Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PHYSIOLOGIE ANIMALE (histoire de la notion)

Physiologie et pathologie

Mais à trop insister sur ce que l'essor de la physiologie au xixe siècle doit aux recherches de laboratoire, on s'exposerait à ne pas comprendre l'ordre – ou le désordre – historique selon lequel les physiologistes ont rencontré ou choisi les problèmes qu'ils se sont attachés à bien poser et à résoudre. On ne doit ni oublier ni sous-estimer le fait que la physiologie est initialement une discipline médicale. L'intérêt spéculatif pour l'explication des mécanismes fonctionnels de l'organisme humain en état de santé s'est greffé sur l'intérêt plus vital, c'est-à-dire plus originaire, suscité par les maladies en tant que perturbations des fonctions de base : respiration, circulation, digestion, excrétions, sommeil, coordinations sensitivo-motrices. Ce sont les maladies qui attirent l'attention sur l'existence de fonctions que leur exercice régulier dérobe à la conscience. Depuis Galien la neurologie a cherché, avec plus ou moins de bonheur, à être la solution des problèmes posés par les névropathies. L'endocrinologie s'est fondée, au xixe siècle, sur des données d'abord fournies par la clinique. C'est ainsi que Brown-Séquard (1818-1894) a induit (1856) l'une des fonctions de la surrénale (corticosurrénale) à partir d'observations cliniques et anatomo-pathologiques réunies antérieurement par celui dont la maladie d'Addison consacre le nom.

Mais une chose est de déterminer la responsabilité de tel ou tel organe dans tel ou tel désordre organique et autre chose de connaître le véhicule physique ou chimique de son action. Par la méthode anatomo-clinique, on peut parvenir à désigner l'organe, mais on n'en peut rien attendre concernant l'explication du processus fonctionnel. Le problème est alors transporté de la clinique au laboratoire, et la recherche de la solution est transposée en général de l'homme à l'animal. La lutte contre la vivisection qui a mobilisé, au xixe siècle, tant d'énergies religieuses, morales ou « humanitaires » est le témoin indirect de l'extension de cette pratique méthodologique dans les laboratoires de physiologie. Du seul point de vue scientifique, la pratique des vivisections posait une question théorique majeure, celle de savoir s'il est possible de conclure, à partir d'expériences faites sur l'animal, à l'identité des mécanismes fonctionnels chez l'animal et chez l'homme. Aujourd'hui, l'objection a perdu de son poids. On sait que l'extrapolation d'observations d'une espèce animale à une autre implique toujours un risque d'erreur. La physiologie comparée constitue une limite aux prétentions d'une physiologie générale qui se fonderait uniquement sur les résultats d'expérimentations pratiquées sur l'animal. Il est incontestable, en revanche, que l'organisation de l'homme et certaines organisations animales présentent de nombreuses analogies fonctionnelles. Mais surtout les observations et les explorations fonctionnelles sur l'homme lui-même ont été rendues possibles grâce à l'invention d'appareils initialement conçus pour l'étude de la physiologie animale. Avec les techniques de l'électrocardiographie, de l'électroencéphalographie, on peut explorer directement les fonctions du muscle cardiaque ou du cortex cérébral sur l'homme lui-même, lors même que les données de base ont été acquises par l'expérimentation sur l'animal.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Hermann Ludwig Ferdinand von Helmholtz

Hermann Ludwig Ferdinand von Helmholtz

Planche de la <it>Fabrica</it>

Planche de la Fabrica

Squelette humain (côté dorsal)

Squelette humain (côté dorsal)

Autres références

  • CIEL SYMBOLISME DU

    • Écrit par Gilbert DURAND
    • 2 876 mots
    ...oiseaux de proie : épervier, aigle, vautour, corbeau... Ces oiseaux prêteront leur aile aux messagers célestes : anges, génies et dévas. Non seulement la physiologie animale confirme le bien-fondé de cette assimilation de l'oiseau de haut vol avec la vision la plus aiguë, mais encore et surtout la psychologie...
  • CONTRÔLE CENTRAL DE L'APPÉTIT

    • Écrit par Serge LUQUET
    • 5 946 mots
    • 6 médias

    Tous les organismes ont besoin d’un apport en calories qui s’équilibre avec leurs besoins énergétiques pour assurer leur survie. Ainsi des mécanismes sophistiqués et redondants se sont-ils mis en place au cours de l’évolution afin d’optimiser la capacité d’un organisme à s’adapter à ses besoins...

  • GAYON JEAN (1949-2018)

    • Écrit par Laurent LOISON
    • 1 258 mots
    • 1 média
    ...éclairent d’une manière probablement définitive le sort si étonnant de la génétique dans la biologie française. Ils ont montré en particulier comment la physiologie bernardienne et la microbiologie pasteurienne avaient joué un rôle complexe et ambigu dans la réception de cette science : d’abord arguments...
  • HYPNOSE

    • Écrit par Léon CHERTOK
    • 3 487 mots
    • 2 médias
    ...impossibles dans l'état de veille, peuvent se produire. Pour les pavloviens l'existence des « points vigiles » est confirmée par l'expérimentation en physiologie animale : un chien conditionné à un son de trompette accompagnant l'apparition de la nourriture se réveille seulement à ce son et demeure insensible...
  • Afficher les 7 références

Voir aussi