AERTSEN PIETER (1508-1575)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Surnommé Lange Pier (Pierre le Long), né à Amsterdam et franc-maître à Anvers, en 1535, dont il devient citoyen en 1542 et où il séjournera jusqu'en 1556 environ, après avoir logé dans ses débuts anversois chez le peintre Jan Mandyn, un suiveur habile de Jérôme Bosch, Pieter Aertsen est l'un des peintres qui assurent le mieux le lien entre l'école néerlandaise et l'école flamande et qui font éclater les cadres nationaux. Ses fils, Pieter Pietersz et Aert Pietersz, seront aussi peintres. Aertsen a formé son neveu Joachim Beuckelaer. Renommé aujourd'hui comme auteur de « Cuisines » (Jésus chez Marthe et Marie, 1559, musée des Beaux-Arts, Bruxelles), d'un réalisme à la fois opulent et familier, héroïque dans sa largeur même, il est, en fait, un peintre ambitieux et varié, traitant à la fois les compositions religieuses, les scènes de genre, le portrait : on peut suivre sa carrière entre 1543 et 1571 dans une série d'œuvres signées et datées. Les témoignages du temps lui rendent souvent hommage ; notre époque lui a redonné, à côté de Bruegel, avec qui il peut rivaliser d'importance, la place qu'il mérite dans la peinture du xvie siècle, celle d'un artiste puissant dont l'art monumental, dans de splendides gammes de tons vifs et francs, prépare et annonce, par le réalisme et la surcharge des détails, le développement de la nature morte flamande. Ses compositions, aux premiers plans entassés de légumes, restent animées d'un pathos maniériste propre au xvie siècle ; mais si la figuration — religieuse — en est souvent reléguée à l'arrière-plan, dans une position subordonnée et selon un schéma appelé à un grand succès (chez Beuckelaer par exemple), il ne faut pas méconnaître le peintre religieux, aux formats imposants et aux ambitions puissantes, qui a souffert de la tourmente iconoclaste et qui pratique une manière héroïque et digne, proche et rivale de celle de Floris (Portement de croix, musée d'Anvers, 1552).

—  Sylvie BÉGUIN

Écrit par :

  • : conservateur en chef au département des Peintures du musée du Louvre

Classification


Autres références

«  AERTSEN PIETER (1508-1575)  » est également traité dans :

BEUCKELAER JOACHIM (1535 env.-env. 1574)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 537 mots
  •  • 2 médias

Neveu et élève de Pieter Aertsen (ce dernier épousa en 1542 sa tante Catherine Beuckelaer), Joachim Beuckelaer (ou Bueckelaer) donne un prolongement considérable à l'art, si puissamment réaliste, de ce dernier ; son apport dans la constitution d'une peinture de genre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joachim-beuckelaer/#i_27004

NATURE MORTE

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 5 709 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Moyen Âge et Renaissance : réalité et symboles »  : […] nordique. Ainsi également des étalages de viandes et autres victuailles, placés au devant de sujets religieux réduits à la portion congrue, par le Flamand Pieter Aertsen (L'Étal du boucher, 1551, université d'Uppsala), bientôt imité par son neveu Joachim Beuckelaer, et qui, via Bartolomeo Passerotti, Vincenzo Campi et les Carrache […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nature-morte/#i_27004

NÉERLANDAISE ET FLAMANDE PEINTURE

  • Écrit par 
  • Lyckle DE VRIES
  •  • 10 173 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Les genres : portrait et paysage »  : […] vue de ville auxquels il accorde autant d'importance qu'aux personnages : figure et environnement forment un tout indissoluble. Pieter Aertsen, par contre, aime les grandes figures et les énormes natures mortes qui semblent se presser à l'avant du tableau, en contraste flagrant avec les tout petits intérieurs et les petites échappées à l'arrière […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peinture-neerlandaise-et-flamande/#i_27004

Pour citer l’article

Sylvie BÉGUIN, « AERTSEN PIETER - (1508-1575) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pieter-aertsen/