PRÉDATION

La prédation chez les invertébrés

La chasse à l'affût. Elle utilise ou non des pièges, comme la toile d'araignée. Il nous faut signaler, à ce propos, que les insectes et les araignées sont les seuls animaux avec l'homme qui fabriquent des pièges. De tels engins n'existent ni chez les mammifères ni chez les oiseaux. Tout le monde connaît les toiles si caractéristiques des araignées, mais elles affectent une très grande variété de formes et de dispositions. Certaines espèces se bornent à construire une toile couverte de débris et appliquée contre le sol avec lequel elle se confond. Lorsqu'une proie vient à marcher dessus, l'araignée l'attaque par en dessous. D'autres toiles se composent d'un seul fil adhérant assez faiblement au sol par une sécrétion gluante. L'araignée, dissimulée un peu plus haut, le tient accroché à une de ses pattes et lui conserve une certaine tension. Lorsqu'un insecte heurte le fil, il l'arrache du sol, et le fil, formant ressort, enlève la proie et l'amène automatiquement à portée de l'araignée. Un pas de plus est franchi avec Mastophora : celle-ci extrait de ses filières postérieures, à l'aide d'une de ses pattes, un fil de soie qui se termine par une boulette gluante. Lorsqu'une proie vient à passer, elle fait tourner rapidement cette fronde minuscule et la lance sur la proie, à laquelle l'extrémité gluante reste collée. Nous pouvons parler ici d'un engin de chasse, autre qu'un piège. Ce type d'engin semble absolument unique dans le règne animal, l'homme excepté. Les insectes connaissent aussi des pièges en forme de trappes qui se dérobent brusquement sous les pas d'un autre insecte : les larves du joli coléoptère qu'est la cicindèle utilisent justement ce type de piège à l'extrémité supérieure de leur terrier vertical. On ne peut quitter le chapitre des pièges chez les insectes sans citer le cas extraordinaire de l'insecte Macronema, sorte de phrygane des fleuves d'Amérique du Sud, très bien étudiée par Sattler. La larve commence par construire un tube de sable à large pavillon dirigé dans le sens du courant. L'eau s'y engouffre avec les proies minuscules ou les débris alimentaires[...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : professeur titulaire à l'université René-Descartes-Sorbonne

Classification


Autres références

«  PRÉDATION  » est également traité dans :

ANIMAUX MODES D'ALIMENTATION DES

  • Écrit par 
  • René LAFONT, 
  • Martine MAÏBECHE
  •  • 4 302 mots

Dans le chapitre « Le régime carnivore »  : […] La majorité des animaux carnivores (qu'il ne faut pas confondre avec le taxon des Carnivores) sont des carnassiers prédateurs : la masse alimentaire est mobile et il y a nécessité de capturer la proie avant ingestion, avec des organes spécialisés (pouvant déverser des venins toxiques) et grâce à des comportements spécifiques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/animal-modalites-alimentaires/#i_89163

ARACHNIDES

  • Écrit par 
  • Christine ROLLARD
  •  • 3 670 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Caractères distinctifs des arachnides »  : […] Les arachnides sont des organismes carnivores, la plupart insectivores. Les proies sont capturées à l’aide des chélicères et des pédipalpes, selon des techniques de chasse très diversifiées, qu’elles soient actives ou passives, en utilisant ou non des pièges. Leur digestion est partiellement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arachnides/#i_89163

ARAIGNÉES ou ARANÉIDES

  • Écrit par 
  • Christine ROLLARD
  •  • 5 366 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les ennemis des araignées »  : […] Les araignées, tout en étant elles-mêmes de redoutables prédatrices, sont les proies d'une grande variété d'animaux, et ce à n'importe quel stade de leur développement. Parmi les prédateurs occasionnels, c'est-à-dire qui se nourrissent d'araignées entre autres proies, il faut bien sûr compter les araignées elles-mêmes et d'autres arachnides tels […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/araignees-araneides/#i_89163

BIOCÉNOSES

  • Écrit par 
  • Paul DUVIGNEAUD, 
  • Maxime LAMOTTE, 
  • Didier LAVERGNE, 
  • Jean-Marie PÉRÈS
  •  • 9 784 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Cas des biocénoses marines »  : […] que les interactions sont les plus générales ; l'équilibre entre les diverses espèces peut dépendre des rapports de prédation qui existent entre elles ; il peut encore dépendre de leur compétition pour une même source de nourriture. Les interactions liées à l'existence de substances chimiques dissoutes (dites ectocrines), que certaines espèces […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biocenoses/#i_89163

