GOUACHE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Terme dérivé de l'italien guazzo (synonyme de « très mouillé »), qui désigne une variété de détrempe à base d'eau, de gomme arabique fondue à chaud et de glycérine. Il s'agit donc d'une pâte dense, opaque, qui, en séchant, devient mate. La technique de la gouache, contrairement à celle de l'aquarelle, n'utilise pas l'effet de transparence pour l'éclaircissement des tons, mais recourt presque uniquement à l'usage des blancs.

De tradition antique, la gouache est devenue par excellence la peinture des manuscrits, surtout à partir du xiiie siècle, où l'on recherchait une beauté de matière en rapport avec la franchise du ton.

Comme la tempera — dont elle est très proche —, la gouache impose un certain nombre de règles d'exécution. Elle doit être traitée avec décision, mais il faut éviter de mêler les teintes encore humides et pour cela on laisse sécher la première couche dont l'intensité diminue aussitôt. Il est donc préférable de partir de tons clairs à cause de leur renforcement — ou de leur obscurcissement.

L'histoire de la gouache est liée à celle d'une peinture amovible par le biais du dessin. Au xve siècle elle se développe comme un complément, elle apporte un « rehaut » de lumière aux innombrables dessins florentins de cette époque, particulièrement aux dessins sur papier teinté (ce qui assure ainsi une « demi-lumière »). Mais on l'utilisait également sur toile fine, la « toile de Reims » — tantôt dans les études d'atelier (« drapés » de Léonard de Vinci ou de son cercle), tantôt dans de véritables peintures, mais surtout pour les cartons d'esquisse.

Très diluée elle est parfois traitée partiellement en aquarelle chez Dürer — mais bien souvent l'absence d'analyses chimiques ne nous permet pas de bien la distinguer de la tempera (San Lorenzo Giustiniani, de Gentile Bellini, à l'Académie de Venise et les Scènes bacchiques de Corrège, au Louvre). C'est au xviiie siècle qu'il appartenait de mettre la gouache en valeur : Boucher, Lépicié, Fragonard et Tiepolo en font une technique indépendante, liée au petit format ; au xixe siècle, elle devient, avec Papety, un genre précieux (Vie de sainte Marie l'Égyptienne du musée de Montpellier).

La gouache, qui reste un genre mineur, est souvent utilisée pour les études préparatoires, les notations d'études, les projets d'architectes et de cartonniers de tapisserie.

Depuis qu'il existe de nouvelles peintures de résines synthétiques, on a baptisé du nom de gouache des émulsions au vinyle dont l'effet de matité est effectivement très proche de celle-là.

—  Jean RUDEL

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, docteur ès lettres et sciences humaines, professeur à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne, peintre et écrivain

Classification


Autres références

«  GOUACHE  » est également traité dans :

CLÉRISSEAU CHARLES LOUIS (1721-1820)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOUILLESEAUX
  •  • 595 mots
  •  • 2 médias

L'architecte français Clérisseau occupe une place essentielle parmi les créateurs du néo-classicisme. Son œuvre est avant tout le fait de contacts, de découvertes, de regards nouveaux qui lui inspirent un grand nombre de dessins et de gouaches. Né à Paris, élève de J. F. Blondel et de Boffrand à l'Académie royale d'architecture, il remporte le grand prix de 1746 et séjourne à Rome, comme pensionna […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-louis-clerisseau/#i_9580

DESSIN

  • Écrit par 
  • Robert FOHR, 
  • Geneviève MONNIER
  •  • 6 940 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'aquarelle et la gouache »  : […] Bien qu'elle triomphe au xix e et au xx e  siècle, l'aquarelle – mélange de pigments de couleurs et de gomme arabique plus ou moins dilués d'eau – est une technique pratiquée depuis longtemps. Son support de prédilection est le papier blanc, qui permet de jouer de sa transparence et dont les « ré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dessin/#i_9580

MINIATURE

  • Écrit par 
  • Roseline BACOU
  •  • 2 145 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les techniques »  : […] Il convient d'exclure ici la miniature à l'huile, sur bois ou sur métal, qui relève directement de la peinture. La miniature, au xvi e  siècle, utilise la gouache sur parchemin ; au moment où elle s'émancipe du livre enluminé, le parchemin est tendu sur un carton de faibles dimensions, souvent une carte à jouer. Dans les débuts, les personnages s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/miniature/#i_9580

PEINTURE - Les techniques

  • Écrit par 
  • Marie MATHELIN, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Jean RUDEL, 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 13 202 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Aquarelle et gouache »  : […] L'aquarelle et la gouache sont deux procédés de peinture à l'eau gommée – du type gomme arabique ou obtenue à partir de tout autre mucilage. Dans la première technique, le liant est en faible quantité ; dans la seconde, à la dose plus grande de liant on ajoute bien souvent d'autres ingrédients : ils « opacifient » la matière, limitant ainsi les effets possibles de transparence, alors que dans l'a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peinture-les-techniques/#i_9580

SALOMON CHARLOTTE (1917-1943)

  • Écrit par 
  • Catherine VASSEUR
  •  • 996 mots

Charlotte Salomon est née à Berlin le 16 avril 1917. Arrêtée par la Gestapo à Villefranche-sur-Mer le 21   septembre 1943, elle est morte à Auschwitz le 12 octobre 1943. Elle réalisa Vie ? ou Théâtre ? de 1940 à 1942, à Nice, après avoir fui l'Allemagne nazie. Conservées au Joods Historisch Museum d'Amsterdam […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charlotte-salomon/#i_9580

Pour citer l’article

Jean RUDEL, « GOUACHE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gouache/