PIERRE Ier LE GRAND (1672-1725)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De son vivant déjà, Pierre le Grand a soulevé à la fois admiration et critique. « Antéchrist » pour les uns, héros créateur pour les autres, il a été, après sa mort, au centre de toutes les discussions relatives à l'histoire de la Russie. Catherine II s'est constamment référée à son glorieux prédécesseur. Au xixe siècle les conservateurs lui ont reproché d'avoir déterminé dans le monde russe une coupure sociale en séparant la noblesse « européanisée » d'un peuple resté dans une tradition essentiellement religieuse. Mais lorsque la Russie a été en danger, lors de l'invasion napoléonienne en 1812, de l'invasion hitlérienne en 1941, les historiens ont évoqué l'image du tsar patriote, dévoué à l'indépendance et à la grandeur de l'État. Et si dans les premiers temps de la révolution bolchevique l'accent a été mis sur la dureté du dictateur impitoyable qui ne ménageait ni le sang ni la sueur de ses sujets, très vite s'est dessiné un portrait plus impartial, reconnaissant à la fois les défauts et les qualités de l'homme, ainsi que le caractère positif de son œuvre. L'iconographie, la statuaire, les concours académiques, ont perpétué l'image de Pierre le Grand, dans ses activités les plus diverses. La statue de Falconet, élevée sous Catherine II, près du palais d'Hiver, à la gloire du tsar réformateur (1782), le montre indiquant d'un geste impérieux le site de sa capitale ; le poète Puškin lui a consacré son « Cavalier de bronze » (1833) : « Debout au bord des eaux désertes, l'esprit plein de grandes pensées, il regarde au loin... »

Pierre le Grand (1672-1725)

Photographie : Pierre le Grand (1672-1725)

Jean-Marc Nattier (1685-1766), Pierre Ier le Grand, tsar de Russie. 1717. 

Crédits : G. Dagli Orti/ De Agostini/ Getty Images

Afficher

1700 à 1800. L'âge des Lumières

Vidéo : 1700 à 1800. L'âge des Lumières

Traite des Noirs. Philosophie des Lumières. Révolution scientifique et politique. Indépendance des États-UnisLe XVIIIe siècle est fatal aux États les plus archaïques. La Dzoungarie, dernier empire nomade, est broyée entre l'expansion chinoise Qing et l'Empire russe. Ce dernier, modernisé... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Depuis la Seconde Guerre mondiale, Pierre le Grand est une figure incontestée de l'histoire nationale.

Un personnage original

Pierre Ier le Grand, tsar de Russie, par sa personnalité et son œuvre, a marqué, plus que tout autre souverain, l'histoire de son pays. Sous son règne, la Russie sort du Moyen Âge et prend place parmi les États modernes de l'Europe. Fils d'Alexis Mikhajlovič (le grand tsar du xviie siècle, 1645-1676) et de Nathalie Naryškin, la seconde femme d'Alexis, il succède à Fédor III (1676-1682) né d'un premier lit et mort à 15 ans ; sous la régence de sa demi-sœur Sophie, qu'il écarte du pouvoir en 1689, il partage théoriquement ses droits avec un autre fils d'Alexis, Ivan, faible de santé physique et morale, qui disparaît en 1696. En l'absence de règle de succession, la haute aristocratie russe s'unissait autour d'un souverain solide de corps et sain d'esprit.

Le nouveau tsar devint un géant de plus de deux mètres, balourd et très grossier, d'une extraordinaire résistance physique et d'une sexualité exigeante, agité, dynamique, toujours en mouvement, « bousculant le temps et les choses » ; sans aucun principe moral, mais doué d'une volonté implacable tournée tout entière vers le service de l'État, Pierre le Grand exerce son intelligence primitive sur le présent ; c'est un esprit positif, un réalisateur, qui ne se laisse arrêter par aucune tradition, mais agit de manière pragmatique sans perspectives lointaines ni doctrine. La solidité de son œuvre tient en grande partie à sa compréhension des besoins immédiats d'un pays encore arriéré économiquement, sans armée ni finances modernes, où le pouvoir du souverain pouvait être contesté par les grandes familles de l'aristocratie et l'Église, et qui, limité à l'ouest par la Suède sur la Baltique, au sud-ouest et au sud par l'Empire ottoman et son vassal le khanat de Crimée, sur la mer Noire, n'avait, au-delà d'Arkhanželsk bloqué l'hiver par les glaces, aucun débouché maritime européen. Russie moyenâgeuse, où l'on calculait le temps en remontant à la « création du monde » (le calendrier julien ne fut adopté qu'en 1700).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Pierre le Grand (1672-1725)

Pierre le Grand (1672-1725)
Crédits : G. Dagli Orti/ De Agostini/ Getty Images

photographie

1700 à 1800. L'âge des Lumières

1700 à 1800. L'âge des Lumières
Crédits : Encyclopædia Universalis France

chronologie

La Bataille de Lesnaya, J.-M. Nattier

La Bataille de Lesnaya, J.-M. Nattier
Crédits : Fine Art Images/ Heritage Images/ Getty Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article

Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris

Classification

Autres références

«  PIERRE I er LE GRAND (1672-1725)  » est également traité dans :

PIERRE Ier LE GRAND (tsar de Russie)

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 201 mots
  •  • 1 média

Pierre, le petit-fils de Michel Romanov, est couronné tsar, en 1682, en même temps que son demi-frère Ivan V. Après avoir éliminé, en 1689, la régente et Ivan, il dirige seul la Russie de façon autocratique, s'appuyant sur la police et l'armée, sur une stricte application du principe du servage des paysans et sur une réorganisation en profondeur de l'administra […] Lire la suite