COMPORTEMENT ANIMAL - Communication animale

  • Écrit par 
  • Dalila BOVET
  •  • 3 994 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Observations dans la nature »  : […] naturel, les singes vervets possèdent trois cris différents correspondant à trois types de prédateurs, auxquels ils répondent par des comportements appropriés. Lorsqu'ils entendent le cri poussé pour indiquer la présence d'un aigle, les singes vont se cacher sous les buissons et regardent en l'air ; ils réagissent au cri associé à un guépard en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comportement-animal-communication-animale/#i_89163

COMPORTEMENT ANIMAL - Comportement social

  • Écrit par 
  • Dalila BOVET
  •  • 3 594 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre «  Pourquoi vivre en groupe ? »  : […] La vie en groupe présente de nombreux avantages. Tout d'abord, elle limite la prédation grâce à différents phénomènes : défense du groupe contre les prédateurs, augmentation de la vigilance, confusion du prédateur qui ne sait plus « où donner de la tête » face à de nombreuses cibles en mouvement, effet de dilution (les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comportement-animal-comportement-social/#i_89163

ÉCOLOGIE

  • Écrit par 
  • Patrick BLANDIN, 
  • Denis COUVET, 
  • Maxime LAMOTTE, 
  • Cesare F. SACCHI
  •  • 20 603 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Exploitation »  : […] Le déterminisme des rapports de prédation chez les animaux est très variable. Il existe des prédateurs étroitement spécialisés à propos desquels se pose le problème des mécanismes de repérage des proies, de même que se pose celui de la découverte des hôtes par leurs parasites spécifiques. Il est possible, ici aussi, que la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecologie/#i_89163

FAUNE SAUVAGE

  • Écrit par 
  • Romain JULLIARD, 
  • Pierre PFEFFER, 
  • Jean-Marc PONS, 
  • Dominique RICHARD, 
  • Alain ZECCHINI
  •  • 14 137 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les problématiques de l'exploitation »  : […] Au sein de ces interactions, les « cascades trophiques » jouent un rôle essentiel. Cette expression a été forgée par l'écologiste canadien Robert Paine en 1980 pour désigner les effets réciproques proies-prédateurs qui modifient l'abondance, la biomasse ou la productivité d'une population, à travers plusieurs niveaux trophiques. De la sorte, deux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/faune-sauvage/#i_89163

HYDRES

  • Écrit par 
  • Yves TURQUIER
  •  • 1 834 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Nutrition »  : […] La nutrition des hydres est fondamentalement hétérotrophe et peut être rapportée à un mode particulier de prédation. Certaines espèces pratiquent en outre une nutrition osmotrophe, grâce aux symbiontes de nature végétale hébergés dans leurs cellules endodermiques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hydres/#i_89163

HYMÉNOPTÈRES

  • Écrit par 
  • Robert GAUMONT
  •  • 6 425 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Les guêpes »  : […] le nom de guêpes, outre les espèces connues de tous, un certain nombre d'Hyménoptères chasseurs qui, après avoir paralysé, par une piqûre, chenille, criquet ou araignée, y déposent leurs œufs ; la larve trouvera à son éclosion une proie vivante mais immobilisée et sans défense qui lui servira de pâture. Chez les espèces les plus primitives, les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hymenopteres/#i_89163

INSTINCT

  • Écrit par 
  • Georges THINÈS
  •  • 9 401 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Rôle du contexte neurosensoriel »  : […] même auteur tendent à montrer que chaque mécanisme de déclenchement comporte ses propres stimuli-signes. La première a trait à la capture des proies chez la guêpe Ammophila adriaansei. L'insecte capture les chenilles et les ramène au nid pour en nourrir ses larves. La perception de la chenille détermine toutefois des réactions très différentes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/instinct/#i_89163

INTERACTIONS, écologie

  • Écrit par 
  • Pierre JOUVENTIN
  •  • 1 403 mots

Dans le chapitre « Un élément clé de l'écologie »  : […] La notion d'interaction interspécifique est déjà plus difficile à comprendre. Bien qu'on conçoive aisément les relations prédateur-proie, celles-ci posent pourtant déjà des problèmes énergétiques – les espèces-proies, souvent herbivores, exploitant la production primaire – et donc d'équilibre entre la taille des populations de « mangeurs » et de « […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/interactions-ecologie/#i_89163

