POLOGNE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielRépublique de Pologne (PL)
Chef de l'ÉtatAndrzej Duda (depuis le 6 août 2015)
Chef du gouvernementMateusz Morawiecki (depuis le 11 décembre 2017)
CapitaleVarsovie
Langue officiellepolonais
Unité monétairezloty (PLN)
Population38 138 000 (estim. 2022)
Superficie (km2)312 710

Une transformation démocratique

En une quinzaine d'années, le régime démocratique s'est consolidé. La Pologne a pu devenir, en mai 2004, un des principaux États membres de l'Union européenne. Le choc économique et social du début des années 1990 a favorisé un enrichissement global, une croissance continue et une élévation notable du niveau de vie de la population. Toutefois les inégalités sociales ont été redistribuées, dans certains secteurs ou régions, elles se sont accusées, ce qui a permis des enrichissements sans supprimer la pauvreté. La concurrence acharnée qui domine les relations sociales et la nouvelle idéologie libérale ont favorisé l'individualisme et miné l'influence de l'Église catholique.

Kwasniewski au Parlement européen, novembre 1998

Photographie : Kwasniewski au Parlement européen, novembre 1998

Le président polonais Aleksander Kwasniewski s'adresse aux parlementaires européens de Strasbourg pour leur confirmer la candidature de la Pologne, qui sera prête à intégrer l'Union européenne d'ici à 2002 (18 novembre 1998). Depuis son élection en novembre 1995, Kwasniewski avait... 

Crédits : Gerard Cerles/ AFP

Afficher

Les grandes évolutions de la société

Une société nouvelle a pris forme en Pologne, assez dynamique mais plus contrastée et plus incertaine que celle de l'époque communiste. Le niveau de vie reste encore modeste. Les études sur la consommation des ménages confirment qu'une forte proportion des moyens (et du temps) est consacrée à la satisfaction des besoins élémentaires (nourriture, logement). Les disparités de revenus se sont également accrues, et la pauvreté toucherait, selon l'OCDE, entre 9 et 11 % des ménages. Le marché du travail a donné naissance à la précarité des emplois. Le chômage se maintient pendant la période à un taux élevé, entre 13 et 18 %, avec des difficultés particulières pour les jeunes de moins de 25 ans (entre 25 et 30 % de chômeurs). Les critères de réussite sont liés, plus que par le passé, au niveau d'éducation, ce qui conduit à un spectaculaire « boom éducatif ». Les modes de vie ont évolué, principalement dans les villes (où réside 61 % de la population). Le taux de fécondité s'est effondré dès 1990 (2,07 enfants par femme en 1989 et 1,22 en 2004), tandis que le nombre des divorces a augmenté, et que les mariages sont de plus en plus tardifs. Si elle est encore faible, comparée à celle de la France par exemple, la proportion d’enfants naissant hors mariage passe de 6,2 % en 1990 à 17,1 % en 2004. En revanche, la croissance de la population – encore très jeune du fait du boom démographique des années 1980 – s'est ralentie pour s'arrêter complètement en 1996 avec 38 294 millions d’habitants, et décroître (38 174 millions en 2004) du fait d’un solde migratoire négatif.

La plupart des grands services publics ont tenté de se moderniser, mais pas toujours au profit du consommateur. Dans certains cas (transports publics et infrastructures routières et ferroviaires), les retards d'investissement ont longtemps gêné la mobilité des personnes et des marchandises sur un vaste territoire, et freiné le développement. Dans d'autres secteurs, notamment la santé, l'éducation, l'information ou la communication, cette modernisation est passée par l'émergence d'opérateurs privés parfois majoritaires. Ainsi dans le domaine de la santé, la légalisation d'une médecine privée, avec ses cliniques et ses cabinets (logés quelquefois dans les hôpitaux publics) a favorisé la résorption de la corruption et des dessous de tables qui dominaient dans la période précédente. En 2005, les Polonais se disent plus satisfaits de ces services et savent les utiliser selon les circonstances : la majorité d'entre eux (83 %) consultent des médecins publics, tandis que 24 % s'adressent aussi à des privés. Les pots-de-vin ont pratiquement disparu. Reste que ces services de santé sont chers et mal remboursés par la caisse d'assurance publique et ne limitent pas les inégalités devant l’accès aux soins.

