PÉLAGIANISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La seconde querelle pélagienne (418-432)

Au centre de la longue polémique qui oppose Augustin à Julien d'Eclane se trouve le problème du mariage. En effet, c'est par une glorification optimiste de ce dernier que Julien espère ruiner logiquement la thèse de l'existence du péché originel que soutient l'évêque d'Hippone. Il s'acharne contre l'idée, qu'il croit augustinienne, d'une responsabilité héréditaire tenant aux conditions physiologiques et sexuelles de la génération. On trouve ici, amplifiée et axée sur un point précis, la même hostilité farouche qu'éprouvait Pélage envers toute entrave à l'exercice de la liberté de l'homme. L'apologie du bonum naturae conduit naturellement le pélagien à l'apologie d'une sexualité considérée en elle-même, hors de toute connotation morale. C'est là la pièce maîtresse du système de Julien : Dieu bon a fait l'homme bon ; c'est lui qui a créé les corps, distingué les sexes, fait les organes génitaux ; c'est Dieu qui a donné aux corps cette passion par laquelle ils s'unissent. Or, Dieu n'a rien fait de mal ni de coupable. Tant de bonnes choses, les sexes, les unions entre hommes et femmes, ne peuvent produire de mauvais fruits. Le démon n'a pas sa place dans la Création ; le mal n'y existe pas en soi. C'est donc à Dieu qu'il faut rapporter la passion et le désir qui pousse à l'union sexuelle. Ce qu'Augustin appelle «  concupiscence » n'est pour Julien que manifestation de l'élan vital. Propriété constitutive de la vie conjugale, la sexualité n'est pas plus blâmable que la respiration ou que toute autre fonction naturelle. Manifestation de la vie, elle fait donc partie de la Création et participe à la bonté essentielle de cette dernière.

Mais, voulant arracher la sexualité à la contrainte de la concupiscentia que dénonce Augustin, Julien n'a pas senti que, même en refusant l'idée du péché originel, il aboutissait à diminuer l'intégrité de l'homme, en le croyant mû par des pulsions identiques à celles qu'éprouve l'animal. Car, s'il marque néanmoins une différence entre l'homme et ce dernier, entr [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages



Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-Sorbonne, directeur de l'Institut de recherches pour l'étude des religions

Classification


Autres références

«  PÉLAGIANISME  » est également traité dans :

AUGUSTIN saint (354-430)

  • Écrit par 
  • Michel MESLIN
  •  • 8 944 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'homme et la liberté »  : […] Cette question, primordiale, fut posée à Augustin par le pélagianisme. Les tenants de cette doctrine – qu'il faut considérer comme l'une des tendances fondamentales de l'esprit humain – professaient que l'homme seul est l'artisan de sa destinée terrestre et spirituelle. Les pélagiens insistaient avec vigueur sur la responsabilité du libre arbitre de l'homme, s'appropriant ainsi l'héritage lointai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/augustin/#i_11279

CARTHAGE CONCILES DE

  • Écrit par 
  • Pierre Thomas CAMELOT
  •  • 403 mots

Métropole de l'Afrique proconsulaire, étendant son autorité jusqu'à la Numidie et la Maurétanie, Carthage vit se réunir autour de ses évêques de nombreux conciles. Vers 220, Agrippinus réunit soixante-dix évêques qui refusent de reconnaître le baptême conféré par des hérétiques. À l'époque de Cyprien (248-258), le synode se tient régulièrement deux fois par an, au printemps et à l'automne. À l'aut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conciles-de-carthage/#i_11279

CÉLESTIUS (Ve s.)

  • Écrit par 
  • Pierre Thomas CAMELOT
  •  • 281 mots

Disciple de Pélage. Originaire sans doute d'Italie, Célestius rencontra celui-ci à Rome vers 405 et se mit à son école. Il le suivit en Afrique vers 410. Condamné par le concile de Carthage (411) à cause de sa position sur la baptême des enfants, il passe d'abord en Sicile, puis en Orient : à Éphèse, où il se fait ordonner prêtre ; à Constantinople, d'où il se fait expulser par l'évêque Atticus. I […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/celestius/#i_11279

OROSE (1re moitié Ve s.)

  • Écrit par 
  • Hervé SAVON
  •  • 1 595 mots

Dans le chapitre « La mission antipélagienne »  : […] On ne sait rien d'Orose avant 414. Cette année-là, il débarque en Afrique. C'est un jeune prêtre espagnol de Braga, entreprenant et à l'esprit vif. Il a dû quitter précipitamment sa patrie pour échapper aux sévices des Barbares. Cette fuite réalisait inopinément un projet qu'il nourrissait depuis quelque temps : venir consulter Augustin, évêque d'Hippone, l'une des plus grandes autorités de l'Égl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orose/#i_11279

PRÉDESTINATION

  • Écrit par 
  • André DUMAS
  •  • 2 867 mots

Dans le chapitre « Les Pères de l'Église, le Moyen Âge et la Réforme »  : […] Jusqu'à saint Augustin, le thème de la prédestination reste peu développé, en particulier dans la théologie orientale, plutôt axée sur la déification. Il fallait lutter contre le fatalisme du manichéisme, insister sur la liberté de la nature humaine restaurée par Christ, donc ne pas risquer de confondre la volonté éternelle de salut de Dieu avec un arbitraire écrasant et démoralisant. Le thème ré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/predestination/#i_11279

Pour citer l’article

Michel MESLIN, « PÉLAGIANISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pelagianisme/