CANDOMBLÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les premiers esclaves noirs arrivèrent au Brésil en 1538, venant de Guinée. Au xviiie siècle, il en vint surtout de l'Angola et du Congo, puis, jusque dans la première moitié du xixe, affluèrent Dahoméens et Nagôs qui se concentrèrent dans la région de Bahia. Cette multitude d'éléments iorubá, egbá, ijexá et kêto explique l'importance du contingent nagô, qui a été déterminant pour l'évolution des cultes d'origine africaine au Brésil. Chacune de ces ethnies apportait sa conception du monde, sa religion, fragmentations d'une métaphysique très ancienne faite de croyances communes en un Dieu créateur et ordonnateur, en un panthéon de dieux administrateurs de cette création et en la dualité du monde, partagé entre le matériel et le spirituel. À cet ensemble se superposaient parfois des éléments islamiques.

Un syncrétisme récent

Les différents groupes se cristallisèrent en « nations », dont l'administration de la colonie et les propriétaires terriens encourageaient la rivalité et dont les fêtes étaient perçues comme des manifestations profanes. Le baptême catholique était imposé à tous et, dans les villes, l'Église organisait des confréries de Noirs, ce qui permit de reconstituer des groupes ayant la même origine africaine. Ceux-ci, dont la langue et les coutumes étaient ignorées des prêtres, célébraient, à l'insu de ces derniers, des cérémonies où ils invoquaient leurs dieux sous les vocables de saints du calendrier chrétien, développant ainsi un syncrétisme sans doute plus formel que réel. Dans le Nord et le Nord-Est, l'intégration d'éléments amérindiens, les esprits des « caboclos », engendra le « candomblé de caboclo ». Dans les régions à dominante bantoue, et plus particulièrement dans le Sud-Est, se développa le candomblé d'Angola ou du Congo et la macumba. Cette dernière s'intégra à l'umbanda, dans laquelle coexistent des éléments africains, indigènes, catholiques, spirites et occultistes. Né au sein des classes moyennes au début du xxe siècle, à Rio de Janeiro, ce mouvement s'est répandu ensuite dans l'ensemble. des États de [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  CANDOMBLÉ  » est également traité dans :

AMÉRIQUE LATINE - Les religions afro-américaines

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 3 190 mots

Dans le chapitre « Variété des cultes »  : […] Les religions d'origine africaine se sont conservées le plus pures chez les nègres marrons, ou Bosh, qui ont fui le régime de l'esclavage pour constituer des républiques indépendantes à l'intérieur des forêts des Guyanes hollandaise et française. On retrouve chez eux, juxtaposées plus qu'intégrées, les religions des Fanti- Ashanti (Ghāna) et des F […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amerique-latine-les-religions-afro-americaines/#i_35971

VERGER PIERRE (1902-1996)

  • Écrit par 
  • Rubens RICUPERO
  •  • 1 292 mots

Photographe, ethnologue, historien spécialiste de la culture et des religions africaines, Pierre Verger fut tout cela à la fois, mais aucune de ces étiquettes ne parviendra jamais à cerner une vie et une œuvre qui excèdent les cadres conventionnels. Né à Paris le 4 novembre 1902 dans une famille de la grande bourgeoisie, il est mort le 12 février 1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-verger/#i_35971

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Marie REMY, « CANDOMBLÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/candomble/