DIB MOHAMMED (1920-2003)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mohammed Dib a traversé toute l'histoire de la littérature algérienne de langue française, et il y occupe une place particulière et éminente. Il appartient d'abord au courant réaliste de la première génération d'auteurs maghrébins, qui veut témoigner contre la situation coloniale. Mais son œuvre évolue vite et donne une place plus large aux jeux de l'imaginaire, avant d'aboutir, dans les années 1980 et 1990, à une écriture méditative et souvent onirique, centrée sur l'exil et la quête du sens.

Né le 21 juillet 1920 à Tlemcen, vieille ville de l'ouest de l'Algérie, passé par l'école normale d'Oran, Mohammed Dib est instituteur pendant la Seconde Guerre mondiale. Puis il devient comptable. Un moment interprète auprès des armées alliées à Alger, il est enfin employé comme dessinateur dans une fabrique de tapis. Il côtoie Kateb Yacine à Alger républicain, où il est journaliste en 1950-1951. Il a déjà commencé à écrire des poèmes et des textes brefs, et prépare la rédaction d'une trilogie romanesque où se révélerait le destin réel de l'Algérie. Le premier volume, La Grande Maison, paraît en 1952 ; le deuxième, L'Incendie, dont le titre semble prémonitoire, sort en 1954, quelques mois avant le déclenchement de l'insurrection algérienne. Le cycle s'achève avec Le Métier à tisser, en 1954. La trame narrative suit la découverte progressive des injustices du monde par un enfant, Omar, à la ville, à la campagne, puis au travail, dans un atelier de tisserand. Au-delà de la dénonciation de la situation née de la colonisation, Dib se montre attentif à l'exploration par ses personnages d'une profondeur secrète du monde. Il en va de même avec le récit éclaté d'Un été africain (1959).

Militant du Parti communiste algérien, proche du mouvement de libération, Mohammed Dib est contraint de quitter son pays en 1959. Après quelques voyages, il se fixe définitivement en France, et ne retournera en Algérie que pour des séjours brefs.

Qui se souvient de la mer (1962) marque une étape essentielle dans son évolution littéraire. Si le roman, paru l' [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  DIB MOHAMMED (1920-2003)  » est également traité dans :

FRANCOPHONES LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Jean-Marc MOURA
  •  • 7 230 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Quelle identité culturelle ? »  : […] Hors d’Europe, les littératures francophones relèvent de la « francophonie d’implantation » issue de l’expansion coloniale de la France ou appartenant à des zones de rayonnement culturel. Pour ces littératures en contact avec une ou plusieurs autres littératures écrites dans un ou plusieurs autres idiomes, le questionnement identitaire et linguistique est au cœur de la création, d’autant que les d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francophones-litteratures-de-langue-francaise/#i_15064

MAGHREB - Littératures maghrébines

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Christiane CHAULET ACHOUR, 
  • André MANDOUZE
  •  • 14 264 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Après 1945 »  : […] En Kabylie, trois écrivains inscrivent leur région au cœur d'une nation à naître et d'un pays en souffrance : Malek Ouary, mais surtout Mouloud Feraoun (1913-1962 ; Le Fils du pauvre , Les Chemins qui montent , Journal ) et Mouloud Mammeri (1917-1989 ; La Colline oubliée , Le Sommeil du juste ). À l'ouest, Mohammed Dib fait vivre avec réalisme des personnages du petit peuple des villes et des camp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maghreb-litteratures-maghrebines/#i_15064

Pour citer l’article

Jean-Louis JOUBERT, « DIB MOHAMMED - (1920-2003) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mohammed-dib/