COTIN abbé CHARLES (1604-1682)

Né et mort à Paris, académicien, conseiller et aumônier du roi. Nul n'ignore, grâce à Boileau, que Cotin a prêché. À travers Trissotin, on le connaît encore mieux comme auteur prétentieux de poésies galantes, énigmes, etc., et comme adversaire pédant de Ménage. Il fréquente effectivement l'hôtel de Rambouillet et d'autres salons, dont celui de la Grande Mademoiselle, produit des volumes de Poésies mêlées, d'Œuvres galantes, et le pamphlet virulent de La Ménagerie. On connaît moins ses poèmes pieux (La Magdelaine, 1635) qui méritent bien leur obscurité. Les sarcasmes qui ont immortalisé son nom dissimulent trop pourtant ses mérites réels. Imbu de la doctrine classique la plus solide, qu'avec sa génération il a contribué à fonder, il sait que « le grand art est de cacher l'art sous les apparences de la nature ». Il se moque, tout comme Molière, de la préciosité ridicule (il a du reste critiqué lui-même son fameux madrigal d'« Amarante », qu'il a eu le tort de publier), et il est estimé par ses contemporains, Chapelain par exemple, pour l'esprit philosophique qu'il porte dans la théorie littéraire.

—  Jean MARMIER

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Rennes-II-Haute-Bretagne

Classification


Autres références

«  COTIN abbé CHARLES (1604-1682)  » est également traité dans :

LES FEMMES SAVANTES, Molière - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 682 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une galerie de portraits »  : […] Après une longue maturation – dès décembre 1670, Molière avait pris un privilège –, et une soigneuse préparation – il avait préalablement lu sa pièce chez La Rochefoucauld et chez le cardinal de Retz –, cette comédie, créée au théâtre du Palais-Royal le 11 mars 1672, fut un succès, ne serait-ce que pour ses clés : Trissotin désigne le vieil abbé Cotin, académicien, poète mondain auteur d'un Sonne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-femmes-savantes/#i_13647

Pour citer l’article

Jean MARMIER, « COTIN abbé CHARLES - (1604-1682) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cotin-abbe-charles/