Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

TEMPÉRATURES PHYSICO-CHIMIE DES HAUTES

Élaboration des matériaux

Les matériaux les plus divers, par leur nature ou par leurs usages, qu'ils soient réfractaires ou non, sont élaborés à haute température : aciers, ciments, verre, abrasifs, porcelaine. Quelques techniques de haute température sont très employées : la fusion, le frittage ; d'autres ne le sont que dans des cas particuliers : le dépôt sur front chaud, la projection au chalumeau. Elles résultent toutes d'une maîtrise des moyens de production des hautes températures, et d'une connaissance des équilibres et des réactions entre les différents composés chimiques.

Par fusion, on élabore les alliages métalliques, les verres et certains matériaux céramiques – cristallisés et réfractaires – électrofondus, comme le « corhard », à base de zircone, qui est utilisé dans l'industrie chimique et dont on sait faire des pièces de plusieurs centaines de kilogrammes.

Le frittage permet d'agglomérer des poudres et d'obtenir des produits compacts, denses et durs, sans avoir à les chauffer jusqu'à la fusion. Il est employé pour mettre en forme le tungstène et le molybdène et tous les produits céramiques : porcelaines pour le sanitaire, céramiques diélectriques pour l'électronique, ferrites magnétiques pour l'électrotechnique. Les poudres, mélangées éventuellement à un liant, sont pressées sous forme d'ébauches qui sont relativement compactes mais tendres ; ces pièces sont alors usinées avant le frittage (cf. métallurgie despoudres). Les températures de frittage sont généralement supérieures aux deux tiers de la température de fusion, mais doivent être toujours supérieures à la température d'utilisation du matériau.

Le carbone ne peut être ni fondu, ni fritté. On réalise des pièces de ce matériau, graphité ou non, par cuisson de produits à forte teneur en carbone, contenant des liants organiques, qui se décomposent en ne laissant que du carbone. Par traitement à 2 500-3 000 0C, le carbone cristallise sous forme de graphite, très utilisé en électrotechnique (« charbons » de moteurs, électrodes de fours à arc) et dans l'industrie nucléaire, qui, en exigeant un matériau ultrapur, fit faire des progrès considérables à la technologie du graphite.

On sait mettre le carbone, graphité ou non, sous des formes très variées ; le graphite expansé peut être dix fois plus léger que l'eau et garder une très grande élasticité jusqu'aux hautes températures ; le graphite pyrolitique (ou pyrocarbone) est cent fois moins conducteur de la chaleur dans une direction que suivant les autres, où il est aussi bon conducteur que certains métaux ; les fibres de carbone ont un très grand module d'élasticité et servent à renforcer des matériaux composites légers ; le feutre de carbone est un excellent isolant thermique que l'on peut utiliser jusqu'à plus de 2 000 0C ; le carbone vitreux, léger et rigoureusement étanche, peut, dans certaines conditions, remplacer le platine dans l'industrie chimique.

Le dépôt sur front chaud, qui permet d'obtenir le pyrocarbone, est une méthode relativement ancienne, due à A. E.  Van Arkel, et qui entre dans la fabrication des filaments de tungstène des lampes d'éclairage : un composé de tungstène, en phase vapeur, se dissocie sur la surface d'un fil métallique chauffé et y laisse un dépôt de tungstène. Cette technique a été appliquée à la fabrication de fibres de carbure de silicium, de bore et de carbone, toutes destinées à la réalisation de matériaux composites.

La projection au chalumeau est une sorte de peinture au pistolet ; utilisée pour le cuivrage, avec un chalumeau oxyacétylénique, elle a été adaptée, avec des chalumeaux à plasma, à des matériaux très réfractaires, comme le tungstène et l'alumine. Grâce au jet de ces derniers chalumeaux, où la température[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : Professeur à l'Université d'Orléans, Directeur du Centre de recherches physiques des hautes températures du C.N.R.S., Orléans.

Classification

Pour citer cet article

François CABANNES. TEMPÉRATURES PHYSICO-CHIMIE DES HAUTES [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Températures atteintes par combustion - crédits : Encyclopædia Universalis France

Températures atteintes par combustion

Four à élément chauffant de céramique - crédits : Encyclopædia Universalis France

Four à élément chauffant de céramique

Four à arc - crédits : Encyclopædia Universalis France

Four à arc

Autres références

  • ACIER - Technologie

    • Écrit par Louis COLOMBIER, Gérard FESSIER, Guy HENRY, Joëlle PONTET
    • 14 176 mots
    • 10 médias
    Les traitements thermomécaniques à hautes températures, notamment le laminage contrôlé, allaient permettre de résoudre ces problèmes et de développer de nouvelles familles d'aciers – contenant des éléments de microalliage, niobium, vanadium ou titane –, à caractéristiques très élevées, mais néanmoins...
  • BRIDGMAN PERCY WILLIAMS (1882-1961)

    • Écrit par Alain LE DOUARON
    • 228 mots
    • 1 média

    Né à Cambridge (Massachusetts) le 21 avril 1882, P. W. Bridgman était le fils unique d'un journaliste et écrivain. D'abord étudiant à Howard, Bridgman y devient professeur de mathématiques et de physique en 1926. Il perfectionne les techniques d'obtention des hautes pressions et étudie les propriétés...

  • CRISTAUX - Synthèse des cristaux

    • Écrit par Yves GAUTIER
    • 6 273 mots
    • 2 médias
    Le recuit consiste à chauffer un matériau polycristallin jusqu'à dépasser une température critique, dite de recristallisation, sans toutefois atteindre celle de la fusion. Dans ces conditions, le matériau se restaure, c'est-à-dire qu'une recristallisation s'effectue par germination et croissance de nouveaux...
  • NANOTECHNOLOGIES

    • Écrit par Claude WEISBUCH
    • 6 286 mots
    • 4 médias
    ...la propagation de fissures –, alors que les céramiques habituelles microstructurées sont cassantes, donc fragiles, ce qui limite beaucoup leur emploi. Les composites métalliques nanostructurés, quant à eux, ont des résistances mécaniques à chaud fortement améliorées, ce qui étend leur domaine d'utilisation...
  • Afficher les 9 références

Voir aussi