POSTCOLONIALES FRANCOPHONES (LITTÉRATURES)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Littérature et néo-colonialisme

En Afrique et aux Caraïbes, la primauté d’un mouvement synthétique comme la négritude se voit remise en question. Le roman du Sénégalais Cheikh Hamidou Kane, L'Aventure ambiguë (1961), présente l'archétype de la dualité culturelle vécue par les intellectuels colonisés à travers l’itinéraire de son personnage, Samba Diallo, qui meurt à la fin du roman, sans doute par impossibilité de concilier foi musulmane africaine et raison occidentale.

Les romanciers font éclater les cadres traditionnels, parodiant les mythes attachés à l’image de l’Afrique (Yambo Ouologuem, Le Devoir de violence, 1968) ou inventant une langue d’écriture originale, comme Ahmadou Kourouma (1927-2003), dans Les Soleils des indépendances (1968 pour l’édition québécoise, 1970 pour l’édition française). Les romans témoignant de la déstructuration de la société, en particulier de la dictature, fleurissent (Alioum Fantouré, Henri Lopes). Certains auteurs, tels Williams Sassine (1944-1997) ou Mongo Beti (1932-2001), évoquent un monde néocolonial dominé et malade.

À partir de la fin des années 1970, l’écriture féminine vient témoigner de la condition des femmes africaines dans le contexte post-colonial, avec la Sénégalaise Mariama Bâ (Une si longue lettre, 1979). À Madagascar, alors qu’un Jean-Joseph Rabearivelo (1901-1937) avait privilégié une poésie située dans « l’entre-deux-langues », transposant des formes poétiques traditionnelles tel le hain-teny, les écrivains des années 1960 se font plus militants, à l’instar de Jacques Rabemananjara (Antidote, 1961).

En Haïti, indépendant dès 1804, l’œuvre romanesque de Jacques Roumain (1907-1944 ; Gouverneurs de la rosée, 1944) puis celle de Jacques Stephen Alexis (1922-1961 ; Compère général Soleil, 1955) associent thématique populaire, imagination animiste tout en mêlant langues française et créole. [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Léopold Sédar Senghor au Conseil de l'Europe (Strasbourg, 1949)

Léopold Sédar Senghor au Conseil de l'Europe (Strasbourg, 1949)
Crédits : Felix Man/ Picture Post/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Aimé Césaire

Aimé Césaire
Crédits : Sergio Gaudenti/ Sygma/ Getty Images

photographie

Édouard Glissant

Édouard Glissant
Crédits : Ulf Andersen/ Getty Images

photographie

Assia Djebar

Assia Djebar
Crédits : Sophie Bassouls/ Sygma/ Getty Images

photographie

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur de littératures francophones et de littérature comparée, université Paris Nanterre, membre de l'Institut universitaire de France

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Marc MOURA, « POSTCOLONIALES FRANCOPHONES (LITTÉRATURES) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 août 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/postcoloniales-francophones-litteratures/