CANONISATION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La canonisation est, dans l'Église catholique, l'acte par lequel un personnage est proclamé officiellement saint, c'est-à-dire arrivé à l'union parfaite avec le Christ. La notion de sainteté existe dans le christianisme dès l'origine, car, « appelés par Dieu, non au titre de leurs œuvres mais au titre de son dessein et de sa grâce, justifiés en Jésus notre Seigneur, les disciples du Christ sont véritablement devenus dans le baptême de la foi fils de Dieu, participant de la nature divine et, par conséquent, réellement saints » (Vatican II, Lumen Gentium, 40).

La primitive Église a d'emblée tenu pour saints la Vierge Marie, les apôtres et Jean-Baptiste, le précurseur. Très tôt, elle éprouve aussi le besoin de contempler dans les martyrs des modèles à imiter et des intercesseurs à invoquer : la communauté ecclésiale à qui ils appartenaient les proclame saints, et leur rend un culte liturgique au dies natalis, jour de leur naissance au Ciel, c'est-à-dire jour où ils ont été mis à mort. Ce culte connaît à la fin des persécutions un essor remarquable, stimulé par l'inventio, « découverte » de lieux de sépulture oubliés, et nourri par les Actes des martyrs qu'ont rédigés des témoins... ou des auteurs inventifs ; le culte est contrôlé par les évêques, qui entendent éviter abus et déviations. En même temps, il s'étend aux confesseurs non martyrs, à commencer par les docteurs de l'Église ; dès le vie siècle apparaissent les premiers martyrologes, et des Vies ou Passions de saints. Les évêques, soucieux de prévenir les excès, sanctionnent eux-mêmes la sainteté de ces modèles en procédant à des cérémonies de transfert (translatio) ou d'élévation (elevatio) des reliques, qui constituent une véritable reconnaissance officielle de sainteté. C'est pratique courante dès le viiie siècle, renforcée bientôt par un effort de centralisation : les évêques consultent le synode diocésain ou provincial, voire le synode des évêques du royaume pour donner plus de poids à leur choix.

En 993, le pape Jean XV proclame la sainteté de l'évêque Ulrich d'Augsbourg, mort vingt ans auparavant, dont le successeur, Ludolphe, avait présenté au synode romain une Vita ; pour appuyer sa décision, il promulgue une bulle – la première bulle de canonisation connue – destinée aux clergés de Francie et de Germanie, et ordonnant que la mémoire du prélat soit solennellement vénérée. Mais le terme canonizare n'apparaît que quelque années plus tard, dans la bulle adressée au comte de Mantoue où Benoît VIII confirme le culte de l'ermite Siméon de Padolirone (mort en 1016). De leur côté, les évêques prennent l'habitude de solliciter du pape la ratification de leurs initiatives, si bien que peu à peu se fait jour l'idée d'une autorité pontificale dans les canonisations. À la faveur de la réforme grégorienne, la canonisation papale remplace peu à peu la translatio épiscopale, et dès la fin du xiie siècle, la réserve au seul pontife du droit de canonisation est inscrite dans les faits, sinon dans les textes. En 1234, l'introduction du bref Audivimus dans les Décrétales de Grégoire IX consacre, en droit du moins, cette prérogative. Au xiiie siècle, Innocent IV définit la canonisation :

« Canoniser consiste à décider en toute régularité et de façon canonique qu'un saint soit honoré comme tel, c'est-à-dire qu'il lui sera rendu un culte solennel comme on le fait pour les saints de la même catégorie : s'il s'agit d'un confesseur, que l'on célèbre pour lui l'office des confesseurs ; s'il s'agit d'un martyr, l'office des martyrs, et ainsi de suite. »

Telle est la loi, mais dans la pratique, nombre d'évêques continuent d'effectuer, de leur propre initiative, des translations in loco decentiori (formule consacrée signifiant : au lieu approprié) ; le plus souvent confirmations de cultes anciens, elles ont pour les fidèles autant d'importance, sinon plus, que les canonisations pontificales.