MIMÉTISME, zoologie

  • Écrit par 
  • Robert GAUMONT
  •  • 3 154 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Valeur protectrice de l'homochromie et de l'homotypie »  : […] Des gambusies, poissons qui changent facilement de couleur, ont été soumis à l'attaque de prédateurs (héron ou pingouin). En plaçant dans un bac noir deux cent quatre-vingt-huit poissons de couleur claire et autant de couleur noire, on a constaté que deux cent un poissons blancs ont été mangés et soixante-treize noirs seulement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mimetisme-zoologie/#i_89163

OCÉAN ET MERS (Vie marine) - Vie benthique

  • Écrit par 
  • Lucien LAUBIER, 
  • Jean-Marie PÉRÈS
  •  • 5 291 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Macrophages »  : […] relativement mobiles : poissons, grands crustacés décapodes, mollusques céphalopodes, qui chassent, ou guettent à l'affût, des proies très diverses. Les poissons benthiques se nourrissent le plus souvent de mollusques (surtout bivalves), d'annélides polychètes et de crustacés ; les crustacés décapodes macrophages mangent plutôt des vers ou d'autres […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ocean-et-mers-vie-marine-vie-benthique/#i_89163

ORIENTATION ANIMALE

  • Écrit par 
  • Georges THINÈS
  •  • 6 611 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Réflexes d'orientation »  : […] en vue de leur utilisation ultérieure immédiate. Dans l'agression, la défense, la prédation, etc., la phase ultime de préparation est toujours caractérisée par une fixité motrice qui peut être mise en évidence dans les actes de saisie, par exemple. Les nombreux travaux de H. Mittelstaedt (1954 à 1963) sur la saisie de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orientation-animale/#i_89163

PRIMATES

  • Écrit par 
  • Bertrand L. DEPUTTE
  •  • 23 056 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La communication vocale symbolique »  : […] spécifique, la représentation d'un stimulus, référent externe, même en son absence ? Dès 1967, Struhsaker, chez les vervets, Cercopithèques de savane, a montré que leurs cris d'alarme aux prédateurs variaient selon qu'ils avaient perçu un léopard, un serpent, un aigle ou un babouin. En reprenant cette analyse, Seyfarth et Cheney (1980) ont montré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/primates/#i_89163

SOCIÉTÉS ANIMALES

  • Écrit par 
  • Bernard THIERRY
  •  • 5 395 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les causes de la vie en groupe »  : […] Diverses circonstances écologiques peuvent expliquer que des animaux vivent ensemble. Le risque de la prédation représente un important facteur de regroupement. Il oblige les animaux à se protéger par différents moyens. La défense collective est une première stratégie. Il n'est pas rare de voir un faucon se faire « […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/societes-animales/#i_89163

TAXIES

  • Écrit par 
  • Gaston RICHARD
  •  • 5 869 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La place des taxies dans l'étude moderne du comportement »  : […] la place, les mouvements des Papillons et les rend capables d'orienter leur vol et de décider de leur méthode de prédation (directe par la gueule, indirecte par ramassage du bout de l'aile, de la patte). Mais, pendant ce temps, les Noctuelles ne sont pas passives : leurs organes tympaniques leur permettent d'apprécier la distance, la position […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/taxies/#i_89163

VENINS

  • Écrit par 
  • Jean-Philippe CHIPPAUX, 
  • Max GOYFFON
  •  • 6 920 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les effets des venins  »  : […] d'une morsure ou d'une piqûre venimeuse semble bien être l'immobilisation de la victime, qu'il s'agisse d'une proie à capturer puis à consommer ou d'un prédateur à neutraliser ou à faire fuir. Dans ce dernier cas, l'effet dissuasif de la douleur provoquée lors de l'injection de venin est un élément important. L'immobilisation par paralysie peut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/venins/#i_89163

VIOLENCE

  • Écrit par 
  • Yves MICHAUD
  •  • 8 199 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Anthropologie »  : […] hominidés. Au lieu d'une attitude de retrait et de fuite, ceux-ci ont, semble-t-il, très tôt adopté un comportement de prédation et d'attaque, organisé et socialisé, impliquant le partage des tâches et des proies. L'homme, ce singe qui n'en est plus un, mange tout ce qui se présente et se déplace. La station debout, en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/violence/#i_89163

Voir aussi

Pour citer l’article

Rémy CHAUVIN, « PRÉDATION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/predation/