POSSESSION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les sociétés traditionnelles

« Mediumship », transe, shamanisme et possession

Face à la complexité du phénomène de la possession dans les sociétés traditionnelles, quelques définitions paraissent préalablement nécessaires. Ainsi, la possession par un « esprit » doit être distinguée de la médiation d'un esprit (spirit mediumship). Dans les deux cas, les membres du groupe considèrent qu'une entité extra-humaine a pénétré ou affecté de quelque manière le corps de l'individu « pris » (la métaphore du « chevauchement » par l'esprit est très fréquente, aussi bien en Afrique que dans les sociétés sibériennes où l'on rencontre des phénomènes de shamanisme). Mais, dans le premier cas de possession, la conduite du possédé, pure manifestation corporelle de l'esprit, ne constitue pas nécessairement un message destiné à d'autres que lui, alors que l'individu médiateur des entités spirituelles aura à communiquer les informations qu'il reçoit. Son comportement est par là même nettement plus contrôlé et, dans ce deuxième type de rapports, certaines formes de divination sont souvent associées. C'est ainsi qu'aux yeux de nombreuses sociétés une personne qui n'est que « possédée » est un simple malade justiciable, comme tel, d'un traitement particulier, tandis qu'un médium est un individu sain occupant un rôle social parfois important (ces deux formes de possession sont souvent confondues et peuvent coexister au sein d'une même société).

Il faut, par ailleurs, distinguer transe et possession. Le premier terme met l'accent sur la « dissociation » de la personnalité, qui s'accompagne de manifestations (telles que l'hypnose et les automatismes) éventuellement favorisées par diverses techniques (musique, jeûne, substances psychotropes, etc.). En tant qu'état culturellement codé, la transe n'est pas nécessairement interprétée en association avec la possession. Ainsi, chez les Samburu du Kenya, les guerriers célibataires tombent électivement en transe dans les situations de tension, sans que le phénomène puisse être expliqué localement par la manifestation d'entités mystiques. Inversement, la possession par un esprit n'entraîne pas forcément de transe : la maladie, par exemple, est fréquemment perçue comme un signe de possession, la transe pouvant survenir seulement au cours du traitement consécutif à ce diagnostic, notamment lors de cérémonies d'exorcisme. La possession déborde donc les phénomènes extatiques. Elle a le sens d'une « évaluation culturelle » par les membres du groupe de la condition du possédé, en tant qu'individu envahi par un ou des agents extra-humains.

Le terme de shamanisme enfin, emprunté aux Toungouses arctiques, doit être réservé aux sociétés sibériennes et arctiques. D'après Mircea Eliade, le shaman est un individu inspiré, en état de transe, dont une « âme » voyage dans l'univers non humain (parfois pour lutter avec les esprits), plutôt qu'un individu « possédé » auquel des agents mystiques se seraient incorporés. Luc de Heusch va jusqu'à envisager la possession et le shamanisme comme deux processus antithétiques : dans le premier cas, les entités mystiques « descendent » en l'homme, tandis que, dans le second, c'est l'homme qui quitte son enveloppe corporelle, en un mouvement ascendant vers elles. Mais la distinction ne peut être aussi tranchée car, au sein des sociétés arctiques, les deux phénomènes se rencontrent simultanément dans la personne même du shaman, « réceptacle », autant que maître, des esprits.

Cultes institutionnalisés

La possession est souvent intégrée dans un cadre institutionnel fixe, et les individus « affligés », considérés comme possédés, sont initiés à des cultes de possession qui fonctionnent à la manière de processus curatifs. Alfred Métraux en a étudié un exemple fameux, le vaudou haïtien, qui procède des cultes vodun fon du Bénin. Ceux-ci, toutefois, diffèrent de leur avatar haïtien ou brésilien (le candomblé, d'origine yoruba) en ce qu'ils comportent un double aspect thérapeutique et cognitif : ils fonctionnent à la fois comme des cures individuelles et comme une communication avec les esprits vodun par une transe contrôlée dans le cadre initiatique. La possession dahoméenne ne revêt un caractère spectaculaire qu'au moment de l'initiation, alors qu'au Brésil et à Haïti les crises se répètent tout au long des cérémonies qui jalonnent la carrière de l'initié (ces différences tiennent sans doute au caractère syncrétique des cultes américains). La crise proprement dite doit, en effet, être distinguée, d'une part, du processus d'initiation ou du processus de guérison qui peut la suivre, d'autre part, des crises de possession qui sont canalisées par le culte et ponctuent l'existence ultérieure de l'initié. À Haïti, le culte du vaudou, qui est presque une religion « nationale », a mêlé les apports africains, antillais et chrétiens dans ce que Michel Leiris a appelé un « théâtre vécu », constitué par des crises de possession où prêtres et fidèles incarnent les esprits loa, chacun avec ses particularités. Enrichi de très nombreux emprunts au christianisme (calendrier, invocations, etc.), le vaudou est la « religion » de la majeure partie de la paysannerie et du prolétariat urbain haïtiens, qui y trouvent une compensation aux inégalités sociales et pour lesquels il a valeur de protestation autant vis-à-vis du pouvoir que des grandes religions constituées (catholicisme, ou islam pour le culte bori haoussa). Les esprits ou « mystères » loa, en effet, « protègent » immédiatement ceux qu'ils possèdent, leur procurant réussite sociale, emploi, etc. Le vaudou confère à ses adeptes à la fois des bénéfices psychiques et des améliorations statutaires, soit de manière provisoire, lorsqu'il fonctionne comme association d'assistance mutuelle, soit à titre permanent, lorsqu'il donne une définition sociale nouvelle à ses membres ou gratifie ceux qui occupent une position élevée dans la hiérarchie cultuelle. Cette approche fonctionnaliste de la possession instituée en tant qu'expression simultanée de l'oppression et des moyens d'inverser celle-ci (ou de la suspendre au moins) ne résout cependant pas le problème de la signification d'une contestation qui est le fait de la quasi-totalité d'une population et qui est encadrée par un appareil cultuel fortement structuré.

