POLOGNE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielRépublique de Pologne (PL)
Chef de l'ÉtatAndrzej Duda (depuis le 6 août 2015)
Chef du gouvernementMateusz Morawiecki (depuis le 11 décembre 2017)
CapitaleVarsovie
Langue officiellepolonais
Unité monétairezloty (PLN)
Population38 138 000 (estim. 2022)
Superficie (km2)312 710

Histoire jusqu'en 1945

Les origines de l'État polonais

Les recherches archéologiques, très développées depuis quelques décennies, ont démontré l'ancienneté de la présence humaine sur le territoire de la Pologne actuelle, notamment dans les régions de Cracovie, de Poznań et de Wrocław, puisqu'elles la font remonter au Paléolithique. La continuité de certains traits de civilisation, attestée par les découvertes, conduit les spécialistes polonais à affirmer l'existence d'un peuplement protoslave dès le IIIe millénaire avant J.-C. Le versant nord des Carpates aurait même été le plus ancien habitat (connu) des Slaves, à partir duquel s'est opérée leur « diaspora » au cours des IIe et Ier millénaires. Du contact de ces Slaves primitifs avec les peuples voisins ou les envahisseurs temporaires (Baltes, Germains, Celtes, Scytho-Sarmates) sont nées les civilisations lusacienne et poméranienne (env. 1550-env. 200 av. J.-C. : fouilles du site de Biskupin, près de Gniezno, depuis 1934 ; fouilles de Michalin, près de Włocławek, depuis 1961), remarquables par leurs ustensiles en terre cuite et par leurs urnes funéraires à visage. Placé sur la « route de l'ambre », le territoire polonais s'ouvre à la civilisation de l'Empire romain, avant d'être traversé par les grandes invasions. Du viiie au xe siècle, à la faveur d'une reprise des activités commerciales dans le centre de l'Europe, qui stimulent l'agriculture et l'artisanat, les tribus groupées autour de leurs castra se rassemblent en quelques ensembles dominés par les plus puissantes d'entre elles : les Vislanes en Petite Pologne autour de Cracovie ; les Polanes en Grande Pologne autour de Gniezno et Poznań ; les Slézanes en Silésie autour de Wrocław et Opole.

C'est de Grande Pologne qu'est partie l'unification, au profit de la dynastie des Piast, nom que la tradition attribue au paysan qui aurait renversé le tyran Popiel et l'aurait laissé périr dans la tour des Souris à Kruszwica. L'artisan de l'unification est son descendant Mieszko Ier (960-992), qui épouse la fille du duc de Bohême et, peut-être sous son influence, décide en 966 de se faire baptiser et de convertir ses sujets au christianisme. La Pologne entre ainsi dans la chrétienté romaine, peu avant que la Russie kievienne se tourne vers Byzance. Si la Pologne se place dans l'obédience de Rome, c'est aussi pour entraver les ambitions politico-religieuses du Saint-Empire. Elle doit reconnaître la suzeraineté de l'empereur, mais elle tend de toutes ses forces vers l'indépendance de fait. Mieszko laisse un État dont la population est estimée à un million d'habitants et dont les frontières sont, à peu de chose près, celles de 1945.

La Pologne, puissance médiévale

De l'unité au morcellement (xie-xiiie s.)

Le fils de Mieszko, Boleslas Chrobry (« le Vaillant »), place la Pologne au rang des grandes puissances européennes. Son règne (992-1025) se marque par une politique d'expansion prestigieuse, bien que ses conquêtes ne soient que temporaires (Lusace, Bohême, Slovaquie ; occupation de Kiev en 1018) et qu'elles alarment des voisins avec lesquels les relations seront désormais incertaines et difficiles. Habilement, il patronne l'évangélisation des païens et, en 999, obtient la canonisation de l'ancien évêque de Prague, Adalbert (en polonais : Wojciech), martyrisé en Prusse et enterré à Gniezno. Il met à profit le désir qu'a l'Empire d'avoir la paix à l'est pour consolider l'indépendance et la gloire de son État : en 1000, création de l'archevêché de Gniezno, qui fait de la Pologne une province ecclésiastique dépendant directement de Rome ; en 1025, reconnaissance du titre royal auquel il aspirait depuis le début.

