PIERRE Ier LE GRAND (1672-1725)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le développement industriel

Les besoins nés de la guerre ont suscité un développement industriel qui a inauguré une période nouvelle de l'histoire économique de la Russie. Auparavant tributaire de la Suède pour la fourniture de ses armes, la Russie acquiert dans ce domaine une indépendance qu'elle doit à l'action systématique du tsar, action qui s'inscrit dans le cadre du mercantilisme européen. Pratiquant un « étatisme de nécessité », Pierre le Grand dès 1697 ordonne la création d'une fonderie et d'une fabrique de canons dans l'Oural, région riche en mines de fer et en forêts, mais lointaine et déserte, où les essais d'installation avaient jusqu'alors échoué. Avec une volonté implacable, il rassemble autour de la nouvelle usine, Neviansk, un personnel réquisitionné, fait transporter l'équipement par caravanes, cède ensuite l'établissement à un maître de forges réputé de Tula, N. Demidov, qu'il oblige à transférer son activité dans l'Oural, constituant ainsi le noyau de développement d'une industrie métallurgique qui sera la caractéristique de la région. En 1704, trois usines pourvues de hauts fourneaux fonctionnent déjà. En 1720, un brillant collaborateur de Pierre le Grand, V. V. Tatišev donne aux usines de l'État une forte impulsion et crée la ville d'Ekaterinburg (du nom de la seconde femme de Pierre), où siège une direction des Mines de l'Oural (1721). Son successeur, de Hennin, d'origine saxonne, poursuivra son œuvre de 1722 à 1734. À la mort de Pierre le Grand, l'Oural compte une douzaine d'usines métallurgiques, appartenant pour moitié à l'État et pour moitié à Demidov.

La création d'une métallurgie ouralienne, nécessitée par la guerre, n'est cependant qu'un aspect d'un plan plus général de développement économique, élaboré dans la seconde moitié du règne, après la victoire de Poltava. Tandis que dans la période précédente les mesures prises (refonte des monnaies, établissement de monopoles, création de prikazy ou bureaux chargés de prélever de nouvelles taxes) ont le caractère d'expédients fiscaux, les succès militaires, l'affirmation de la puissance russe ont créé un climat différent. C'est la période d'organisation administrative, de mise en place de structures d'un État moderne. Pierre crée l'impôt de la capitation, frappant tout roturier et assurant à l'État des ressources régulières, qui étaient désormais liées à l'accroissement de la population. Pour son établissement, un recensement général des « âmes », le premier effectué en Russie, fut prescrit en 1719. Achevé en 1723, ce recensement permettait l'application du nouveau système fiscal dès 1724. Parallèlement, des oukazes protectionnistes limitaient les importations de produits fabriqués (tarif de 1724) et, en apportant au Trésor des ressources appréciables, favorisaient le développement des manufactures russes. Peu nombreuses jusqu'alors, celles-ci se multiplièrent, surtout dans le domaine du textile (laine, soie, chanvre et lin), pour satisfaire aux besoins militaires (cordages, toile à voile, drap d'uniforme). Les projets de création de trois cents usines métallurgiques et manufactures de textiles ne furent pas tous réalisés ; à la mort de Pierre le Grand, la Russie comptait cependant une soixantaine d'établissements industriels importants (le chiffre de deux cents, parfois avancé, inclut en réalité un grand nombre d'ateliers artisanaux) contrôlés par des collèges (Collège des mines, Collège des manufactures) ; ces établissements animent un commerce actif, qui s'étend à la Sibérie, à la Chine, à l'Europe du Nord et de l'Ouest.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Pierre le Grand (1672-1725)

Pierre le Grand (1672-1725)
Crédits : G. Dagli Orti/ De Agostini/ Age Fotostock

photographie

1700 à 1800. L'âge des Lumières

1700 à 1800. L'âge des Lumières
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris

Classification

Autres références

«  PIERRE I er LE GRAND (1672-1725)  » est également traité dans :

PIERRE Ier LE GRAND (tsar de Russie)

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 201 mots
  •  • 1 média

Pierre, le petit-fils de Michel Romanov, est couronné tsar, en 1682, en même temps que son demi-frère Ivan V. Après avoir éliminé, en 1689, la régente et Ivan, il dirige seul la Russie de façon autocratique, s'appuyant sur la police et l'armée, sur une stricte application du principe du servage des paysans et sur une réorganisation en profondeur de l'administra […] Lire la suite

CATHERINE Ire (1684-1727) impératrice de Russie (1725-1727)

  • Écrit par 
  • Pierre KOVALEWSKY
  •  • 498 mots

Quand les Russes mettent Marienbourg à sac en 1702, Marthe Skavronskaïa fait partie du butin. Les témoignages postérieurs auront beau jeu, connaissant l'origine modeste de l'impératrice, de dénigrer sa taille « petite et ramassée », son teint « fort basané », son maintien « sans air ni grâce ». Il faut croire pourtant qu'elle ne manquait pas de charme, à en juger par sa biographie : orpheline d'un […] Lire la suite

