CATHERINE Ire (1684-1727) impératrice de Russie (1725-1727)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Quand les Russes mettent Marienbourg à sac en 1702, Marthe Skavronskaïa fait partie du butin. Les témoignages postérieurs auront beau jeu, connaissant l'origine modeste de l'impératrice, de dénigrer sa taille « petite et ramassée », son teint « fort basané », son maintien « sans air ni grâce ». Il faut croire pourtant qu'elle ne manquait pas de charme, à en juger par sa biographie : orpheline d'un paysan livonien, elle entre au service d'un pasteur luthérien, puis épouse un dragon suédois. Le général Cheremetiev, qui commande à Marienbourg, en fait sa maîtresse, mais la vend ensuite à Menchikov. Enfin, Pierre le Grand, en 1703, l'enlève à son fidèle serviteur et ami. Elle partage la vie du souverain, elle le suit à la guerre et ne recule ni devant les orgies, ni devant la vie des camps. Quand, en 1711, lors de la campagne menée sur le Prout contre les Turcs, Pierre Ier risque l'encerclement et la captivité, c'est elle qui ranime son courage et lui communique son sang-froid. Avec un beau mépris de l'opinion, il l'épouse en 1712 et la fait couronner impératrice en 1724.

Elle n'est pas pour autant désignée pour lui succéder et, lorsque Pierre meurt intestat en 1725, le trône doit revenir, en vertu des règles traditionnelles, au futur Pierre II, petit-fils du tsar défunt et fils d'Alexis Petrovitch. Mais le souverain légitime est soutenu par l'ancienne noblesse et par le clergé ; son avènement signifierait sans doute l'abolition des grandes réformes, et à coup sûr la fin des privilèges dont jouissent les anciens fidèles de Pierre Ier. Ceux-ci n'hésitent pas : guidés par Pierre Tolstoï, ils s'assurent le concours des régiments de la garde, Semenovski et Preobrajenski, et proclament Catherine impératrice. Cette révolution de palais inaugure une longue suite d'intrigues, de complots et de coups d'État qui jalonnent jusqu'en 1741 la période dite des favoris.

Bien que complètement illettrée, Catherine a suffisamment d'énergie et d'intelligence pour continuer l'œuvre de son mari. Elle fonde l'Académie des sciences dont Pierre avait préparé [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : docteur ès lettres, chargé de conférences à l'université de Paris-III, doyen de l'Institut Saint-Denis, Paris

Classification


Autres références

«  CATHERINE I re (1684-1727) impératrice de Russie (1725-1727)  » est également traité dans :

MENCHIKOV ALEXANDRE DANILOVITCH prince (1673-1729)

  • Écrit par 
  • Pierre KOVALEWSKY
  •  • 314 mots

D'origine très modeste et d'une instruction élémentaire, Alexandre Menchikov devient dès l'enfance un compagnon de jeu puis de travail de Pierre le Grand, auquel il est dévoué cœur et âme. C'est cette confiance que l'empereur a en son collaborateur qui explique son élévation extraordinaire et conforme ni à ses talents ni à ses possibilités intellec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-danilovitch-menchikov/#i_42804

RUSSIE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel LESAGE, 
  • Roger PORTAL
  •  • 20 249 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « Troubles sociaux et renforcement du pouvoir »  : […] Ce développement commercial a modifié les structures sociales en écartant du travail agricole les paysans qui, serfs ou dépendants de l'État, s'engageaient dans les manufactures et les usines métallurgiques. D'une part, apparut une nouvelle catégorie de serfs attachés à l'usine ; d'autre part, en plus grand nombre, ceux des ouvriers serfs qui, tra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-le-territoire-et-les-hommes-histoire/#i_42804

Pour citer l’article

Pierre KOVALEWSKY, « CATHERINE Ire (1684-1727) - impératrice de Russie (1725-1727) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/catherine-ire/