-sondes, avions, satellites). Des mesures fines des variations de la pression, de la température, de l’humidité et du vent avec l […] Lire la suite

MILIEU, écologie

  • Écrit par 
  • Cesare F. SACCHI
  •  • 7 840 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La gravité ou pesanteur »  : […] C'est un autre facteur écologique universel, qui conditionne à la fois la structure physique du milieu (stratification de l'atmosphère, de l'hydrosphère, des sédiments et des sols), la distribution et la morphologie des organismes, leur activité de constructeurs. Parmi les conséquences de la gravité sur la forme et la physiologie des organismes se rangent les rapports entre mouvements des animaux, […] Lire la suite

ONDES GRAVITATIONNELLES

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 6 832 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Détection directe d’ondes gravitationnelles »  : […] Une onde sonore modifie la pression de l’air, ce qui peut faire vibrer le tympan d’un spectateur ; une onde électromagnétique fait apparaître ou modifie le champ électromagnétique présent à un endroit, ce qui peut mettre en mouvement des charges électriques dans une antenne ; une onde gravitationnelle fait varier la métrique de l’espace-temps et donc modifie les distances. Cette onde balaie l’esp […] Lire la suite

PASCAL BLAISE (1623-1662)

  • Écrit par 
  • Dominique DESCOTES, 
  • François RUSSO
  •  • 8 433 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Physique »  : […] L'œuvre de Pascal en physique porte seulement sur la pneumatique et l' hydrostatique et, en outre, elle y est restreinte aux concepts et principes de base. Elle n'en est pas moins de grande portée, pour une double raison : d'abord Pascal a clarifié, approfondi et justifié, par des expériences particulièrement probantes, les conceptions nouvelles qui avaient été dégagées depuis la fin du xvi e  siè […] Lire la suite

TORNADES ET TROMBES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 4 817 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Formation des tornades »  : […] Des tornades ou des trombes peuvent se développer dans les systèmes nuageux produisant des conditions météorologiques sévères comme les bandes de front froid, les lignes de grains ou les cyclones tropicaux. Mais les tornades plus destructrices trouvent leur origine dans les supercellules orageuses (ou supercells en anglais) particulièrement sévères, qui sont associées à des cumulonimbus et qui p […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Pierre CHALON, « PRESSION ATMOSPHÉRIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pression-atmospherique/