CATHERINE Ire (1684-1727) impératrice de Russie (1725-1727)

  • Écrit par 
  • Pierre KOVALEWSKY
  •  • 498 mots

Quand les Russes mettent Marienbourg à sac en 1702, Marthe Skavronskaïa fait partie du butin. Les témoignages postérieurs auront beau jeu, connaissant l'origine modeste de l'impératrice, de dénigrer sa taille « petite et ramassée », son teint « fort basané », son maintien « sans air ni grâce ». Il faut croire pourtant qu'elle ne manquait pas de charme, à en juger par sa biographie : orpheline d'un […] Lire la suite

CHARLES XII (1682-1718) roi de Suède (1697-1718)

  • Écrit par 
  • Claude NORDMANN
  •  • 2 344 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'échec en Ukraine et l'exil en Turquie »  : […] La déconcertante facilité de ses succès n'avait fait que confirmer sa foi inébranlable en sa supériorité et sa fortune. Rien ne pourra arrêter sa marche contre les « Barbares de l'Est » ; sûr de ses carolins comme de lui-même, il méconnaît la force de résistance, le courage patriotique de l'adversaire. Pourtant, Pierre I er à déjà reconstitué ses armées et profité de l'absence de Charles XII pour […] Lire la suite

ESTONIE

  • Écrit par 
  • Céline BAYOU, 
  • Suzanne CHAMPONNOIS, 
  • Jean-Luc MOREAU
  •  • 9 143 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La Grande Guerre du Nord (1700-1721) »  : […] L'occupation suédoise en Estlandie et en Livonie faisait obstacle aux ambitions du nouveau tsar de Russie Pierre I er le Grand qui voulait donner à son pays, à l'instar de ses prédécesseurs, un accès à la Baltique. La guerre inévitable contre la Suède se prolongea pendant dix ans avec des succès divers et se termina par la défaite de Charles XII de Suède à Poltava (Ukraine) en 1709. Le traité d […] Lire la suite

LE BLOND JEAN-BAPTISTE ALEXANDRE (1679-1719)

  • Écrit par 
  • Olga MEDVEDKOVA
  •  • 890 mots

L'architecte français Jean-Baptiste Alexandre Le Blond a construit en France et en Russie, et les études qui lui ont été consacrées ont été menées par des chercheurs de ces deux pays. Dans les années 1910, Le Blond attira, comme beaucoup de ses compatriotes qui avaient travaillé en Russie, l'attention des auteurs de la revue d'art Starye gody (Les Anciennes Années). Louis Réau en parla dans ses p […] Lire la suite

MARÉCHAL DE LA NOBLESSE

  • Écrit par 
  • Jean-Louis VAN REGEMORTER
  •  • 342 mots

Avec la table des rangs ( čin ) en 1722, Pierre le Grand avait achevé de soumettre la noblesse à l'État en calquant la hiérarchie nobiliaire sur la pyramide des grades. Mais tout en refusant d'accorder à la classe dirigeante une organisation corporative à l'échelon national, il ne méconnaissait pas la nécessité de développer son esprit civique en lui confiant localement des responsabilités propres […] Lire la suite

MAZEPPA IVAN STEPANOVITCH (1644-1709)

  • Écrit par 
  • Jean BÉRENGER
  •  • 205 mots

Hetman des Cosaques, Mazeppa est issu d'une famille noble de l'Ukraine. Élevé à la cour du roi de Pologne Jean Casimir, une histoire de cœur l'oblige à s'enfuir chez les Cosaques du Dniepr, dont il devient l'un des chefs. En 1687, lors d'une visite à Moscou, il gagne la faveur du tsar Pierre le Grand, achète au tout-puissant Basile Golitsyne la charge d'hetman des Cosaques et souhaite assurer l'in […] Lire la suite

MENCHIKOV ALEXANDRE DANILOVITCH prince (1673-1729)

  • Écrit par 
  • Pierre KOVALEWSKY
  •  • 314 mots

D'origine très modeste et d'une instruction élémentaire, Alexandre Menchikov devient dès l'enfance un compagnon de jeu puis de travail de Pierre le Grand, auquel il est dévoué cœur et âme. C'est cette confiance que l'empereur a en son collaborateur qui explique son élévation extraordinaire et conforme ni à ses talents ni à ses possibilités intellectuelles. C'est un homme orgueilleux et qui ne conn […] Lire la suite

OTTOMAN EMPIRE

  • Écrit par 
  • François GEORGEON, 
  • Robert MANTRAN
  •  • 9 919 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Révoltes et anarchie (XVIIe siècle) »  : […] La fin du xvi e  siècle est pourtant marquée par quelques succès : conquête de Chypre (1570-1571), prise de Tunis (1574), occupation de la Géorgie et de l'Azerbaïdjan (1590) ; mais des défaites ont été subies à Lépante (7 oct. 1571), en Moldavie, en Hongrie ; les traités conclus durant cette période n'apportent que peu de modifications aux frontières, sinon quelques améliorations à l'est. Ahmed I […] Lire la suite

OUKAZE

  • Écrit par 
  • Jean-Louis VAN REGEMORTER
  •  • 309 mots

Terme désignant à l'origine un ordre du souverain, sans distinction entre les mesures générales et les cas individuels. Avant Pierre le Grand, la formule rituelle : « Le tsar a ordonné et les boyards ont joint leur avis » reconnaissait à l'aristocratie un rôle consultatif en matière législative ; mais, sous le règne du réformateur, les théoriciens de l'absolutisme, comme Théophane Prokopovitch, af […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Roger PORTAL, « PIERRE Ier LE GRAND (1672-1725) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-ier-le-grand-1672-1725/