Pologne, Xe-XIVe siècle

Dessin : Pologne, Xe-XIVe siècle

Le royaume de Pologne de la mort de Mieszko (992) à la fin du XIVe siècle : tentatives d'expansion, partages et réunification. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Mais son héritage est trop lourd à porter pour des successeurs souvent médiocres et imprudents, tel Boleslas II le Hardi (1058-1079), dont les excès entraînent la perte : ayant fait exécuter l'évêque de Cracovie, Stanislas (Stanisław), qui avait pris la tête d'une révolte de la noblesse encouragée par l'Empire, il dut partir pour l'exil. La prépondérance germanique et les appétits des féodaux font échouer les tentatives de redressement opérées par Casimir Ier le Rénovateur (1034-1058) et Boleslas III Bouche-Torse (1102-1138). Ce dernier reconnaît lui-même que l'unité est matériellement impos [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 66 pages

Médias de l’article

Pologne : carte physique

Pologne : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Pologne : drapeau

Pologne : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

La Vistule

La Vistule
Crédits : Glen Allison/ Getty Images

photographie

Charbonnages polonais

Charbonnages polonais
Crédits : Steven Weinberg/ Stockbyte/ Getty Images

photographie

Afficher les 27 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-IV
  • : directeur scientifique au C.N.R.S., professeur à la faculté de droit de l'université de la Sarre
  • : maître de recherche au C.N.R.S.
  • : directrice d'études à l'École des hautes études en sciences sociales
  • : docteur en études politiques, ancien chargé de recherche au C.N.R.S., ancien chargé de cours à l'université de Paris-II
  • : historien, chargé d'enseignement à l'Institut d'études européennes, université de Paris-VIII
  • : docteur d'État ès lettres, professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

26 mai - 2 juin 2022 Pologne – Union européenne. Suppression de la chambre disciplinaire de la Cour suprême.

Elles accusent Bruxelles d’avoir cédé à des raisons géopolitiques liées à l’accueil en Pologne de deux millions cinq cent mille réfugiés ukrainiens chassés de leur pays par l’invasion russe déclenchée en février. Le 1er juin, la Commission européenne valide le versement des aides prévues à la Pologne. Le 2 juin, la présidente de la Commission Ursula von der Leyen se rend à Varsovie où elle rencontre le Premier ministre Mateusz Morawiecki et le président polonais Andrzej Duda. […] Lire la suite

8-24 mai 2022 Canada – Ukraine. Visite à Kiev du Premier ministre Justin Trudeau.

Il réinstalle dans la capitale l’ambassade du Canada qui avait été délocalisée en février à Lviv, puis en Pologne. Justin Trudeau promet 50 millions de dollars canadiens (36,4 millions d’euros) d’aide militaire supplémentaire à l’Ukraine, ainsi que 25 millions au Programme alimentaire mondial (PAM) et 10 millions à divers organismes chargés notamment du déminage. […] Lire la suite

1er-30 avril 2022 Ukraine – Russie. Mise au jour de massacres de civils dans la région de Kiev évacuée par les troupes russes.

Les pays Baltes ont expulsé des diplomates russes dès février, et la Bulgarie, la Pologne, la Belgique, l’Irlande, les Pays-Bas, la Slovaquie et la République tchèque en mars. Le 5, Washington annonce le déblocage de 100 millions de dollars (95 millions d’euros) d’aide militaire. Le 13, puis de nouveau le 21, il annoncera de nouvelles aides de 800 millions de dollars (760 millions d’euros) chacune, ce qui portera le total des aides militaires américaines à l’Ukraine à 3,4 milliards de dollars (3,2 milliards d’euros) depuis le début du conflit. […] Lire la suite

11-28 avril 2022 Canada – Ukraine. Reconnaissance par la Chambre des communes des actes de génocide commis par la Russie en Ukraine.

Le 15, une centaine de soldats canadiens rejoignent la Pologne afin de participer à l’accueil des Ukrainiens qui y trouvent refuge. Le 19, Ottawa adopte des sanctions à l’encontre de quatorze proches collaborateurs du président russe Vladimir Poutine, dont ses deux filles, ainsi que l’épouse et la fille du ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov. […] Lire la suite

9-19 avril 2022 Belgique – Ukraine. Poursuite de l'aide à l'Ukraine.

Du 11 au 13, Alexander De Croo se rend en visite en Slovaquie, en Pologne, en Roumanie et en Moldavie, où il évoque avec ses homologues les effets du conflit ukrainien. Le 19, la Russie annonce l’expulsion de douze membres de l’ambassade de Belgique à Moscou, en représailles à l’expulsion de vingt et un diplomates russes annoncée en mars.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean BOURRILLY, Georges LANGROD, Michel LARAN, Marie-Claude MAUREL, Georges MOND, Jean-Yves POTEL, Hélène WLODARCZYK, « POLOGNE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pologne/