Michel Leiris

Photographie : Michel Leiris

Michel Leiris (1901-1990). Portrait de 1979. «.J'ai horreur de me voir à l'improviste dans une glace car, faute de m'y être préparé, je me trouve chaque fois d'une laideur humiliante..»( L'âge d'homme, 1939). 

Crédits : M. Kalter/ AKG

Afficher

Dans son étude du culte des zar en Éthiopie et en Somalie, Michel Leiris a davantage insisté sur les aspects « théâtraux » de la possession. Les zar, esprits responsables de ma [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  POSSESSION  » est également traité dans :

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Religions

  • Écrit par 
  • Marc PIAULT
  •  • 9 611 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La possession des initiés »  : […] Il arrive souvent que s'établisse une communication directe entre les hommes et les dieux par le processus de la possession dont les formes varient de la transe simple à la possession épiphanique au cours de laquelle le dieu présent délivre un message et permet un dialogue effectif avec les hommes. Parfois le prêtre du dieu est seul susceptible d'entrer en communication avec lui par la transe, d […] Lire la suite

AMÉRIQUE LATINE - Les religions afro-américaines

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 3 190 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Variété des cultes »  : […] Les religions d'origine africaine se sont conservées le plus pures chez les nègres marrons, ou Bosh, qui ont fui le régime de l'esclavage pour constituer des républiques indépendantes à l'intérieur des forêts des Guyanes hollandaise et française. On retrouve chez eux, juxtaposées plus qu'intégrées, les religions des Fanti- Ashanti (Ghāna) et des Fon (Bénin), le Grand Dieu qu'ils adorent s'appelan […] Lire la suite

BANTOU

  • Écrit par 
  • Luc de HEUSCH
  •  • 8 090 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Modalités de la possession »  : […] Le phénomène du médiumnisme, tel qu'il apparaît chez les Kuba ou les Luba, s'apparente autant à la possession qu'au chamanisme, dans la mesure où le médium se trouve en présence d'un esprit qui lui transmet un message. La possession, en revanche, implique la confusion des deux partenaires : le dieu se sert du corps du possédé comme d'une monture et parle par sa bouche. C'est de ce type de manife […] Lire la suite

CANDOMBLÉ

  • Écrit par 
  • Jean-Marie REMY
  •  • 1 782 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le culte »  : […] Le terme « candomblé » (étymologie probable : « lieu de la danse ») apparaît au xix e  siècle à propos des quilombos, regroupements d'esclaves fugitifs, ce qui manifeste le rôle de ce culte dans l'émancipation des Noirs. L'espace sacré est le terreiro , qui doit s'adapter au terrain où il est implanté, mais tous ceux de la nation iorubá ont des caractéristiques communes : d'abord l'existence d'au […] Lire la suite

CHAMANISME

  • Écrit par 
  • Roberte Nicole HAMAYON
  •  • 4 966 mots

Dans le chapitre « Principes similaires, expressions diverses »  : […] Ailleurs dans le monde, dans les sociétés reconnues en tout ou en partie chamaniques, les mêmes principes se retrouvent, liés entre eux, bien que de façon souvent confuse, et avec toutes sortes de nuances dans l'expression. Le principe de base reste que l'obtention de la subsistance dépend d'un contrat avec les esprits qui gouvernent les êtres naturels, et que ce contrat repose sur un échange entr […] Lire la suite

DELPHES

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN, 
  • Giulia SISSA
  •  • 9 601 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Une prophétesse inspirée »  : […] Géographe et « ethnologue » peu complaisant à l'égard du merveilleux, Strabon écrit : « On dit que le siège de l'oracle est un trou qui s'enfonce profondément dans le sol et dont l'ouverture n'est pas très large ; il en sort un souffle inspirateur ; au-dessus de l'ouverture est placé un haut trépied, sur lequel monte la Pythie ; elle reçoit le souffle et rend les oracles en vers et en prose » (IX […] Lire la suite

