PIANO, en bref

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Piano à queue

Piano à queue
Crédits : Éditions J.M. Fuzeau (Courlay, France)

dessin

Piano : mécanisme

Piano : mécanisme
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Piano : exemple sonore (1)

Piano : exemple sonore (1)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

musique

Piano : exemple sonore (2)

Piano : exemple sonore (2)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

musique

Tous les médias


Instrument à clavier et à cordes frappées, le piano comprend un cordier – ensemble comprenant les cordes, le cadre métallique sur lequel celles-ci sont tendues, et la table d'harmonie, chargée d'amplifier les vibrations de ces cordes –, une mécanique, un clavier et des pédales. Il existe deux types de piano : à queue, avec la caisse et les cordes horizontales ; droit, avec la caisse et les cordes verticales. Les cordes sont frappées au moyen de petits marteaux actionnés par le clavier, qui compte le plus souvent quatre-vingt huit touches. Chaque marteau frappe de une à trois cordes : une pour les graves, deux pour les médiums, trois pour les aiguës.

Piano à queue

Piano à queue

Dessin

 

Crédits : Éditions J.M. Fuzeau (Courlay, France)

Afficher

Partie la plus importante de la mécanique du piano, l'échappement est une pièce de bois articulée qui oblige le marteau à revenir en arrière avec rapidité aussitôt après la percussion des cordes. On peut ainsi frapper une corde autant de fois et aussi vite qu'on le désire. L'étouffoir est un coussin de feutre qui appuie en permanence sur les cordes. Lorsque le marteau frappe la corde, un système permet à l'étouffoir de se soulever ; la corde peut ainsi vibrer et produire un son. Dès que le marteau retombe, l'étouffoir revient sur la corde et stoppe sa vibration, donc arrête le son. Deux pédales assurent des fonctions différentes : la pédale de gauche, pédale douce, diminue le son ; la pédale de droite, pédale forte, augmente la durée et la résonance des cordes frappées.

Piano : mécanisme

Piano : mécanisme

Dessin

 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

La tessiture habituelle du piano, la plus vaste après celle de l'orgue, s'étend sur sept octaves un tiers. Cependant, certains pianos Bösendorfer s'étendent sur huit octaves : le modèle à queue 290, Imperial, possède 97 touches, pour une largeur de 1,68 m et une longueur de 2,9 m.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : musicologue, analyste, chef de chœur diplômée du Conservatoire national supérieur de musique de Paris, chargée de cours à Columbia University, New York (États-Unis)

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Juliette GARRIGUES, « PIANO, en bref », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/piano-en-bref/