PRÉDATION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La prédation chez les vertébrés

Y a-t-il optimisation ? Cela revient à demander : y a-t-il stratégie ? Mais il faut soulever également une question préliminaire, qui a fait couler beaucoup d'encre et a suscité toute une série de modélisations mathématiques d'un intérêt discutable : les animaux chassent-ils au hasard ? C'est à peu près là-dessus qu'ont commencé les réflexions sur la prédation ; elles ont engendré aussitôt un modèle basé sur une répartition plus ou moins régulière des proies : quel est le nombre de chances qu'elles ont d'échapper à un prédateur se déplaçant au hasard ?

Or, il importe d'éliminer d'abord et complètement cette hypothèse : il n'est plus aucun éthologiste pour soutenir que les prédateurs ne chassent qu'au hasard. Les observations les plus simples l'ont appris depuis longtemps aux premiers naturalistes, que les théoriciens de cabinet n'ont jamais voulu écouter.

Cela étant réglé, peut-on alors soutenir qu'il existe des stratégies et que, comme le veulent les sociobiologistes, elles ont été peu à peu optimisées par la sélection naturelle si bien que chaque prédateur chasse de la manière la plus efficace possible ?

La réponse à cette question est complexe. Dégageons d'abord quelques-unes des règles de la prédation.

a) L'animal « s'attend » à trouver de la nourriture là où il en a déjà trouvé. Il se forme peut-être une « image de la proie » (searching image). Alcock (1971) a présenté à des oiseaux des blocs de bois percés de trous, certains blocs contenant des appâts cachés dans les trous et d'autres non. Or les oiseaux, au cours des expériences successives, vont directement au bloc dans lequel ils ont déjà trouvé des proies, en négligeant les autres. Il semble donc bien qu'un certain degré d'« expectation » se manifeste. Quant à l'image de la proie, si l'animal peut s'en former une, comme le proposait Tinbergen, peut-être se ramène-t-elle à un certain niveau d'expectation ?

b) Les animaux, en tout cas, accumulent de l'information au cours de l'échantillonnage. Il faut citer ici l'expérience très démonstrative de Smith et Sweatman (1974) : ces aute [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : professeur titulaire à l'université René-Descartes-Sorbonne

Classification

Autres références

«  PRÉDATION  » est également traité dans :

ANIMAUX MODES D'ALIMENTATION DES

  • Écrit par 
  • René LAFONT, 
  • Martine MAÏBECHE
  •  • 4 302 mots

Dans le chapitre « Le régime carnivore »  : […] La majorité des animaux carnivores (qu'il ne faut pas confondre avec le taxon des Carnivores) sont des carnassiers prédateurs : la masse alimentaire est mobile et il y a nécessité de capturer la proie avant ingestion, avec des organes spécialisés (pouvant déverser des venins toxiques) et grâce à des comportements spécifiques. Comme le font certaines plantes, les animaux qu'attaquent les prédateu […] Lire la suite

ARACHNIDES

  • Écrit par 
  • Christine ROLLARD
  •  • 3 672 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Caractères distinctifs des arachnides »  : […] Le corps des arachnides est constitué d’une série de segments, disposés les uns à côté des autres, qui illustre la métamérisation (parfois presque totalement disparue chez certains groupes comme les araignées ou les acariens). La zone céphalique n’est pas individualisée et le corps se divise en deux régions : à l’avant le céphalothorax, ou prosome, qui résulte de l’union de la tête et du thorax ; […] Lire la suite

ARAIGNÉES ou ARANÉIDES

  • Écrit par 
  • Christine ROLLARD
  •  • 5 367 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les ennemis des araignées »  : […] Les araignées, tout en étant elles-mêmes de redoutables prédatrices, sont les proies d'une grande variété d'animaux, et ce à n'importe quel stade de leur développement. Parmi les prédateurs occasionnels, c'est-à-dire qui se nourrissent d'araignées entre autres proies, il faut bien sûr compter les araignées elles-mêmes et d'autres arachnides tels que les scorpions, les solifuges, les pseudo-scorpi […] Lire la suite

