WOODS PHIL (1931-2015)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Avec Julian Cannonball Adderley, Jackie McLean et Sonny Stitt, Phil Woods occupe une place de choix dans la lignée des saxophones alto issue de Charlie Parker. Mais, bien loin de se définir comme un simple épigone, il saura imposer une manière très personnelle dans les grands orchestres qui le réclament et les petites formations qu’il anime.

Philip Wells Woods naît à Springfield (Massachusetts, États-Unis) le 2 novembre 1931. Grâce au saxophone hérité d’un oncle, il étudie l’instrument dans sa ville natale tout en participant aux jam-sessions du lieu. La découverte du jeu de Charlie Parker dans Koko influe définitivement, dès ses 13 ans, sur ses conceptions musicales. En 1948, il s’installe à New York où il travaille avec Lennie Tristano avant de suivre pendant 4 ans des cours de clarinette à la Juilliard School. En compagnie de Charlie Barnet et de Richard Hayman, il donne ses premiers concerts (1954) et enregistre, avec le guitariste Jimmy Raney, son premier disque (1955). L’année 1956 se révèle particulièrement riche : il entre dans l’orchestre de George Wallington, se produit au Birdland avec Friedrich Gulda, apparaît au festival de Newport et participe aux tournées des Birdland Stars de Kenny Dorham et à celles de Dizzy Gillespie en Europe et au Moyen-Orient. En 1957, il forme– The Phil and Quill Quintet – avec un autre saxophone alto, Gene Quill. Après avoir fait partie de la formation de Buddy Rich, il appartient, de 1959 à 1961, au grand orchestre de Quincy Jones. Le label Candid e [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  WOODS PHIL (1931-2015)  » est également traité dans :

HUMAIR DANIEL (1938- )

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 1 134 mots

Compositeur et peintre reconnu, Daniel Humair reste avant tout l'un des batteurs les plus inventifs que le Vieux Continent ait offert au jazz. De Stéphane Grappelli à Eric Dolphy, il a joué avec d'innombrables solistes – à l'exception de Miles Davis et de Sonny Rollins, fait-il lui-même remarquer – grâce à une manière originale et virtuose dont la trame originelle est héritée à la fois de Tony W […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/daniel-humair/#i_56671

Pour citer l’article

Pierre BRETON, « WOODS PHIL - (1931-2015) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/phil-woods/