CRISTOFORI BARTOLOMEO (1655-1731)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Facteur de clavecins italien, né le 4 mai 1655 à Padoue, mort le 27 janvier 1732 à Florence, Bartolomeo Cristofori est souvent considéré comme l’inventeur du pianoforte – ancêtre du piano moderne –, qu’il baptise gravicembalo col piano e forte (« clavecin avec les nuances douces et fortes »). Cet instrument offre la possibilité de moduler l’intensité sonore en fonction d’une frappe plus ou moins accentuée sur la touche, ce qui le différencie radicalement du clavecin. Cristofori arrive à ce résultat en remplaçant le mécanisme de frottement du clavecin par des marteaux qui frappent les cordes avec plus ou moins de force.

On ne connaît pas grand-chose de la vie de Cristofori et son invention n’eut pas de succès de son vivant. Cristofori quitte Padoue pour Florence vers 1690 à la demande du prince Ferdinand de Médicis, claveciniste talentueux, ce qui laisse à penser qu’il avait déjà établi sa réputation de facteur. La Stearns Collection à l’université du Michigan possède un clavecin à trois claviers daté de 1702 et portant les armes de Ferdinand, que certains historiens attribuent à Cristofori. Cristofori invente le pianoforte vers 1709 et, selon des sources de l’époque, il en avait fabriqué quatre en 1711. À la mort de Ferdinand en 1713, Cristofori reste au service du grand-duc Cosme III de Médicis. Il est nommé en 1716 conservateur de la collection d’instruments rassemblée par Ferdinand ; sur 84 instruments, sept étaient des clavecins ou des épinettes fabriqués par Cristofori.

Cristofori améliore son pianoforte. En 1726, il arrive à mettre au point un mécanisme qui est pour l’essentiel celui du piano moderne. Cependant, les cadres, faits en bois comme pour le clavecin, ne pouvaient pas supporter la tension des cordes qui confère leur puissance aux pianos modernes. Mais, à en juger d’après des exemplaires conservés (à Leipzig, à Rome et à New York), les instruments de Cristofori avaient une bonne sensibilité et un registre étendu et dynamique.

L’invention de Cristofori ne remportera guère de succès en Italie, mais connaîtra vite un essor en Allemagne grâce à des articles publiés dans des dictionnaires de musique.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  CRISTOFORI BARTOLOMEO (1655-1731)  » est également traité dans :

PIANO, en bref

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 237 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Histoire »  : […] Aux alentours de 1700, un facteur de clavecins italien, Bartolomeo Cristofori, construit le premier instrument à clavier muni d'un mécanisme à marteaux, que Scipione Maffei dénomme en 1711 « gravecembalo col piano, e forte » (« clavecin avec [des nuances] douces, et fortes »), signifiant par là que cet instrument peut être […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/piano-en-bref/#i_10116

PIANO

  • Écrit par 
  • Daniel MAGNE, 
  • Alain PÂRIS
  •  • 4 369 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Histoire de l'instrument »  : […] On attribue à Bartolomeo Cristofori, au tout début du xviiie siècle (vers 1709), l'invention ingénieuse de la première mécanique de gravicembalo col piano e forte (« clavecin avec les nuances douces et fortes ») : c'était un instrument à clavier et à marteaux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/piano/#i_10116

Pour citer l’article

« CRISTOFORI BARTOLOMEO - (1655-1731) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bartolomeo-cristofori/