ETHNOLOGIE - Ethnologie religieuse

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 6 092 mots

Dans le chapitre « La bataille des dieux »  : […] Avec les phénomènes de possession, on passe de l'étude des systèmes religieux à celle des réponses religieuses à des problèmes posés par le changement social. Ce qui caractérise le xx e siècle, c'est à coup sûr l'accélération des contacts entre civilisations différentes. Cette situation ne pouvait pas ne pas influencer l'ethnologie religieuse, en conduisant de nombreux savants à délaisser l'étude […] Lire la suite

EXORCISME

  • Écrit par 
  • Robert CABIÉ
  •  • 312 mots

Acte liturgique exprimant que la vie chrétienne est un combat contre les puissances du mal et célébrant la victoire du Christ sur le péché. Les exorcismes sont employés d'abord, selon un usage très ancien, dans les célébrations jalonnant le cheminement des catéchumènes vers le baptême, que la liturgie présente comme une lutte contre le péché. Saint Jean Chrysostome dit à ce propos : « Dans les com […] Lire la suite

HAUSA ou HAOUSSA

  • Écrit par 
  • Jacques MAQUET
  •  • 1 588 mots

Dans le chapitre « Religion et pratiques religieuses »  : […] La religion officielle des Hausa est l' islam, qui donne forme à la vie familiale (mariages, divorces, périodes de veuvage, etc.) et intellectuelle (enseignement du Qorān par les marabouts). En marge subsistent des restes de l'ancien culte clanique. Le bori , culte à possession, a beaucoup de succès. Son origine est discutée ; selon A. Tremearne, il remonterait au culte antique de Ba'al à Balyl […] Lire la suite

INSPIRATION (Grèce antique)

  • Écrit par 
  • Luc BRISSON
  •  • 2 323 mots

Dans le chapitre « La folie poétique »  : […] Dans le Phèdre , Platon critique la rhétorique pratiquée à son époque. Pour garder à sa critique une dimension raisonnable, il la fait porter sur un exemple, un discours rédigé par Lysias et que Phèdre lit à Socrate au début du dialogue. Ce discours développe, comme c'était souvent le cas à l'époque, un thème paradoxal : un garçon doit accorder ses faveurs à qui les sollicite, à condition que ce d […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

18 mai - 20 juin 2021 Belgique. Traque d'un policier d'extrême droite.

Le 21, une procédure pour « tentative d’assassinat et possession illégale d’armes dans un contexte terroriste » est engagée contre Jürgen Conings. Le 23, la ministre de la Défense Ludivine Dedonder annonce avoir ordonné que onze militaires suivis par le SGRS pour leurs opinions radicales n’aient plus accès aux lieux ni aux informations sensibles. Le 25, Facebook supprime le profil du fugitif, ainsi que le compte du groupe de soutien « Als 1 achter Jürgen » (« comme un seul homme derrière Jürgen »), qui regroupait près de cinquante mille profils. […] Lire la suite

1er-28 février 2021 Algérie. Dissolution de l'Assemblée nationale.

Accusé de « complot contre l’État », « atteinte à l’intégrité du territoire national » et « incitation de la population à prendre les armes », celui-ci est finalement reconnu coupable de « possession de tracts portant atteinte à l’intérêt du pays ». Lors de son procès, Walid Nekiche a affirmé avoir été agressé sexuellement et torturé par des membres des services de sécurité lors de sa détention préventive. […] Lire la suite

2-26 février 2021 Canada. Amélioration de la situation épidémique au Québec et restrictions sanitaires aux frontières.

Les voyageurs internationaux arrivant par avion doivent être en possession d’un test négatif et se soumettre à une quarantaine de trois jours en hôtel, le temps d’obtenir le résultat d’un deuxième test. Le 26, Santé Canada autorise l’utilisation du vaccin développé par le groupe anglo-suédois AstraZeneca et l’université d’Oxford. […] Lire la suite

4 février 2021 Belgique. Condamnation d'un ancien diplomate iranien pour terrorisme.

Deux Belges d’origine iranienne, Amir Saadouni et sa compagne Nasimeh Naami, qui avaient été arrêtés en possession d’explosifs, sont condamnés à quinze et dix-huit ans de prison. Un quatrième prévenu belge d’origine iranienne, Mehrdad Arefani, infiltré au sein du CNRI et présent à Villepinte, est condamné à dix-sept ans de prison. Le jugement établit qu’Assadollah Assadi opérait sur ordre du ministère iranien du Renseignement et de la Sécurité. […] Lire la suite

28 janvier 2021 Allemagne. Condamnation de l'assassin du préfet Walter Lübcke.

Markus Hartmann, que Stephan Ernst avait désigné comme son complice, est acquitté de l’accusation d’homicide et condamné à un an et demi de prison avec sursis pour possession illégale d’armes. Les deux hommes avaient relayé sur les réseaux sociaux, en 2015, les déclarations du préfet en faveur de la politique d’accueil des réfugiés décidée par la chancelière Angela Merkel, provoquant des réactions haineuses de la part de militants d’extrême droite. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel de CERTEAU, André PAUL, Nicole SINDZINGRE, « POSSESSION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/possession/