POLICE SCIENTIFIQUE

Pour établir la matérialité du fait judiciaire et l'identification de son auteur, particulièrement en matière criminelle, aucune investigation ne doit être négligée afin de connaître la vérité. L'examen des éléments matériels (cadavres et toute autre trace biologique ou non biologique), allié aux techniques relevant d'autres domaines scientifiques (balistique, toxicologie, voire entomologie), étaie ou supplée les preuves fragiles, incertaines, fournies par les témoignages ou même les aveux.

C'est après la Révolution française que les preuves matérielles, objets et traces en rapport direct avec les faits, commencèrent à être étudiées lors des enquêtes. Le développement des sciences a permis l'exploitation de plus en plus sophistiquée de ces indices. Ainsi, en 1882, Alphonse Bertillon appliquait les matières scientifiques au problème de l'identification en ayant d'abord recours à l'anthropologie, puis à la photographie scientifique des détenus. Au début du xxe siècle, Galton et Henry proposèrent l'étude des empreintes digitales pour l'identification des personnes. Cette méthode fut adoptée par les services de police pour la résolution des enquêtes criminelles. En 1901, l'identification biologique faisait un progrès considérable grâce à la découverte, par Landsteiner, des groupes sanguins. De plus, les avancées de la physique et de la chimie trouvaient également des applications dans le domaine de la criminalistique, notamment dans les études chimiques analytiques (analyses spectrométriques et chromatographiques) et dans les analyses morphologiques, grâce au microscope comparateur (étude des projectiles, des faux documents, des falsifications) et au microscope électronique (surtout à balayage) pour l'étude précise des tissus, des poudres et de certains micro-organismes comme les diatomées.

Les progrès scientifiques qui sont intervenus depuis les années 1950 en biophysique, biologie moléculaire et médecine ont changé les manières de travailler des enquêteurs et leur champ d [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 16 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

  • : maître de conférences des Universités, praticien hospitalier.
  • : docteur en biologie moléculaire, directeur général du laboratoire Codgène de Strasbourg
  • : professeur de biologie-géologie, membre du conseil d'administration du palais de la Découverte, conseiller pédagogique à l'I.U.F.M. de Versailles

Classification


Autres références

«  POLICE SCIENTIFIQUE  » est également traité dans :

POLICE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul ALGRE, 
  • Universalis
  •  • 8 229 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Lutte contre le crime organisé »  : […] ainsi que des autorités judiciaires les moyens d'enquête que sont les outils de police scientifique et technique et leurs fichiers opérationnels (fichier des personnes recherchées, fichier des véhicules volés, fichier automatisé des empreintes digitales, fichier national automatisé des empreintes génétiques...) et les laboratoires de police […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/police/#i_48684

POLICE FRANÇAISE HISTOIRE DE LA

  • Écrit par 
  • Jean-Marc BERLIÈRE
  •  • 3 668 mots

Dans le chapitre « L'invention d'un modèle républicain »  : […] étape dans la constitution d'une police moderne, illustrée par la naissance de la « police technique et scientifique », qui laisse un temps espérer une police infaillible et « propre » débarrassée des pratiques de force utilisées pour obtenir la « reine des preuves » que constituent les aveux. Parmi ces réformes, citons : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-de-la-police-francaise/#i_48684

POLICE SOUS LA IIIè RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Marc BERLIÈRE
  •  • 4 194 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les révolutions de la police judiciaire  »  : […] dans la modernité est marquée par une révolution de l'enquête judiciaire, conséquence de ce qu'on appelle la police scientifique. La nécessité de distinguer le « criminel d'habitude » du « criminel de hasard » donne naissance à la police technique et scientifique (P.T.S.) et à la criminalistique, qu'on pourrait définir comme le recours aux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/police-sous-la-iiie-republique/#i_48684

POLICE EN FRANCE DE LA LIBÉRATION À NOS JOURS

  • Écrit par 
  • René LÉVY
  •  • 5 033 mots

Dans le chapitre « La police judiciaire »  : […] du dispositif et la perte de compétence des agents, on a assisté, à partir du milieu des années 1980, à une certaine renaissance de la police technique et scientifique, longtemps la belle endormie de la police judiciaire : création en 1985 d’une sous-direction spécifique, réorganisation des laboratoires, recrutements massifs de spécialistes de l’ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/police-en-france-de-la-liberation-a-nos-jours/#i_48684

SANG - Identité et hérédité

  • Écrit par 
  • Jacques RUFFIÉ, 
  • Jean-Pierre SOULIER
  •  • 5 528 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Identification des taches de sang et d'autres liquides organiques »  : […] Il est possible de mettre en évidence les facteurs sanguins dans les taches de sang desséché relevées sur des objets divers (couteaux, armes contondantes, parquets, murs, linges, tapis, vêtements, etc.). Un tel examen revêt un intérêt certain au cours d'enquêtes criminelles. Mais il y a plus. Certains antigènes sanguins [A, B, H, Le (a), Le (b)] […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sang-identite-et-heredite/#i_48684

Voir aussi

Pour citer l’article

Bertrand LUDES, Hélène PFITZINGER, Robert GAURENNE, « POLICE SCIENTIFIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/police-scientifique/