L'éducation a également connu une véritable explosion. Le nombre d'étudiants a été multiplié par cinq. En quinze ans, la Pologne est passée d'un enseignement supérieur élitiste (400 000 étudiants en 1990) à une « université de masse » regroupant presque deux millions d’étudiants en 2004. Une loi de septembre 1990 a restauré l'autonomie des établissements et aboli le monopole de l'État en ce domaine. Il en est résulté une ouverture massive d'établissements privés, en général de petite taille, qui drainent environ 30 % du total des étudiants, surtout dans les domaines du droit, de la gestion, de l'économie, des langues étrangères. Ce secteur est en plein développement, y compris pour l'étude des sciences politiques, de la psychologie sociale ou de la diplomatie. À cela s'ajoute une plus large ouverture des établissements publics, qui ont introduit à côté des études « normales », des études « du soir/week-end » et post-diplômes, cursus payants pour [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 66 pages

Médias de l’article

Pologne : carte physique

Pologne : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Pologne : drapeau

Pologne : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

La Vistule

La Vistule
Crédits : Glen Allison/ Getty Images

photographie

Charbonnages polonais

Charbonnages polonais
Crédits : Steven Weinberg/ Stockbyte/ Getty Images

photographie

Afficher les 27 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-IV
  • : directeur scientifique au C.N.R.S., professeur à la faculté de droit de l'université de la Sarre
  • : maître de recherche au C.N.R.S.
  • : directrice d'études à l'École des hautes études en sciences sociales
  • : docteur en études politiques, ancien chargé de recherche au C.N.R.S., ancien chargé de cours à l'université de Paris-II
  • : historien, chargé d'enseignement à l'Institut d'études européennes, université de Paris-VIII
  • : docteur d'État ès lettres, professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

26 mai - 2 juin 2022 Pologne – Union européenne. Suppression de la chambre disciplinaire de la Cour suprême.

Elles accusent Bruxelles d’avoir cédé à des raisons géopolitiques liées à l’accueil en Pologne de deux millions cinq cent mille réfugiés ukrainiens chassés de leur pays par l’invasion russe déclenchée en février. Le 1er juin, la Commission européenne valide le versement des aides prévues à la Pologne. Le 2 juin, la présidente de la Commission Ursula von der Leyen se rend à Varsovie où elle rencontre le Premier ministre Mateusz Morawiecki et le président polonais Andrzej Duda. […] Lire la suite

8-24 mai 2022 Canada – Ukraine. Visite à Kiev du Premier ministre Justin Trudeau.

Il réinstalle dans la capitale l’ambassade du Canada qui avait été délocalisée en février à Lviv, puis en Pologne. Justin Trudeau promet 50 millions de dollars canadiens (36,4 millions d’euros) d’aide militaire supplémentaire à l’Ukraine, ainsi que 25 millions au Programme alimentaire mondial (PAM) et 10 millions à divers organismes chargés notamment du déminage. […] Lire la suite

1er-30 avril 2022 Ukraine – Russie. Mise au jour de massacres de civils dans la région de Kiev évacuée par les troupes russes.

Les pays Baltes ont expulsé des diplomates russes dès février, et la Bulgarie, la Pologne, la Belgique, l’Irlande, les Pays-Bas, la Slovaquie et la République tchèque en mars. Le 5, Washington annonce le déblocage de 100 millions de dollars (95 millions d’euros) d’aide militaire. Le 13, puis de nouveau le 21, il annoncera de nouvelles aides de 800 millions de dollars (760 millions d’euros) chacune, ce qui portera le total des aides militaires américaines à l’Ukraine à 3,4 milliards de dollars (3,2 milliards d’euros) depuis le début du conflit. […] Lire la suite

11-28 avril 2022 Canada – Ukraine. Reconnaissance par la Chambre des communes des actes de génocide commis par la Russie en Ukraine.

Le 15, une centaine de soldats canadiens rejoignent la Pologne afin de participer à l’accueil des Ukrainiens qui y trouvent refuge. Le 19, Ottawa adopte des sanctions à l’encontre de quatorze proches collaborateurs du président russe Vladimir Poutine, dont ses deux filles, ainsi que l’épouse et la fille du ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov. […] Lire la suite

9-19 avril 2022 Belgique – Ukraine. Poursuite de l'aide à l'Ukraine.

Du 11 au 13, Alexander De Croo se rend en visite en Slovaquie, en Pologne, en Roumanie et en Moldavie, où il évoque avec ses homologues les effets du conflit ukrainien. Le 19, la Russie annonce l’expulsion de douze membres de l’ambassade de Belgique à Moscou, en représailles à l’expulsion de vingt et un diplomates russes annoncée en mars.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean BOURRILLY, Georges LANGROD, Michel LARAN, Marie-Claude MAUREL, Georges MOND, Jean-Yves POTEL, Hélène WLODARCZYK, « POLOGNE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pologne/