CHARLES XII (1682-1718) roi de Suède (1697-1718)

  • Écrit par 
  • Claude NORDMANN
  •  • 2 344 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'échec en Ukraine et l'exil en Turquie »  : […] La déconcertante facilité de ses succès n'avait fait que confirmer sa foi inébranlable en sa supériorité et sa fortune. Rien ne pourra arrêter sa marche contre les « Barbares de l'Est » ; sûr de ses carolins comme de lui-même, il méconnaît la force de résistance, le courage patriotique de l'adversaire. Pourtant, Pierre I er à déjà reconstitué ses armées et profité de l'absence de Charles XII pour […] Lire la suite

ESTONIE

  • Écrit par 
  • Céline BAYOU, 
  • Suzanne CHAMPONNOIS, 
  • Jean-Luc MOREAU
  •  • 9 143 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La Grande Guerre du Nord (1700-1721) »  : […] L'occupation suédoise en Estlandie et en Livonie faisait obstacle aux ambitions du nouveau tsar de Russie Pierre I er le Grand qui voulait donner à son pays, à l'instar de ses prédécesseurs, un accès à la Baltique. La guerre inévitable contre la Suède se prolongea pendant dix ans avec des succès divers et se termina par la défaite de Charles XII de Suède à Poltava (Ukraine) en 1709. Le traité d […] Lire la suite

LE BLOND JEAN-BAPTISTE ALEXANDRE (1679-1719)

  • Écrit par 
  • Olga MEDVEDKOVA
  •  • 890 mots

L'architecte français Jean-Baptiste Alexandre Le Blond a construit en France et en Russie, et les études qui lui ont été consacrées ont été menées par des chercheurs de ces deux pays. Dans les années 1910, Le Blond attira, comme beaucoup de ses compatriotes qui avaient travaillé en Russie, l'attention des auteurs de la revue d'art Starye gody (Les Anciennes Années). Louis Réau en parla dans ses p […] Lire la suite

MARÉCHAL DE LA NOBLESSE

  • Écrit par 
  • Jean-Louis VAN REGEMORTER
  •  • 342 mots

Avec la table des rangs ( čin ) en 1722, Pierre le Grand avait achevé de soumettre la noblesse à l'État en calquant la hiérarchie nobiliaire sur la pyramide des grades. Mais tout en refusant d'accorder à la classe dirigeante une organisation corporative à l'échelon national, il ne méconnaissait pas la nécessité de développer son esprit civique en lui confiant localement des responsabilités propres […] Lire la suite

MAZEPPA IVAN STEPANOVITCH (1644-1709)

  • Écrit par 
  • Jean BÉRENGER
  •  • 205 mots

Hetman des Cosaques, Mazeppa est issu d'une famille noble de l'Ukraine. Élevé à la cour du roi de Pologne Jean Casimir, une histoire de cœur l'oblige à s'enfuir chez les Cosaques du Dniepr, dont il devient l'un des chefs. En 1687, lors d'une visite à Moscou, il gagne la faveur du tsar Pierre le Grand, achète au tout-puissant Basile Golitsyne la charge d'hetman des Cosaques et souhaite assurer l'in […] Lire la suite

MENCHIKOV ALEXANDRE DANILOVITCH prince (1673-1729)

  • Écrit par 
  • Pierre KOVALEWSKY
  •  • 314 mots

D'origine très modeste et d'une instruction élémentaire, Alexandre Menchikov devient dès l'enfance un compagnon de jeu puis de travail de Pierre le Grand, auquel il est dévoué cœur et âme. C'est cette confiance que l'empereur a en son collaborateur qui explique son élévation extraordinaire et conforme ni à ses talents ni à ses possibilités intellectuelles. C'est un homme orgueilleux et qui ne conn […] Lire la suite

OTTOMAN EMPIRE

  • Écrit par 
  • François GEORGEON, 
  • Robert MANTRAN
  •  • 9 919 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Révoltes et anarchie (XVIIe siècle) »  : […] La fin du xvi e  siècle est pourtant marquée par quelques succès : conquête de Chypre (1570-1571), prise de Tunis (1574), occupation de la Géorgie et de l'Azerbaïdjan (1590) ; mais des défaites ont été subies à Lépante (7 oct. 1571), en Moldavie, en Hongrie ; les traités conclus durant cette période n'apportent que peu de modifications aux frontières, sinon quelques améliorations à l'est. Ahmed I […] Lire la suite

OUKAZE

  • Écrit par 
  • Jean-Louis VAN REGEMORTER
  •  • 309 mots

Terme désignant à l'origine un ordre du souverain, sans distinction entre les mesures générales et les cas individuels. Avant Pierre le Grand, la formule rituelle : « Le tsar a ordonné et les boyards ont joint leur avis » reconnaissait à l'aristocratie un rôle consultatif en matière législative ; mais, sous le règne du réformateur, les théoriciens de l'absolutisme, comme Théophane Prokopovitch, af […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Roger PORTAL, « PIERRE Ier LE GRAND (1672-1725) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-ier-le-grand-1672-1725/