Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

TEMPÉRATURES PHYSICO-CHIMIE DES HAUTES

Stabilité et réactivité des solides

Carbures : points de fusion - crédits : Encyclopædia Universalis France

Carbures : points de fusion

La stabilité des matériaux dépend de leur pression de vapeur, s'il s'agit d'un élément, et de leur dissociation s'il s'agit d'un composé. Les températures maximales d'utilisation des métaux réfractaires et du graphite sont de plusieurs centaines de degrés plus faibles sous vide que sous atmosphère réductrice. Sous vide, le carbure de silicium est stable jusqu'à 1 700 0C et les carbures du tableau le sont jusqu'à 2 200 0C ; plusieurs borures sont aussi stables, mais les nitrures le sont moins.

Les vitesses de réactions chimiques s'accroissent avec la température, de sorte que la stabilité des matériaux aux hautes températures dépend en premier lieu de leur réactivité avec l'atmosphère qui les entoure d'une part, et avec les autres matériaux avec lesquels ils sont en contact d'autre part. La stabilité d'un matériau doit être prévue à partir de l'examen des diagrammes d'équilibre ; ainsi, les oxydes se carburent aisément. Seul l'oxyde de béryllium (BeO) fritté résiste convenablement à 2 000 0C ; les carbures se nitrurent et donnent de nombreuses solutions solides en atmosphère d'azote ; toutefois le carbure de niobium, le carbure de titane et le carbure de vanadium sont stables jusqu'à 2 450 0C. En atmosphère oxygénée, on peut avoir des oxycarbures et des oxynitrures.

L'établissement des diagrammes d'équilibre a nécessité et justifie encore de nombreux travaux, souvent difficiles, car l'identification directe des phases aux rayons X ne peut être faite au-delà de 1 500 0C que dans un fort petit nombre de laboratoires spécialisés. On procède le plus souvent par trempe : les échantillons de composition chimique fixée sont portés à la température désirée, puis trempés aussi rapidement que possible, de façon à conserver les phases de haute température, ce qui permet de les identifier par rayons X.

L'existence des phases et les transformations cristallines entre elles sont contrôlées par analyse thermique : les courbes de refroidissement et d'échauffement d'un échantillon présentent des irrégularités aux températures où se produisent les transformations de phases, avec absorption ou libération de la chaleur de transformation, ou simplement discontinuité de la chaleur spécifique. Les méthodes d'analyse thermique différentielle sont parmi les plus sensibles.

Certaines transformations, entraînant un changement trop important de volume spécifique, rendent inutilisables des matériaux ; ainsi la zircone pure est stable sous la forme monoclinique à la température ambiante et devient quadratique à 1 100 0C ; le changement de volume spécifique est tel que les pièces de zircone pure, frittées à haute température, tombent en poudre au cours du refroidissement ; on doit ajouter de la chaux pour stabiliser la zircone dans la phase cubique, qui est la phase stable aux très hautes températures ; on supprime ainsi les transformations cristallines subies par la zircone pure.

Les mesures calorimétriques permettent d'évaluer l'enthalpie et l'entropie des composés, les chaleurs de transformation ou de réaction, et les constantes d'équilibre. Aux hautes températures, on effectue ces mesures par différence en utilisant un calorimètre à chute : on chauffe dans un four un échantillon de masse connue, à une température T, puis on laisse choir l'échantillon dans un calorimètre ordinaire qui mesure la différence d'enthalpie H(T) – H(T0) ; on procède ainsi à une série de mesures en faisant varier la température T.

Quand il faut choisir un matériau devant travailler à haute température, il est nécessaire de faire une étude soignée des données thermodynamiques sur les réactions possibles entre, d'une part, le matériau choisi, et,[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : Professeur à l'Université d'Orléans, Directeur du Centre de recherches physiques des hautes températures du C.N.R.S., Orléans.

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Températures atteintes par combustion - crédits : Encyclopædia Universalis France

Températures atteintes par combustion

Températures maximales des fours à résistance électrique - crédits : Encyclopædia Universalis France

Températures maximales des fours à résistance électrique

Four à élément chauffant de céramique - crédits : Encyclopædia Universalis France

Four à élément chauffant de céramique

Autres références

  • ACIER - Technologie

    • Écrit par Louis COLOMBIER, Gérard FESSIER, Guy HENRY, Joëlle PONTET
    • 14 176 mots
    • 10 médias
    Les traitements thermomécaniques à hautes températures, notamment le laminage contrôlé, allaient permettre de résoudre ces problèmes et de développer de nouvelles familles d'aciers – contenant des éléments de microalliage, niobium, vanadium ou titane –, à caractéristiques très élevées, mais néanmoins...
  • BRIDGMAN PERCY WILLIAMS (1882-1961)

    • Écrit par Alain LE DOUARON
    • 228 mots
    • 1 média

    Né à Cambridge (Massachusetts) le 21 avril 1882, P. W. Bridgman était le fils unique d'un journaliste et écrivain. D'abord étudiant à Howard, Bridgman y devient professeur de mathématiques et de physique en 1926. Il perfectionne les techniques d'obtention des hautes pressions et étudie les propriétés...

  • CRISTAUX - Synthèse des cristaux

    • Écrit par Yves GAUTIER
    • 6 273 mots
    • 2 médias
    Le recuit consiste à chauffer un matériau polycristallin jusqu'à dépasser une température critique, dite de recristallisation, sans toutefois atteindre celle de la fusion. Dans ces conditions, le matériau se restaure, c'est-à-dire qu'une recristallisation s'effectue par germination et croissance de nouveaux...
  • NANOTECHNOLOGIES

    • Écrit par Claude WEISBUCH
    • 6 286 mots
    • 4 médias
    ...la propagation de fissures –, alors que les céramiques habituelles microstructurées sont cassantes, donc fragiles, ce qui limite beaucoup leur emploi. Les composites métalliques nanostructurés, quant à eux, ont des résistances mécaniques à chaud fortement améliorées, ce qui étend leur domaine d'utilisation...
  • Afficher les 9 références

Voir aussi