Il faut attendre la fin du xvie siècle pour que la législation en matière de canonisations soit définitivement fixée : le 22 janvier 1588, par la constitution Immensa Aeterni Dei, Sixte Quint crée la congrégation des Rites, à laquelle il confie, entre autres, le soin de traiter des [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : historien de la spiritualité, consultant auprès de postulateurs de causes de saints

Classification

Autres références

«  CANONISATION  » est également traité dans :

JEAN XXIII, ANGELO RONCALLI (1881-1963) pape (1958-1963)

  • Écrit par 
  • John COGLEY
  •  • 3 085 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Bilan »  : […] Rien dans la vie antérieure d'Angelo Giuseppe Roncalli ne laissait supposer que son pontificat serait différent du pontificat bienséant, empreint de tradition et statique qu'attendait le Collège des cardinaux lorsqu'il le choisit comme « pape de transition » ( papa di passaggio ) en octobre 1958. Son prédécesseur brillant et déterminé avait élaboré une politique défensive définissant la position d […] Lire la suite

PAUL VI, GIOVANNI BATTISTA MONTINI (1897-1978) pape (1963-1978)

  • Écrit par 
  • Émile POULAT
  •  • 3 236 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'achèvement du concile »  : […] Le nouveau pape n'était pas un inconnu des journalistes ni même de l'opinion publique. Né le 23 septembre 1897 – donc âgé de 65 ans au moment de son élection –, il était entré en 1924 à la Secrétairerie d'État, où il devait faire toute sa carrière jusqu'à sa nomination, par Pie XII en 1954, à l'archevêché de Milan. Depuis dix ans, il était avec M gr  Tardini l'un des deux collaborateurs immédiats […] Lire la suite

Les derniers événements

14 octobre 2018 Église catholique. Canonisation du pape Paul VI et de l'archevêque Oscar Romero.

Devant quelque soixante-dix mille personnes réunies place Saint-Pierre, au Vatican, le pape François célèbre la messe de canonisation de Paul VI, pape de 1963 à 1978 et ordonnateur de la réforme Vatican II, et de Mgr Oscar Romero, ancien archevêque de San Salvador, défenseur des pauvres et des paysans sans terre, assassiné par un commando d’extrême droite en 1980. […] Lire la suite

9-13 mai 2007 Vatican – Brésil. Voyage du pape Benoît XVI au Brésil

Le 11, à São Paulo, la cérémonie de canonisation du franciscain Antônio Galvão, premier saint brésilien, rassemble un million de personnes. Le 13, à Aparecida (État de São Paulo), le pape ouvre les travaux de la Ve conférence des épiscopats d'Amérique latine. Il appelle l'Église à ne pas « se transformer en instrument politique », mais à renforcer le « consensus moral sur des valeurs fondamentales », afin, comme il l'a déclaré la veille, que « les baptisés non suffisamment évangélisés, facilement influençables », ne succombent pas « au prosélytisme agressif des sectes » évangéliques et pentecôtistes. […] Lire la suite

3-4 mai 2003 Vatican – Espagne. Visite du pape Jean-Paul II en Espagne

Lors de la cérémonie de canonisation de cinq religieux fondateurs de congrégations, il plaide en faveur d'une Espagne et, plus globalement, d'une Europe « fidèle à ses racines chrétiennes ».  […] Lire la suite

14-20 août 2000 Russie. Canonisation du tsar Nicolas II

Le 20, les cérémonies de canonisation se déroulent dans la nouvelle cathédrale du Christ-Sauveur de Moscou.  […] Lire la suite

25 avril 1997 République tchèque. Visite du pape Jean-Paul II à Prague

Le geste de Jean-Paul II veut faire oublier la controverse suscitée par la canonisation de Jan Sarkander, artisan de la Contre-Réforme du XVIIe siècle, lors de sa visite en mai 1995. Constatant l'« indifférence religieuse » des Tchèques, dont il attribue la responsabilité à la répression communiste, le souverain pontife dénonce la « crise des valeurs » que traverse le pays. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Joachim BOUFLET, « CANONISATION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/canonisation/