BIOCÉNOSES

  • Écrit par 
  • Paul DUVIGNEAUD, 
  • Maxime LAMOTTE, 
  • Didier LAVERGNE, 
  • Jean-Marie PÉRÈS
  •  • 9 785 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Cas des biocénoses marines »  : […] Comme dans les biocénoses terrestres, chaque espèce marine, qu'elle soit végétale ou animale, a des exigences et des tolérances déterminées à l'égard des facteurs ambiants : température, salinité et teneur de l'eau en différents constituants secondaires, agitation du milieu, éclairement, pression hydrostatique (fonction de la profondeur), nature du substrat (pour les espèces benthiques seulement) […] Lire la suite

COMPORTEMENT ANIMAL - Communication animale

  • Écrit par 
  • Dalila BOVET
  •  • 3 995 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Observations dans la nature »  : […] Dans leur milieu naturel, les singes vervets possèdent trois cris différents correspondant à trois types de prédateurs, auxquels ils répondent par des comportements appropriés. Lorsqu'ils entendent le cri poussé pour indiquer la présence d'un aigle, les singes vont se cacher sous les buissons et regardent en l'air ; ils réagissent au cri associé à un guépard en grimpant dans les arbres ; et, enfi […] Lire la suite

COMPORTEMENT ANIMAL - Comportement social

  • Écrit par 
  • Dalila BOVET
  •  • 3 595 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre «  Pourquoi vivre en groupe ? »  : […] La vie en groupe présente de nombreux avantages. Tout d'abord, elle limite la prédation grâce à différents phénomènes : défense du groupe contre les prédateurs, augmentation de la vigilance, confusion du prédateur qui ne sait plus « où donner de la tête » face à de nombreuses cibles en mouvement, effet de dilution (les prédateurs capturent généralement une seule proie à la fois, chaque animal a d […] Lire la suite

ÉCOLOGIE

  • Écrit par 
  • Patrick BLANDIN, 
  • Denis COUVET, 
  • Maxime LAMOTTE, 
  • Cesare F. SACCHI
  •  • 20 606 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Exploitation »  : […] Les rapports entre les végétaux et les animaux phytophages mettent souvent en jeu des substances chimiques, élaborées par les plantes, qui ont un rôle de défense ou sont au contraire attractives. Les substances de défense peuvent avoir une simple action répulsive, être de véritables insecticides, ou encore attirer les prédateurs des phytophages. Certaines plantes élaborent des molécules qui son […] Lire la suite

FAUNE SAUVAGE

  • Écrit par 
  • Romain JULLIARD, 
  • Pierre PFEFFER, 
  • Jean-Marc PONS, 
  • Dominique RICHARD, 
  • Alain ZECCHINI
  •  • 14 137 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les problématiques de l'exploitation »  : […] Depuis quelques décennies, le concept de durabilité s'est imposé pour définir les règles qui devraient présider à l'exploitation des ressources de la planète. Ces règles sont celles de la régulation de la consommation, de façon à ne pas épuiser les ressources. Il s'agirait donc de fixer des niveaux de prélèvement supportables pour les espèces, ce qui implique plusieurs conditions. Un principe prél […] Lire la suite

HUMAINS ET NON-HUMAINS (anthropologie)

  • Écrit par 
  • Frédéric KECK
  •  • 2 230 mots

Dans le chapitre « Du symbolique au signe : vers une anthropologie de la nature »  : […] Au début du xx e  siècle, le philosophe Lucien Lévy-Bruhl (1910) s’interrogeait déjà au sujet de ce que, selon l’ethnographe Karl von den Steinen, un informateur bakaïri du bassin du Haut Xingu brésilien lui avait rapporté : « Les Bororo sont des perroquets ara et les Trumai sont des animaux aquatiques ». Lévy-Bruhl y voyait l’application d’un principe de participation et d’une logique affective […] Lire la suite

HYDRES

  • Écrit par 
  • Yves TURQUIER
  •  • 1 834 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Nutrition »  : […] La nutrition des hydres est fondamentalement hétérotrophe et peut être rapportée à un mode particulier de prédation. Certaines espèces pratiquent en outre une nutrition osmotrophe, grâce aux symbiontes de nature végétale hébergés dans leurs cellules endodermiques. La fonction prédatrice est assurée par les cnidoblastes ; l'excitation (mécanique ?) du cil sensoriel provoque l'ouverture de la capsu […] Lire la suite

Pour citer l’article

Rémy CHAUVIN, « PRÉDATION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/predation/